Créer une Alerte

Numéro 236

numéro 236
date 03/2013
magazine Ballet 2000
périodicité mensuel
Univers Danse
partager
kiosque

Parmi les nouvelles du mois dernier, la plus "extra-ordinaire" concerne l'agression criminelle subie par le directeur du Ballet du Bolchoï de Moscou. Mais nous avons choisi de ne pas trop en parler ; en effet, quand ce numéro sera sorti, les journaux et les télévisions auront déjà traité et oublié ce qui pour eux n'est qu'un fait divers curieux, concernant le monde du ballet. Quant à nous, nous attendons d'en savoir davantage sur les conditions de Sergueï Filine et sur l'avenir de la compagnie moscovite. Deux nouvelles plus "normales" mais importantes concernent les successions à la direction de deux compagnies. Celle de la nomination du nouveau directeur du Ballet de l'Opéra de Paris était très attendue, par les observateurs en France et à l'étranger et surtout par les danseurs de la grande maison parisienne. L'année dernière, après une longue période de mécontentement, ils s'téiane t opposé ouvertement à Brigitte Lefèvre, inamovible directrice de la troupe depuis 1995.
La nomination de Benjamin Millepied, qui a déconcerté beaucoup d'observateurs, me semble bienvenue. Il est Français mais il n'a pas été formé à l'Opéra et son expérience n'a pas été limitée à ce milieu, à la différence des autres candidats envisagés ; bon danseur classique mais le cadre du ballet américain, il a grandi avec le répertoire de Robbins et Balanchine ; ouvert au monde véritable de la danse de nos jours, il a démontré sa dextérité et son intelligence en se faisant un nom international comme chorégraphe ; et, dernier point, il bénéficie d'une notoriété mondaine qui, unie à des qualités artistiques sérieuses, n'est pas méprisable a priori et pourrait au contraire constituer un atout. De toute façon, que sa direction dure ou non, s'ouvre sans aucun doute une nouvelle époque pour le Ballet de l'Opéra.
L'autre changement de direction est au Ballet de l'Opéra National de Berlin, où NAcho Duato (déjà controversé comme directeur de la Compania Nacional de Danza à Madrid et aujourd'hui au Théâtre Mikhaïlovsky de Saint-Pétersbourg) prendra la place de Vladimir Malakhov, le danseur-star qui dirige la compagnie berlinoire depuis dix ans. On en reparlera, évidemment. Pour l'instant, les deux nominations, à Paris et à Berlin, semblent indiquer une volonté de rendre de moins en moins "classiques" les rares compagnies de ballet qui existent encore à commencer par l'une des plus prestigieuses au monde.

  • New York City Ballet créateur, dans l'esprit de Balanchine — Par Alfio Agostini · Visuels : J. Benhamou

    La saison d'hiver de la grande compagnie américaine héritière de Balanchine a éveillé à nouveau les habituelles discussions sur la qualité des danseurs, la fidélité au style ou les choix du répertoire ; mais le NYCB demeure un cas spécial que l'on ne peut pas considérer selon des critères ordinaires. Il maintient vivante l’œuvre de Balancine mais aussi sa vocation de compagnie créatrice. La découverte d'un jeune chorégraphe de grand talent, Justin Peck, en est la preuve.

  • Justin Peck, un nouveau nom de la chorégraphie — Par Anna Kisselgoff

    Toutes les compagnies de ballet présentent des spectacles nouveaux mais le New York City Ballet avait été fondu par George Balanchine et Lincoln Kirstein pour former son propre répertoire. Aujourd'hui toute nouvelle pièce au New York City Ballet est encore chorégraphiée pour la compagnie et n'a pas pas son origine ailleurs.

  • R&J de Sasha Waltz arrivent à La Scala — Par Elisa Guzzo Vaccarino

    Quelques huées et quelques sifflets, à l'adresse de la chorégraphie, ont ajouté un peu de piquant aux applaudissement abondants qui ont accueilli, à La Scala de Milan, les débuts de Roméo et Juliette de Sasha Waltz (créé à l'Opéra de Paris en 2007) sur la musique de Berlioz (BALLET2000 a consacré à Sasha Waltz et à cet événement l'article de couverture du dernier numéro). Après la grève, lors de la première - le chœur ayant demandé une rémunération supplémentaire pour sa participation à l'action chorégraphique - voici que le spectacle, avec musique, chant et danse, de début de saison a finalement pu avoir lieu.

  • La Belle gothique de Bourne — Par Clement Crisp

    Matthew Bourne a conquis une notoriété exceptionnelles auprès du public britannique pour ses versions actualisées ou audacieusement revisitées de titres célèbres du ballet. Au début de sa carrière dans les années 1980, il a créé une version drolatique et anarchique de La Sylphide, située dans la banlieue de Glasgow. Il a remporté ensuite un succès tout à fait remarquable avec sa relecture du Lac des cygnes, présentant un portrait satirique d'une famille royale, par l'impact émotif du groupe des cygnes mâles de l’histoire transformée ici en une tragédie homo-érotique.

  • Un Lac érotique à Monaco — Par Elisa Guzzo Vaccarino

    Avec son Lac, Jean-Christophe Maillot complète la trilogie de ses revisitations des ballets de Tchaikovsky, après Casse Noisette Circus et La Belle, pour les Ballets de Monte-Carlo dont il est le directeur. Divisé en trois acte, ce Lac alternatif réélabore l'intrigue (la dramaturgie est de Jean Rouard) pour mettre en scène une vie de cour pleine de tensions et d’agressivité sexuelle.

  • Fouettés bien assortis — Par Cristiano Merlo

    Youtube dispose désormais d'une immense quantité de vidéos également de danse qui permettent par une simple recherche avec des mots-clés de voir (et revoir) et surtout de confronter les diverses versions chorégraphiques d'un morceau du répertoire ou les diverses interprétations d'une variation ou d'un pas de deux dansés par des artistes appartenant à de grandes compagnies.

  • Bête irlandaise mais cosmopolite — Par Sonia Schoonejans

    Ils sont huit danseurs et cinq musiciens mais à les voir et les entendre sur scène, le groupe qu'ils forment donne l'illusion d'être trois fois plus important par l'énergie et la vitalité qu'il dégage. Formé il y a une quinzaine d'années par le chorégraphe et metteur en scène irlandais Michael Keegan-Dolan et basé à Dublin, le Fabulous Beast Dance Theatre compte des danseurs venus de tous les continents, et si leur directeur puise solidement dans ses racines irlandaises, les interprètes, eux, apportent une variété de styles qui donne à cette troupe une couleur particulière, où la danse contemporaine s'enrichit de rythmes asiatiques et africains.