Créer une Alerte

Libérez l'homme nouveau

numéro 33
date 03/2013
magazine Causette
périodicité mensuel
Univers Actualités
partager
kiosque

Une perruque blanche de vicomte sur la tête, mon oncle attend le bus. Destination : le nouvel âge d’homme. Fini, le carrosse et la grosse montre à gousset. Basta, la noblesse masculine. Mon oncle, il fait partie de ces hommes qui ont décidé de changer de Régime. D’abandonner le vieux modèle du mâle à l’ancienne et ses privilèges de dominant. Il y va de bon coeur, mais il a un peu peur (c’est pour ça qu’il a voulu garder sa perruque). Certes, il a le courage d’affronter l’inconnu, comme un pionnier intrépide, mais il n’en est pas plus téméraire ! Et il n’en faudrait pas beaucoup pour le démotiver. Or, qui entends-je lui aboyer dans les oreilles en ce moment ? D’un côté, des «masculinistes», spécialisés dans le détournement médiatique du patrimoine urbain, qui dénoncent ces « bonnes femmes qui nous gouvernent, [qui] se foutent toujours de la gueule des papas » ; de l’autre, des sociologues autoproclamés qui prédisent rien de moins que la Fin des hommes. Les premiers excitent les médias – qui adorent ça et n’en demandent pas tant pour foncer dans le panneau – avec un chantage au suicide, les deuxièmes jouent aux Nostradamus de comptoir sur la thématique de la disparition de l’homme viril ; du père ; de l’homme, le vrai. La peur du changement les paralyse tous. Et, ensemble, ils déclenchent une tempête de glace. Un blizzard conservateur qui fait virevolter les bouclettes de Tonton – qui n’est toujours pas parti – et qui risque bien de me le congeler tout net, comme ça, bêtement sous l’abribus. Qui lui souffle qu’en plus de n’être plus vicomte, il ne sera même plus un homme ou, alors, un homme à la manque, une espèce amputée. Castrée. Sauf qu’ils se plantent, et je vous l’affirme avec mon sourire le plus optimiste : cette route, elle va dans le sens de l’Histoire. Alors, pas de chichis et en voiture, Tonton !
PS : Je t'attends au prochain arrêt.

  • Femen - Des hauts et débats — Par Causette · Visuels : William Beaucardet

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles ont inventé une technique de protestation qui sait mobiliser l’attention médiatique. Le téton au vent, elles hurlent, courent et crachent leur haine de l’oppression féminine directement au visage de ceux qu’elles estiment en être responsables. Des actions directes féministes qui suscitent, aujourd’hui plus que jamais, autant d’adhésion que de rejet. Dubitative, “Causette” a voulu tirer les choses au clair… en les soumettant à la question. Elles sont arrivées en retard et cabossées à notre rendez-vous. Le matin même, elles avaient envahi Notre-Dame de Paris, et ramassé quelques coups.

  • L'empire du mensonge — Par Léna Meynard et Julia Pascual

    Avant de prendre le train, vous vous jetez peut-être sur elle, un peu honteuse. C’est la presse dite people ou “real life”. Ces dernières années, un homme s’est illustré dans ce secteur par la création compulsive de plusieurs dizaines de titres : Frédéric Truskolaski. Pour damer le pion à ses rivaux, le patron s’est donné beaucoup de mal : recours aux faux témoignages, concurrence déloyale, pigistes exploités… Enquête sur une entreprise de désinformation

  • Internat d'excellence de Sourdun - Marchés publics entre amis — Par Leila Minano et Julia Pascual · Visuels : Franck Juery

    Depuis que Bernard Lociciro, adjoint de Jean-François Copé à la mairie de Meaux, est proviseur de l’internat d’excellence de Sourdun (Seine-et-Marne), les entreprises meldoises picorent allègrement dans la mangeoire de l’Éducation nationale. Au menu de la cantine de ce lycée exceptionnel : marchés publics inattendus et clientélisme de circonstance.

  • Premiers frissons et peloteurs de première — Par Dr Kpote

    Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une dizaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France, de Versailles à Clichy, en passant par Paris, comme “animateur de prévention”. Chaque semaine, il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquels il tente de dialoguer sur la sexualité et les conduites addictives. Plongeon en adolescence, sur les rivages de la puberté, en période de forte inondation hormonale…

  • Il faut libérer l'homme nouveau — Par Causette · Visuels : Auguste Derrière

    Mesdames, mesdemoiselles...messieurs, l'heure est solennelle : l'homme nouveau existe bel et bien, on en a vu ! Oui, en 2013, un mâle peut être non dominant sans être un loser, ou se conduire en chouette papa au foyer sans y perdre son pénis. Seulement, voilà ! A peine cet homme nouveau a-t-il pointé le bout de son nez, qu'on nous annonce déjà.... la fiiiiiiiiin des hommes ! Comprenez : l'égalité des droits, les mutations de la société l'auraient déjà fait disparaître à vitesse grand V. Pour l'homme, le vrai, Aldo Maccione, John Wayne, notre Eric-un-homme-un-vrai... c'est le "burnes-out".

  • Le Délit de sale gueule frappe aussi les animaux — Par Antonio Fischetti

    Pourquoi trouve-t-on « répugnante » l’inoffensive araignée qui nous débarrasse des moustiques et
    « mignon » le chat qui griffe notre canapé et pisse sur la moquette ? Quand on y pense, ça n’a rien
    de logique. En vérité, la tendresse ou le dégoût que nous inspirent les animaux est le résultat d’influences sociales, psychologiques ou biologiques… Et les connaître peut aider à apprivoiser ses pulsions.

  • Prostitution, c'est quoi ce bordel ? — Par Liliane Roudière · Visuels : Ulrich Lebeuf

    Abolitionniste ou réglementariste ? C’est LA question qui divise tous ceux qui décident de se pencher sur la prostitution. On essaie de la supprimer ou on la réglemente ? Et c’est parti... Moi, j’ai une autre question à vous poser : pensez-vous qu’on en soit encore à devoir disserter pour savoir si c’est bien ou mal de louer son corps pour des services sexuels ? Un débat certes passionnant, aux frontières de la philosophie et de l’éthique. Libre disposition de son corps ou exploitation des femmes ? C’est passionnant, vraiment.

  • Marguerite Durand, la belle frondeuse — Par Johanna Luyssen · Visuels : Auguste Derrière

    Un quotidien féminin et féministe, qui s’adresse aux femmes en leur parlant de tout : c’est la grande aventure de “La Fronde”, fondé en 1897, en plein âge d’or de la presse, par Marguerite Durand, une ex-comédienne excentrique et flamboyante.

  • La fesse cachée de la ménagère — Par Liliane Roudière

    "Tout commence un soir de vacances à Barcelone. Lui, mon mari depuis quatre ans, prof à l’université, infidèle, de dix-huit ans mon aîné. Moi, 32 ans, docile, forte libido. Lui, dépressif. Moi, inquiète pour lui. Notre sexualité était déjà compliquée. Pour le soulager, du poppers à chaque fois et du porno à gogo."

  • Maisons volantes — Visuels : Laurent Chéhère

    On a tous rêvé de voler un jour ! Le photographe Laurent Chéhère, lui, fait voler les maisons et nous convie à un voyage imaginaire dans les quartiers populaires de Paris.

  • Bouli Lanners - La peau de l'ours — Par Bérangère Portalier · Visuels : Marion Gambin

    Bouli Lanners, il vous dit sûrement quelque chose. Mais si, avec sa dégaine d’ours mal luné, sa mèche grasse qui lui barre le front dans un
    désordre qu’il ne VEUT PAS contrôler. On l’a vu dans une cinquantaine
    de films, dont ceux de ses compagnons de route Gustave Kervern, Benoît
    Delépine, Yolande Moreau, Albert Dupontel, Benoît Mariage, Benoît Poelvoorde. Il est aussi réalisateur. Ses films évoquent toujours la Belgique, l’abandon et la désocialisation, avec une délicate humanité.

  • Ni Tanjung, artiste malgré elle — Par Isabelle Motrot · Visuels : Lucienne Peiry

    Voici un joli conte d’hiver : l’histoire d’une Balinaise de 80 ans, grabataire et seule dans sa chambre sombre, qui ne sait pas qu’elle est une artiste. Elle a été découverte par une Suissesse passionnée d’art brut, Lucienne Peiry, qui a l’art, elle, de passer le flambeau.

  • Jackie Buet, une précieuse mémoire — Par Isabelle Motrot · Visuels : Marion Gambin

    Jackie Buet fête ses 35 ans. Ou plutôt ceux du Festival international de films de femmes de Créteil, qu’elle a fondé en 1979 avec Élisabeth Tréhard. Le festival est un véritable trésor de mémoire, désormais numérique : 300 films primés qui ont marqué l’histoire des femmes et du cinéma, ainsi qu’une belle galerie de 270 portraits de réalisatrices. Pour célébrer cet anniversaire, l’INA vous invite à la fête : tous ces documents seront mis à disposition du public sur son site Internet. Petite pause avec celle à qui l’on doit ce trésor.

  • Solveig Anspach, l'islandaise of Montreuil — Par Isabelle Motrot

    Elle tangue entre documentaire et fiction, entre humour et noirceur. Mais offre toujours un cinéma poétique et intimiste. Le dernier film de cette cinéaste venue du pays de Björk, “Queen of Montreuil”, explore un sujet lourd – le deuil – en nous transportant dans un monde féerique

  • Les histoires de Calamity Dorothy — Par Johanna Luyssen

    Figurez-vous que L’Homme qui tua Liberty Valance, le célèbre western de John Ford avec John Wayne, est tiré d’une nouvelle écrite par une femme : l’écrivaine Dorothy Johnson. Oui ! cette histoire de desperados et de duels sous le soleil, devenue un classique du cinéma, fut écrite par une
    professeure d’université établie, dans les années 50, à… New York !