Créer une Alerte

Yann Garvoz

numéro 1033
date 03/2011
magazine La Quinzaine Littéraire
périodicité bimensuel
Univers Littérature
partager
kiosque
  • L’art de la démesure — Par Maurice Mourier

    Au XVIIIe siècle, le jeune fils d’un planteur des « colonies », après des études en France qui l’ont mis au contact des idées philanthropiques des Lumières, rentre au pays. La plantation de canne à sucre de son père fonctionne, selon l’ancien système éprouvé, sur la soumission absolue des esclaves au maître. Imprégné d’utopie rousseauiste, Donatien, qui porte le prénom du Divin Marquis, va essayer de moderniser et d’humaniser le domaine. Ce livre étrange, aux deux tiers réussi, raconte son échec.

  • Exorcisme — Par Hugo Pradelle

    Sous les dehors de la plus grande violence, António Lobo Antunes signe un extraordinaire roman sur l’amour et la jeunesse, les démons qui nous hantent, faisant de voix disparates et indéfinissables les chambres d’échos de la nature du monde.

  • Une jeunesse — Par Norbert Czarny

    Un lecteur pressé qui se fierait au titre de ce roman se fourvoierait inévitablement. Les amateurs du chanteur à transformations seront déçus ; ceux qui ne le supportaient pas, ou plus, aussi. Il n’est que rarement question de lui dans ce roman. Encore que.

  • Entrer dans la langue — Par Tiphaine Samoyault

    Après dix-neuf années entièrement monolingues, Akira Mizubayashi est entré dans le français dont il a fait sa passion exclusive. Pour se défendre d’un désaccord ressenti dans sa langue entre les mots et les choses, mais en faisant aussi le choix de devenir un étranger perpétuel

  • Avec élégance — Par Monique Baccelli

    Sachant que le roman relate la dernière phase d’une maladie neurologique dégénérative, on peut craindre d’avoir affaire à un récit doloriste, ou au contraire à l’étalage d’un courage, qui sera forcément admirable.

  • Un conte pour les grands — Par Marie Etienne

    L’étonnement peut-être est ce qu’éprouve le lecteur, devant ce livre hors du commun, répétitif et stimulant

  • Art de vivre art d’écrire — Par Agnès Vaquin

    Les Pensées simples de Gérard Macé se succèdent sans dessein initial. Aucun ordre caché ne régit leur progression buissonnière. En dépit de leur disposition en trois parties, un seul astérisque sépare des textes qui défilent au petit bonheur. L’intention qui les a réunis est ailleurs et nous est dévoilée à l’avant-dernière page : « Que faites-vous avec toutes ces bribes ? me demande un ami qui se veut bienveillant./Je bâtis des abris qui ne sont pas des refuges. Des abris provisoires où l’oubli laisse passer le jour, des maisons flottantes qui vont à la dérive et dans lesquelles je suis heureux./Je construis avec des souvenirs et des citations. »

  • Les débuts d’un grand écrivain — Par Claude Fierobe

    Ce recueil rassemble toutes les nouvelles (14) écrites entre 1907 et 1913, y compris Le Prélude (jamais révisé), qui fut le premier texte publié de l’écrivain débutant. Version française allégée d’une remarquable édition critique anglaise, il contient notices, chronologie, ainsi que des cartes d’Eastwood, ville natale de Lawrence, et de Croydon, où il vécut de 1908 à 1911.

  • Cranach, son temps et le nôtre — Par Georges Raillard

    Des jours heureux pour Cranach. Des jours heureux avec Cranach. On a appris en même temps que l’exposition Cranach et son temps viendrait de Bruxelles à Paris. Et que Paris récoltait le million d’euros qui manquait pour que les Trois Grâces prenne place dans les collections du Louvre.

  • Le sexuel dans tous ses états — Par Michel Plon

    Les divisions et autres clivages qui caractérisent le mouvement psychanalytique français, lacanien plus spécialement, sont connus même si leurs raisons d’être demeurent souvent obscures, les écrits théoriques à ce sujet faisant cruellement défaut. À cet état de fait s’ajoutent d’autres lignes de fracture qui ne provoquent que peu de débats comme si une sorte de coexistence pas forcément pacifique mais silencieuse était alors de mise. De part et d’autre c’est pourtant de la psychanalyse dont on se réclame, c’est Freud et Lacan qui sont invoqués, souvent de manière parfaitement contradictoire mais personne n’en dit mot, ou presque, chacun poursuivant son petit bonhomme de chemin. Il n’est pas certain, euphémisme s’il en est, que la psychanalyse, son audience et son développement y trouvent leur compte.

  • Le cerveau aujourd’hui — Par Jean-Michel Kantor

    Bertrand Gille, le grand historien des sciences et des techniques, associait à chaque période historique un objet symbolique. Suivant ce principe notre époque actuelle sera peut-être représentée par un cerveau, le « Nouveau Totem » dont nous parle Patrick Davous, neurologue éminent, spécialiste de la maladie d’Alzheimer.

  • Un désordre sans fin — Par Lucien Golette

    Rétrospective - 206 millions (et demi) de spectateurs français ont donc l’an dernier franchi les portes des salles de cinéma. Le record, datant de 1967, s’efface des tablettes, un record que personne n’aurait imaginé qu’il pût être battu un jour, depuis si longtemps que l’on annonce la mort du cinéma-spectacle collectif, remplacé, tous les pronostiqueurs l’assuraient, par les écrans domestiques, du home cinéma à l’ordinateur de gousset. Vive le cinéma, donc.