Créer une Alerte

Vivre ensemble : la leçon d'Alain Finkielkraut

numéro 41
date 11/2011
magazine Causeur
périodicité mensuel
Univers Actualités
partager
kiosque
  • Pour le peuple, sans le peuple — Par Élisabeth Lévy

    Irons-nous nous faire voir sans les Grecs ?
    Parmi les bienfaits que le monde doit à la France il y a le camembert, Chanel No 5, Rachida Dati, qui devrait entrer au Pavillon des Poids et mesures de Sèvres comme chipie-étalon, et la "primaire citoyenne" qui a fait souffler un vent de modernité
    sur la politique française. Et ce qui est moderne ne se discute pas.

  • Désenchaîner la France — Par Malika Sorel-Sutter

    La République indivisible nous appelle.
    « LA situation de cette petite crèche a l’air d’une petite histoire et, pourtant, si l’on veut maintenir la laïcité dans notre pays, c’est un combat qu’il faut gagner. » C’est par cette phrase,
    claire et limpide, que la philosophe Élisabeth Badinter résumait, en novembre 2010, l’enjeu crucial du procès intenté par une femme voilée
    à la crèche Baby-Loup ; procès qu’il ne fallait en effet pas perdre, sous peine de voir un raz-de-marée déferler sur la République, dont les limites sont continuellement testées.

  • Amiante - Les victimes sont-elles coupables ? — Par Sylvie Topaloff

    L’état doit prendre ses responsabilités
    Chaque année, en France, 2 000 personnes meurent des « cancers de l’amiante ». Ils ne font pas la « une » des médias. Ils ne sont pas reçus à l’Élysée. Leur photo n’est pas placardée dans nos villes. Ce sont des ouvriers ou des retraités de l’industrie, des gens simples dont le seul crime est d’avoir travaillé de longues années et sans protection au contact d’un matériau éminemment toxique, pour des employeurs non pas inconscients mais cyniques.

  • L’omnitout — Par François Miclo

    Normal, oui. Mais normal supérieur.
    Vous avez détesté l’« omniprésident » ? Alors, vous avez dû adorer l’omnicandidat ! Tout au long du mois d’octobre, François Hollande et ses concurrents à la primaire socialiste – pardon « citoyenne » – ont bénéficié d’une couverture médiatique jamais vue. Impossible de passer à côté ! Pendant un mois, la presse en fit ses « unes ». La télévision nous gratifia de près de six heures de direct et consacra des jours et des nuits à gloser sur la lice du moment.

  • Francfort über alles — Par Luc Rosenzweig

    Merkel et Habermas, paladins de l’Europe allemande
    CE qui est fascinant chez Jürgen Habermas, c’est sa vertigineuse capacité à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, en l’occurrence à nous présenter comme raison universelle un discours issu des profondeurs de l’âme allemande et conforme aux seuls intérêts de sa patrie germanique. Il nous avait déjà vendu le bobard du « patriotisme constitutionnel », version bisounours d’un nationalisme allemand à jamais guéri de l’ubris qui anima les Reich numéro un, deux et surtout trois.

  • Les identitaires ont gagné... en Tunisie — Par Daoud Boughezala

    Ennahda : « modernes », pas modérés
    Moins de dix mois après l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le brasier reprendrait en Tunisie. Cette fois, ce ne sont plus de pauvres hères en mal de considération sociale qui s’immoleraient mais une société tout entière, passée
    sans contradiction majeure de la révolte à l’affirmation identitaire. Avec plus de 40 % des suffrages, le mouvement islamiste Ennahda a remporté les premières élections libres du pays, après cinquante-cinq ans de bourrage d’urnes et de plébiscites autoproduits par l’État-parti néo-destourien. La candeur du « Printemps arabe » passée, la bise islamiste serait venue, remplaçant
    l’hydre autoritaire Ben Ali par le non moins diabolique Ghannouchi. L’ennui, c’est que cette belle histoire n’est que simplification et boules
    de gomme. Tenez, je vous livre un scoop ignoré par la majorité des médias : en neuf mois, la société
    tunisienne n’a pas bougé !

  • Fouad et Amina, assassins et héros — Par Gil Mihaely

    Sont-ils la Palestine de demain?
    L’histoire du conflit entre Palestiniens et Israéliens est une succession d’occasions manquées − parce qu’on a hésité, reculé devant un obstacle de taille, voire une concession majeure comme l’étendue du territoire concédé, le contrôle des lieux saints ou le « droit au retour ». Ces opportunités ratées génèrent de la frustration et enveniment les relations déjà compliquées entre les protagonistes.

  • En attendant le Printemps mésopotamien — Par Tigrane Yégavian

    Une Fête de l’Huma en plein Kurdistan turc !
    Dans les rues de Diyarbakir, des banderoles aux couleurs vives annoncent la tenue imminente du « Forum social de Mésopotamie ». On lit aussi cette mention en langue kurde : « La liberté vaincra, une autre Mésopotamie est possible ! » En cette fin de septembre, un air chaud brasse les bruits et les odeurs lancinantes de kebab sur les trottoirs encombrés du centre-ville ; la ville semble rouler au ralenti. Seul le vacarme des F-16 de la chasse aérienne turque, qui décollent de la base militaire de Pirinçlik, toute proche, pour les monts du Kandil, rappelle que cette région est loin d’être pacifiée.

  • Libérez-nous du libéralisme ! — Par Jacques de Guillebon

    Réfutation de Georges Kaplan
    À l’origine, j’avais entrepris de former avec Jérôme Leroy une cabale pour réclamer que Georges Kaplan soit bouté hors de Causeur : certainement un reliquat d’Inquisition chez moi, et une nostalgie de
    procès moscovite chez l’auteur du Bloc. La taulière étant intervenue justement pour nous ramener à de plus amènes sentiments, j’ai cru néanmoins de mon devoir, qui est celui de tous les hommes libres, de
    répondre en raison et sur le fond à l’apologie du libéralisme à laquelle se livre jour après jour le pseudonymé Georges Kaplan.

  • Dossier - Vivre ensemble — Par Élisabeth Lévy, Alain Finkielkraut, François Miclo, Jérôme Leroy, Paul Thibaud, Florentin Piffard, Catherine Rouvier, Daoud Boughezala, Trudi Kohl

    Notre sol a des droits !
    Voulons-nous encore faire France ?
    par Élisabeth Lévy

    Sommes-nous encore un Nous ?
    Comment le changement a changé
    par Alain Finkielkraut

    Misanthrope toi-même !
    Vivre ensemble, mais pas avec tout le monde
    par François Miclo

    Et l’identité chassa l’égalité
    L’économique n’explique pas tout, mais quand même
    par Jérôme Leroy

    L’identité post-nationale en débat
    Quand Le Monde découvre les vertus de l’appartenance
    par Paul Thibaud

    Quand Paris ne vaut plus une messe
    Conversation sur la conversion
    par Florentin Piffard

    Révisez votre genritude !
    Oubliez féminin, masculin et pluriel
    par Catherine Rouvier

    « Toutes les religions ne sont pas compatibles avec toutes les nations »
    Entretien avec Christopher Caldwell
    Propos recueillis par Daoud Boughezala

    À bas le vivre-séparé !
    Pour vivre heureux, vivons casse-pieds
    par Trudi Kohl

  • Jean-Louis Murat chanteur en voie de disparition — Par Ludovic Maubreuil

    Grand lièvre, album antimoderne
    DANS l’univers étriqué de la chanson française, qui sue sur les rimes et louche sur le voisin, Murat est
    une sorte de miracle, ce que vient une fois de plus confirmer son dernier album en date, Grand lièvre,
    dont le titre ne reprend pas pour rien le nom d’une espèce en voie de disparition. Avec ses textes exigeants, jamais tire-larmes, mais à la nostalgie tenace, ses expressions désuètes, ses lapsus anglais, son érotisme païen et son besoin inassouvi
    de héros, Murat, c’est l’anti-Aznavour, l’improbable croisement entre Ferré et Dylan.

  • « En Algérie, l’individu ne s’est jamais émancipé » — Par Paulina Dalmayer

    Rencontre avec Boualem Sansal
    La rue Darwin n’existe plus : elle porte désormais
    le nom d’un certain Benired Mohamed. « C’est une conception du monde qui s’en était allée par la
    volonté d’une délibération municipale », écrivez-vous... Comment définiriez-vous cette nouvelle
    « conception du monde » qui s’est imposée en Algérie ?

  • Le Bloc - Au fond du Front — Par Philippe Cohen

    Jérôme Leroy, antifasciste sans moraline
    Pour les lecteurs familiers, ou simplement connaisseurs de l’extrême droite, Le Bloc, le roman de Jérôme Leroy, pose un problème lancinant : on se surprend à traquer, page après page, les similitudes et les différences qui rapprochent ou distinguent le Front national du Bloc patriotique, Jean-Marie Le
    Pen de Roland Dorgelles, et sa fille Marine d’Agnès, dont le héros, un lettré marginal, tombe éperdument
    amoureux.

  • Journal intime de bord — Par Roland Jaccard

    Le lieutenant Mori Ogai vogue vers l’Occident
    Vient toujours, dans la vie d’un homme, un moment où il comprend qu’il doit vivre sa vie et non celle que ses parents ou que ses proches ont voulue pour lui. Pour Mori Ogai, ce moment coïncide avec son départ pour l’Allemagne.

  • Alexandre le grand — Par François-Xavier Ajavon

    Vialatte par monts et par vaux
    De fâcheux malentendus brouillent encore l’image d’Alexandre Vialatte (1901-1971). Les uns ne voient que l’écrivain « régionaliste » qui a loué l’Auvergne enchantée, les autres un amuseur aux saillies dévastatrices dans le sillage duquel on trouve Pierre Desproges.

  • Lost in seventies — Par Jérôme Leroy

    Bienvenue à Schnock, la revue des vieux de 27 à 87 ans
    au coeur quand vous voyez passer une R16 dans la rue, vous regardez, la nuit, en secret, des films sur le câble avec Véronique Jannot et Claude Brasseur où vous surprenez, le temps d’un plan trop rapide, cette Atlantide perdue : un pubis de fille
    non épilé. Vous feuilletez mélancoliquement, dans les caisses des bouquinistes, les livres de poche qui montrent Annie Girardot en couverture de Docteur Françoise Gaillard ou les Paris Match qui annoncent le mariage de Caroline de Monaco.