Créer une Alerte

Face au Front national

numéro 34
date 04/2011
magazine Causeur
périodicité mensuel
Univers Actualités
partager
kiosque

«La princesse de Clèves, c’est chiant !» Ce cri lancé par deux de mes camarades à «On refait le monde», sur RTL, m’oblige à réviser ma géographie politique. Érigée, depuis sa mise à l’index par le président de la République, en symbole de résistance, épinglée sous forme de badge sur des milliers de poitrines prêtes à s’offrir en sacrifice pour protéger la Culture contre les
barbares, l’héroïne de Mme de Lafayette est presque aussi populaire que le « Che » dans la jeunesse belle et rebelle – on peut s’étonner qu’il ne se soit pas trouvé des petits malins pour imprimer son portrait sur des t-shirts fabriqués au Bangladesh par des enfants sauvés de la délinquance grâce à un honnête travail d’usine.

  • Écolos ou pas, les Allemands verts de peur — Par Luc Rosenzweig

    Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont passé, le 27 mars, un exécrable dimanche : des cantonales calamiteuses pour le premier et une défaite historique de la CDU dans le Bade-Wurtemberg, fief traditionnel des chrétiens-démocrates, pour la seconde. Ce Land riche comme Crésus
    va désormais être gouverné par une coalition de gauche dirigée par un Vert, Werner Kretschmann, un professeur de
    62 ans.

  • Japon: Apocalypse nô — Par Jérôme Leroy

    Toute catastrophe suscite un mélange d’effroi et d’extase. La vieille histoire d’Eros et de Thanatos ou, comme disait Georges Bataille, « ce désir d’approuver la vie jusque dans la mort ». Celle qui s’est abattue sur le Japon qui, comme toute vieille civilisation, sait jouer sur ces deux pulsions avec un grand raffinement dans son art, sa poésie,
    son érotisme nous invite à réfléchir à notre rapport à notre propre fin collective, c’est-à-dire comme civilisation.

  • Les témoins de Jeovah de l'Islam cambodgien — Par Bruno Deniel-Laurent

    «Difficile de devenir musulman ?» Le docteur Abdul Coyaume, intellectuel du mouvement Tabligh au Cambodge, m’observe avec suspicion. Je viens de lui faire remarquer que toute conversion, quelle que soit la religion que l’on embrasse, est un processus délicat qui peut créer des
    déchirements dans sa propre famille. Pas dans le cas d’une conversion à l’islam, estime Abdul Coyaume : « Le Coran est la parole de Dieu, et personne ne peut refuser la Vérité quand elle s’offre à lui ! Pourquoi, alors, serait-il difficile pour un bouddhiste de devenir musulman?»

  • Comment Lehman Brothers a perdu votre fric au poker ? — Par Georges Kaplan

    L’annonce, au matin du 15 septembre 2008, de la faillite de Lehman Brothers – une des plus anciennes banques de Wall Street – a provoqué un véritable séisme financier et déclenché une des plus formidables pannes du système bancaire international qu’on ait jamais vues. Les difficultés de Lehman Brothers étaient pourtant connues. Comme beaucoup de firmes de Wall Street, la banque dirigée par le très antipathique Richard Fuld était notoirement endettée et s’était joyeusement
    vautrée dans un nombre incalculable d’activités affreusement risquées et rémunératrices au regard desquelles un bête investissement dans une titrisation de crédit «subprime» (connu aussi sous le nom d’« actif toxique ») pouvait passer pour un placement de bon père de famille. Tout cela était de notoriété publique.

  • Peut-on avoir raison avec Bernard Henry Levy? — Par Elisabeth Lévy, Isabelle Marchandier et Gil Mihaely · Visuels : Hannah Assouline

    Très vite après le début des combats en Libye, la presse française et internationale parle de massacres de civils
    par les forces kadhafistes. Mais ni la presse, ni les insurgés n’en ont fourni de preuves tangibles. Ces massacres ont-ils eu lieu ?

  • Pas de taxi pour Tobrouk — Par Daoud Boughezala

    Par les temps qui courent, s’opposer à l’intervention armée en Libye vous attire bien peu d’amis. Exception faite
    de quelques parias de la scène internationale – Chavez, Morales, Loukachenko, Khamenei − et du Guide libyen lui-même, l’analyste critique se trouve bien esseulé. Hormis Rony Brauman, la plupart des opposants habituels au « droit d’ingérence¹ » se rangent derrière l’action diplomatique à la hussarde de Nicolas Sarkozy. Entre temps, BHL a subrepticement succédé à Alain Juppé au Quai d’Orsay. L’Histoire retiendra un virage éclair amorcé en quelques semaines.

  • La politique de l'autisme — Par Elisabeth Levy

    Le temps s’est arrêté à Paris. Nous sommes au soir du premier tour des cantonales. J’ai l’impression que je viens de rêver les dix années écoulées – et ça ne me rajeunit même pas. Nous sommes en 2002, dans l’insupportable suspense de l’entre-deux tours. «Tragédie», «Front républicain», «danger», «barrage». «Leurs valeurs et les nôtres». Les mêmes mots des grands jours, les mêmes visages graves, à peine vieillis. Les mêmes sermons.

  • Son FN est un casse-tête pour politologue — Par Pierre-Louis Chantre

    Est-ce du Besancenot mâtiné d’Aubry ? Du Mélenchon nappé de Hollande et d’une larme de Duflot ? Tout le monde l’a
    remarqué : le discours du Front national a changé. Il a même tellement changé qu’on éprouve une certaine difficulté, au-delà de son étiquette « populiste », à lui trouver un label. L’effet du « ni droite ni gauche »,
    que la patronne du FN brandit comme une bonne blague ? Ou plutôt, la confusion que provoque un message « et droite
    et gauche » qui synthétise les extrêmes et le milieu avec ? Ce qui frappe le plus, quand on écoute Marine Le Pen, ce ne sont pas tant ses sorties sur l’islamisation de la France, les méfaits de l’immigration ou le pourrissement des élites, finalement très convenues, très bonne fille qui veut plaire à son père.

  • La vérité, Marine! — Par Cyril Bennasar

    En mars, nous avons tous été privés d’une des émissions les plus intéressantes et inattendues de l’actualité politique française mais, pour moi comme pour tous les
    Juifs que je connais, la plus attendue : l’interview
    de Marine Le Pen sur Radio J. Des voix juives se sont élevées au sein de la « communauté » contre la diffusion d’une parole frontiste sur les ondes israélites de
    France et la présidente du Front national a été désinvitée.

  • L’homme providentiel du futur, c’est le Parlement souverain — Par Gil Mihaely

    C’est le casse-tête de tout meccano institutionnel
    : comment arbitrer entre représentativité et gouvernabilité, c’est-à-dire dans un jeu à somme nulle ? Plus les institutions sont représentatives des divergences au sein de la société, plus il est difficile de dégager un compromis, donc une majorité qui soutienne et accompagne le pouvoir exécutif. Le mode de scrutin n’est donc pas, loin s’en faut, un détail technique, mais un choix politique qui traduit l’importance relative que l’on accorde à la stabilité et à la justice.

  • Voyage au pays de la droite populaire — Par Muriel Gremillet

    Ils sont nés d’une défaite, celle de l’UMP aux élections régionales de 2010 : ils pourraient bien prospérer sur la rude présidentielle annoncée pour Nicolas Sarkozy. Les
    60 députés de la Droite populaire, collectif créé par Thierry Mariani et Lionnel Luca, poursuivent un objectif en apparence simple : « Revenir aux fondamentaux du sarkozysme 2007 et faire barrage au Front national. »

  • Entretien avec Thierry Mariani — Par Muriel Gremillet

    Muriel Gremillet. On soupçonne la Droite
    populaire d’être favorable aux alliances
    avec Front national. Qu’en est-il ?
    Thierry Mariani. Ai-je besoin de répondre
    à cette question ? Tout le monde sait
    que, si je m’étais allié avec le FN dans ma
    région, je serais aujourd’hui président
    du Conseil régional.

  • Entretien avec Jean Clair — Par Isabelle Marchandier et François Miclo · Visuels : Hannah Assouline

    François Miclo. On vous savait historien de l’art, conservateur de musée, académicien. On vous retrouve météorologue... Drôle de reconversion ! Quel est cet
    « hiver de la culture » que vous prophétisez? Et le printemps, c’est pour bientôt ?

  • La luxure d'un fauve — Par Patrick Mandon

    Après des années de purgatoire, le temps de Van Dongen est venu. Il faut dire que sa biographie comporte quelques épisodes mauvais genre, comme sa grande rétrospective à la Galerie Charpentier, en 1942, où l’on vit Mme Otto Abetz, vêtue, à son habitude, sans sobriété. Surtout, il fut du
    « maudit voyage » en compagnie du sculpteur Despiau, mais aussi de Vlaminck et de Derain, avec lesquels il s’était lié d’amitié, trente ans auparavant, à la fameuse Revue blanche, où l’avait introduit Félix Fénéon¹.

  • La culture sur des plateaux — Par Basile De Koch

    L’actualité culturelle et politique à la télé, c’est essentiellement sur le service public, et pour cause : la réflexion n’est pas la spécialité de la télé commerciale, qu’on dit pudiquement « privée » sans préciser
    de quoi. TF1 entretient pourtant une « exception culturelle » qui confirme ses
    règles : ça s’appelle « Au Field de la nuit » (gag !) et ça se trouve tous les lundis vers 1 heure du matin, à une heure où, de toute façon, les « beaufs » de Cabu, s’ils existent encore, ronflent. Le Michel du titre sert-il donc d’alibi culturel à la chaîne des « cerveaux disponibles pour Coca-Cola » ?