Créer une Alerte

Éphémère

numéro 93
date 07/2011
magazine ETC MEDIA
périodicité trimestriel
Univers Art contemporain
nationalité CA
partager
kiosque
  • Mine de rien — Par Lyne Crevier

    L'éphémérité n'est-elle pas l'expérience de tous les instants? À l'instant même, je respire et voilà qu'un nouveau souffle annule le précédent. Ainsi, tout à la subjectivité du moment, l'éphémère pousse à l'agir. Histoire d'arpenter l'espace, de « bien accueillir l'esprit de la vague, accepter le fluant et le flottant, une vie passage pourtant essentielle qui trouve dans l'élément aquatique sa réalité et sa métaphore1 ». En ce début du XXIe siècle, la généralisation du jetable fait figure de cliché, hérité en droite ligne du ton alarmiste des écologistes des années 1960. L'obsolescence des objets d'aujourd'hui est un secret de polichinelle. Le marché du travail s'aligne également sur ce fait avéré : nommément, la précarité générale dans laquelle baignent les producteurs-consommateurs de biens.

  • La terre est passée — Par Daniel Poulin

    La relation au temps est étroitement liée à la façon d'habiter l'espace. Au fil de l'histoire et des cultures, les deux concepts ont tendance à se différencier ou à se confondre. Le phénomène d'expédition art nature dont j'ai été témoin au cours des deux dernières décennies soulève un fascinant paradoxe quant à la présence hic et nunc. Il va peut-être à contre-courant de la vague d'art éphémère à laquelle il semble appartenir, en rejoignant, dans ses intentions et sa manière, des pratiques d'une autre nature. La démarche est un contexte

  • Chronique du temps pressant — Par Marius Tanasescu

    Est-ce le fait d'une séduction ou d'un leurre, de faire confiance aux images, aux œuvres apparemment dissimulées ? Quand Bramante a fait construire le célèbre trompe-l'œil à la sacristie de l'église Santa Maria presso San Satiro de Milan, a-t-il pensé au moment du regard du visiteur, ce moment unique qui permet de perdre la tête, au moins une fraction de seconde, pour se laisser embrasser par l'illusion ? Mais la chapelle de Bramante reste et restera encore pour des siècles, tandis que certaines œuvres contemporaines subsistent seulement le temps d'une exposition. Ou tout au plus, à travers des photos de ces œuvres temporaires, ensuite commercialisables pour les galeries.

  • Précaire monument aux fluides ambiants : une plongée dans l'oubli avec Lani Maestro — Par Christian Roy

    La présence monumentale de l'installation de Lani Maestro dans la grande salle de la Fonderie Darling ne doit pas nous abuser. L'air de rien, c'est toute prétention à s'installer dans l'être qu'elle met en cause, ne l'admettant que comme faire-valoir de ce qui brille par son absence et n'est justement pas rien, mais le milieu de toute existence : l'élément air, voué à l'oubli dès que celle-ci prend forme et lui emprunte sa vie. Maestro répercute ici la méditation de Luce Irigaray sur L'oubli de l'air chez Martin Heidegger, à propos de cette hypothèque grevant même l'effort de penser l'oubli de l'être en son déploiement à partir de l'Ouvert, puisqu'il négligerait une fois de plus les éléments qui le constituent.

  • Jouer l'éphémère au corps — Par Jean Gag

    Dramaturgie de l'éphémère et de la trace dans la création instrumentée de Pierre Hébert.
    Si l'on peut penser quelque chose comme étant éphémère, c'est parce qu'on peut aussi concevoir quelque chose qui serait permanent. Dans cet hiatus entre ce qui passe et ne dure pas, et ce qui dure éternellement, il se produit beaucoup de choses. Cet « espace de temps et [de] temporalisation de l'espace est différance » (Stiegler, 1994), donc trace et instrument du traçage. Mais, en dernière analyse, ce sont nos corps qui sont éphémères et voués qu'à ne passer. Quant au reste, ce qui serait du domaine de l'art et de l'esprit, cela se trouve sans doute dans ce drôle d'espacement constitué de la mémoire et de sa trace, de gestes et de rythmes, de techniques et de langages (Leroi-Gourhan, 1964 et 1965). Il réside dans les tentatives infinies d'inscription d'une éternité, ou d'une durée qui nous survivrait.

  • Ce que (me) dit le Fragment 6 d’Héraclite — Par Anne Cauquelin

  • Interview avec David Tomas — Par Marc James Léger

  • Michel Schweizer — Par Didier Arnaudet

    Théâtre Bordeaux

  • Shary Boyle, Enfance et histoire : le nouvel insolite folk — Par Patrick Poulin

    Exposition Montréal

  • The Debris of the Aura : Valérie Blass at Parisian Laundry — Par James D. Campbell

    Exposition Montréal

  • « Trajets », récits gigognes — Par Lyne Crevier

    Montréal

  • Patrick Ward : le spectre des procédures — Par Patrick Poulin

    Montréal

  • Éric Ladouceur, Capitaine Midas — Par Anne-Marie St-Jean Aubre

    Montréal

  • Versailles, Takashi Murakami, La conscience est ronde — Par Manon Morin

    Versailles

  • Didier Marcel : La nature de Marcel. Du champ moulé aux cerfs vidés — Par Marc de Verneuil

    Paris

  • Sabine Zaalene, Séquences – Le temps suspendu — Par Julia Hountou

    Monthey

  • La pratique critique de Patrice Loubier — Par Véronique Leblanc

    Vers un renouvellement de la critique d'art