Créer une Alerte

Même pas peur !

numéro 13
date 02/2010
magazine Modzik
périodicité bimestriel
Univers Mode
partager
kiosque

Lors du repas précédant sa crucifixion, le Christ était accompagné de ses douze apôtres : depuis ce jour, les tablées de treize inspirent une certaine méfiance dans nos contrées. Quelque treize siècles plus tard, c’est près de la moitié des
Templiers de Paris qui périt, brûlée… un vendredi 13. Le calendrier Maya – celui à cause duquel on va tous mourir à la veille de 2013 – comporte vingt mois de treize jours chacun.
Ces nombreux éléments auraient pu nous conduire à céder à
la triskaidékaphobie (phobie du nombre 13).

  • Yoyoyo Acapulco — Par Guilaume Cohonner · Visuels : DR

    Fjord Vs Ukulélé

  • Santigold VS Devo — Par Guilaume Cohonner

    Quand l’un des groupes les plus intègres et malins face au business des eighties accepte mollement de se faire produire par la Kanye West féminine, Santigold, nous à la rédaction, ça nous fait flipper. Petite analyse d’un échec possible.

  • M. le Maudit — Par Piere Michel

    De drôles d’idées peuvent parfois trotter dans la tête. Des musiques aussi. Des petits airs, refrains, rengaines qui meublent, accompagnent la journée. C’est comme ça, on s’attache, on s’empoisonne de maudites ritournelles qui ne font qu’un avec un corps devenu le jouet d’une sinistre partition, pantin mélomane de l’horreur et tourneur de pages de célèbres chapitres de l’histoire du crime. « M. la Maudite » n’est pas une chanson des BB Brunes, qui devront un jour s’en expliquer auprès du Tout Puissant, mais celle du vampire de Düsseldorf, aka M le Maudit.

  • Raoul Sinier - Signé Ra — Par Mathilde Janin

    Artiste numérique, Raoul Sinier crée prints, artworks, clips vidéo et sort ce mois-ci son premier roman graphique, Les Aveugles, écrit par Sylvie Frétet.

  • Christian Boltanski Monumental — Par Mathilde Janin

    L’oeuvre que Christian Boltanski a conçue pour Monumenta traite de l’inéluctabilité de la mort et du hasard qui gouverne chaque vie. Un coup de dés
    magistral présenté au Grand Palais.

  • Garorock — Par Guillaume Cohoner

    Le premier festival de la saison offre une fois de plus une programmation alléchante, petit aperçu de la programmation autour de 13 artistes sélectionnés
    par la rédaction.

  • V.V. Brown V pour Vendetta ! — Par Joss Danjean · Visuels : Taki Bibelas

    À seulement 24 printemps, cette belle plante au charme pétulant et au caractère bien trempé déboule sans crier gare dans le monde de la musique avec un premier album rétro soul aux accents indie pop où elle cumule les casquettes : chanteuse, compositrice, multi-instrumentiste et même productrice. Sans oublier un style très affirmé inspiré des sixties et doublé d’un sens aigu de la customisation, entre design vintage et look urbain actuel. Même sa coupe de cheveux fait déjà des émules sur le sol britannique au grand dam des coiffeurs !

  • These New Puritans A_Pop_calypse Sonore — Par Mathilde Janin · Visuels : Luc Valigny

    À la sortie de leur premier album, ils avaient été annoncés comme les concurrents des Klaxons. Les voici maintenant loin des sentiers balisés de la pop FM, malgré leur refus d’endosser l’étiquette de musiciens expérimentaux. Ces nouveaux puritains sortent un disque dingue : épique, flippant, rétro-post-apocalyptique. Un mélange d’atmosphère médiévale et de sonorités industrielles, sorte de B.O. idéale pour un Seigneur des Anneaux sous acide, où chaque morceau se tient et où tous se répondent. Un album empli d’une énergie purement dionysiaque, résonnant comme un appel à la violence et au chaos.

  • Vampire Weekend Voodoo Childs — Par Guillaume Cohonner · Visuels : Daniele Tedeschi

    Après le succès interplanétaire de leur premier
    album, on a voulu prendre le pouls des jeunes
    Vampire Weekend. Pas de grosse tête à l’horizon,
    seulement une hyperactivité qui les a poussés à
    enregistrer, au sortir d’un tournée gargantuesque,
    Contra, disque bien plus synthétique et électronique
    que leur précédent chef-d’œuvre sorti il y a à peine deux ans. Rencontre avec le batteur Chris
    Tomson et le bassiste Chris Baio.

  • Micky Green Golden Girl — Par Joss Danjean · Visuels : Tetsuharu Kubota

    Quand Michaela a débarqué en 2007 avec son premier
    album aux accents un peu bricolo sous le bras, nous, on y a tout de suite cru. Le coup du
    mannequin qui chante, on nous l’avait déjà fait et
    rarement avec bonheur, mais il est des exceptions
    qui confirment la règle… Les sceptiques ont dû
    se rendre à l’évidence : quelque 180 000 albums
    de vendus, une pluie de concerts et festivals et
    même une Victoire de la Musique, force est de
    constater que l’on doit désormais compter avec
    Micky Green. Avec son second opus, Honky Tonk, elle persiste et signe une pop bluesy,
    nonchalante et décomplexée, tout à la fois extrêmement élaborée et délicieusement artisanale.

  • Massive Attack, retour aux sources — Par Joss Danjean · Visuels : Waren du Prez et Nick Thornton Jones

    Chaque album de Massive Attack est un événement
    et Heligoland ne déroge pas à la règle. Désormais
    réduite aux deux membres 3D et Daddy G, la bande de Bristol devenue culte signe cette année un cinquième opus bardé d’invités, du fidèle Horace Andy à l’omniprésent Damon Albarn. Sept ans après le sombre 100th Window, rencontre avec un 3D apaisé et même
    jovial…

  • Numéro 13 — Par Pierre Michel

    Ça tient parfois à peu de choses. Il a suffi qu’en l’an 33, une sauterie sur le pouce concoctée à la bonne franquette tourne au vinaigre pour que, depuis, on tremble à l’idée de se retrouver à treize pour partager le bout de gras. Peur que la
    mayonnaise ne prenne pas. Depuis, on se méfie et la frontière est parfois ténue entre protocole et superstition. Superstition ou pensée magique, la persistance du treize dans l’imaginaire collectif tend à prouver que le symbolisme n’est pas mort et qu’il a plutôt la peau dure. Sa seule inscription fait signe, inquiète, interroge. Un nombre comme un gri-gri dont le pouvoir tient autant de l’effet placebo, de la méthode Coué, que d’une foi réelle et profonde en des forces claires ou obscures. Un coup du destin qui tient autant de la malédiction que de la bénédiction, un pile ou face sans second essai. La faute à pas de chance, aux hasards du calendrier. Car treize est une marque, à l’instar du héros de BD éponyme de Jean Van Hamme, un marqueur qui signale que quelque chose va ou est en train de se jouer. Un signe des temps qui changent, d’un moment où l’on délaisse les chemins balisés pour emprunter des sentiers plus escarpés où la boussole s’affole. Entre symbolisme et réalité, un nombre comme un lieu d’affrontements, de hasards qu’aucun coup de dés ne viendra abolir.

  • L’essence magique de Cartier — Par Flora Zoutu

    Une collection numérotée de I à XIII ! À l’instar d’une Victoire de Castellane qui dépoussiéra le monde de la joaillerie en en bousculant les codes, le nez de Cartier Mathilde Laurent continue discrètement sa révolution et propose avec « Les Heures de Parfum » une nouvelle grammaire de la haute parfumerie. Avec sa Treizième Heure, elle met la magie en bouteille !