Créer une Alerte

2012

numéro 3
date 01/2013
revue La belle revue
périodicité annuel
Univers Art contemporain
partager
kiosque

« La mondialisation, tant décriée, est d’abord celle de l’accès à la connaissance » nous disait Jérémy Rifkin dans un entretien donné au journal Le Monde1. Toutefois, si la culture se développe en se partageant, elle doit en retour bien prendre garde à préserver la multiplicité de ses composants, faute de quoi, comme nous le rappelait Claude Lévi-Strauss2, il n’y aura rapidement plus rien à échanger.

  • Documentologie — Par Annabel Rioux

    Initié en 2012 par le Parc Saint-Léger, le pôle graphisme de Chaumont et trois Ecoles Nationales Supérieures d’Art (Bourges, Dijon et Paris-Cergy), le projet La Grande Ourse vise à renforcer les interactions entre les recherches artistique, graphique et théorique. De janvier à mars 2012, le centre d’art de Pougues-les-Eaux a ainsi accueilli trois artistes, Amélie Deschamps, Camille Le Houezec, Mickaël Valet, deux graphistes, François
    Havegeer et Sacha Leopold, et un théoricien, Gallien Déjean. Pendant trois mois, les résidents ont collaboré pour produire ensemble un objet éditorial commun mais particulièrement protéiforme, dont ces cinq pages tentent d’explorer quelques unes des multiples facettes.

  • The matter of contradiction - Ungrounding the object — Par Fabien Giraud et Ida Soulard

    La Matière de la Contradiction/The Matter of Contradiction est une série de séminaires et de workshops organisée par Sam Basu (directeur de Treignac Projet), Fabien Giraud (artiste), Ida Soulard (chercheuse en histoire de l’art) et Tom Trevatt (curateur). Le workshop The Matter of Contradiction/Ungrounding the Object, deuxième
    événement de la série, s’est déroulé à Treignac Projet du 1er au 7 septembre 2012, suivi de deux jours de conférence au Centre International d’Art et du Paysage de l’île de Vassivière les 8 et 9 septembre.

  • Artistes en résidence - Entretien avec Martial Déflacieux — Par Annabel Rioux

    Le projet « Artistes en résidence », initié en 2011 à
    Clermont-Ferrand par Martial Déflacieux, tente de
    redéfinir les conditions de la production artistique dans un contexte de résidence. Cet entretien est l’occasion de présenter le projet, ses implications au niveau local et global, ainsi que les enjeux cruciaux qu’il soulève concernant la situation des artistes aujourd’hui.

  • Considérer le négligeable — Par Gwilherm Perthuis

    Artiste autrichien assez méconnu en France, Lois Weinberger affirme des préoccupations écologiques et sociales singulières dans le champ de l’art contemporain.

  • David Lynch, in your face ! — Par Marion Duquerroy

    Les questions entourant l’image sous toutes ses formes, et notamment les liens entre arts plastiques et cinéma, sont au cœur des préoccupations du FRAC Auvergne. Celui-ci consacrait au début de l’année
    2012 une grande exposition à David Lynch, déployant dans ses espaces une large sélection de lithographies, et, accordant également une place
    à ses courts-métrages. Un David Lynch non seulement cinéaste, mais aussi pleinement artiste.

  • Renverser les images et les origines — Par Marie Bechetoille

    Pour sa dernière exposition à la tête du musée de Rochechouart, Olivier Michelon a invité le jeune collectif Irmavep Club à déployer dans les
    vastes salles du château les deux derniers volets d’un cycle d’expositions débuté à Paris en 2011, à la galerie Schleicher+Lange.

  • Julie et sa cousine, une histoire à l'horizontal — Par Aurélien Mole

    Prenant pour point de départ l’affiche du film vintage pornographique Julie et sa cousine, Clément Rodzielski en a tiré un ensemble d’oeuvres oscillant entre dissimulation et suggestion.

  • Faire surgir les images — Par Judith Quentel

    L’exposition de Rainier Lericolais au Frac Limousin met en lumière la cohérence d’une pratique artistique prenant des formes multiples, et régie par un désir constant d’expérimentation.

  • Expanding color — Par Laurence Kimmel

    Conçu par Karen Tanguy pour l’espace de la Tôlerie à Clermont-Ferrand, le programme Expanding Color aborde en deux volets la question de la couleur et de son usage par les artistes au-delà des conceptions
    traditionnelles de la peinture : d’une part, dans le champ de la sculpture, et d’autre part, dans son rapport à l’espace et à l’architecture.

  • Espace plan de la durée — Par Caroline Engel

    Suite à sa résidence au musée de la céramique de Lezoux, Rachel Labastie a composé une exposition dans laquelle chaque oeuvre évoque plus ou moins directement le corps, un corps fragile et souvent contraint, fragmenté ou perceptible en creux...

  • Form follows fiction — Par Edouard Montassut

    Pour son projet au Parc Saint Léger, breathing house, la maison respire, Jean-Pascal Flavien conçoit une maison jouxtant le centre d’art et
    imagine les mouvements d’une respiration entre ces deux espaces.

  • A rebours (construire la destruction) — Par Alexandre Castant

    Comme à son habitude, Joris Van de Moortel inaugurait son exposition au Transpalette par une performance musicale de haute intensité, dont les vestiges devenaient les éléments centraux de l’exposition.

  • Et Bourges surgit de ce brouillard parfois doré — Par Joël Riff

    Arpenteur infatigable, curieux insatiable et exigeant, Joël Riff a sillonné la totalité des lieux de la 6e biennale de Bourges, événement désormais
    ancré dans le paysage national des biennales, en particulier pour son Panorama de la jeune création, et évoque ici les points mémorables de son parcours, accompagnés d’images de son cru.

  • Les baleines ont aussi des oreilles — Par Mathilde Sauzet

    L’histoire de Substrat s’invente sur une île. Grêlons, manèges et trompettes en sont quelques protagonistes. Une baleine y laissa même son oreille… Précieux collectionneur de curiosités, Evariste Richer mêle à ses intrigues fictives, phénomènes naturels et scientifiques. L’exposition Substrat révèle la détresse des hommes à inventer un
    monde à l’écoute de leurs natures.