Créer une Alerte

Numéro 11

numéro 11
date 11/2010
magazine Novo
périodicité bimestriel
Univers Culture
partager
kiosque
  • Une balade d’art contemporain : exposition The Idea of Africa (Re-Invented) #1 à Berne

  • Les rencontres... — Par E.P. Blondeau,Emmanuelle Abela,Fabien Texier,Philippe Schweyer,Cécile Becker,Manuel Daull · Visuels : Vincent Arbelet,Laurent Attias,Christophe Urbain,Eric Antoine, Nicolas Waltefaugle

    Neil Hannon - au fil du Neil
    Antoine De Caunes - Rock'n'roll Marabout
    Jeffrey Lewis - COncert sold-out dans un café de Strasbourg
    Philippe Poirier - Nouvel album, Les Triangles Allongés
    Otar Iosseliani - Chantrapas
    Yves Ravey - Comme un western sous la neige

  • Cinérama 5 — Par Olivier Bombarda

    Remake de l'oeuvre de Kim Ki-young (datant de 1960 et visible sur mobi.com), The Housemaid d'Im Sang-Soo s'accorde un constat sociétal contemporain, terrible et acerbe : encore tenu en laisse par quelques préceptes moraux dans les années soixante, la classe moyenne parvient cinquante ans plus tard au statut de grande bourgeoisie décadente, avilissante et impunie.Luxe et luxure alimentent le jeu d'une société réelle, aucentrée, violente, où les dérèglements font loi pour mieux servir.

  • Le monde est un seul / 10 : Beuverie(s) — Par Christophe Fourvel

    Dans une scène du film The Wrestler de Darren Aronofsky, Mickey Rourke, vieux catcheur meurtri par l’automne douloureux de sa vie, invite une strip-teaseuse avec qui il entretient des liens d’une tendresse tarifée à boire un verre en plein jour. Ils sont dans un bar presque désert d’un après-midi de semaine et qui est pour lui comme une bouée.

  • Manga Kamishibai, du théâtre de papier à la BD japonaise — Par Eric P. Nash

    Au Japon, la généalogie de la bande dessinée est des plus curieuses. L’un de ses ancêtres est le théâtre de papier, ou kamishibai, qui consiste en une succession de peintures qu’un montreur, le kamishibaiya, exhibe en plein air, sur un petit cadre, en racontant l’histoire avec force mimiques et ports de voix, pour un public enfantin. Les spectacles sont gratuits. Le kamishibaiya vend des bonbons à ses jeunes spectateurs et c’est de cela qu’il vit.

  • L’expérience Pierre Feuille Ciseaux : PFC # 2 — Par Fabien Texier

    Seconde édition de ce laboratoire expérimental avec ateliers, expos, projections, performances et débats, montée à la force du poignet par Jun (Julien Misserey) et ses bénévoles de l’association Chifoumi durant une semaine à la Saline royale d’Arc-et-Senans.

  • L’épée et la rose de Joao Nicolau - L'homme est le capitaine — Par Catherine Bizern

    C’est un film de pirate, d’espionnage et de fantaisie1. On y parle allègrement portugais, anglais, français, engagement, magie, trahison. Lorsque le capitaine du bateau s’enferme dans sa cabine, cela se passe brusquement, dans un raccord de plans.Alors l’équipage s’inquiète, il attend, se poste finalement devant sa porte et chante une douce romance Tenho saudades tuas, vem foder, I miss you so much, come and fuck me, Tenho saudades tuas, I miss you so much, vem foder, come and fuck me…

  • Entretien avec Tino Sehgal — Par Peter Sloterdijk

    Première d’une série d’interventions artistiques à l’Aubette 1928, les pièces de Tino Sehgal arrivent à Strasbourg à l'Aubette 1928. Le complexe de loisirs mythique, qui a existé de 1928 à 1938, décoré par Theo Van Doesburg, Sophie Taeuber-Arp et Hans Jean Arp redevient ainsi un laboratoire de la création internationale.

  • 3-2-1 ART ! — Par Emmanuel Abela · Visuels : Stéphane Louis

    L'art contemporain est en quête de visibilité à Strasbourg. Les structures municipales et associatives sont invitées à investir leur espace dans le cadre de l'édition 2010 de St-Art, poitn d'orgue de l'opération Strasbourg Art Contemporain. Renontre avec Souad El Maysour, déléguée à la culture à la Communauté Urbaine de Strasbourg, à l’occasion du lancement de l’artothèque.

  • Penser la ville : Apollonia participe à la rénovation urbaine à Strasbourg — Par Sylvia Dubost

    Avec e.cités, ensemble de manifestations autour de la création contemporaine à Bucarest, Apollonia propose un projet ambitieux. Au-del à de l’aspect purement artistique, il entend participer à la rénovation urbaine de la ville de Strasbourg.

  • Christian Boltanski sait que toute trace ne permet pas de survivre — Par Guillaume Malvoisin · Visuels : Vincent Arbelet

    Distillée dans les rues d’un petit village de Bourgogne, l’oeuvre est intitulée Parcours d’ombres. À Vitteaux, les veneles s’agitent en fin de nuit et les petites figures découpées par Christian Boltanski sont prétextes à tutoyer Dieu, la joie et les petites ombres.

  • Chaleur hivernal : Le festival GéNéRiQ devient TGV GéNéRiQ — Par Emmanuel Abela

    Pour sa quatrième édition, le fes tival GéNéRiQ se déplace de février à décembre et devient TGV GéNéRiQ. L’es prit du festival reste ce pendant inchangé, ce que confirment Lisa Van Reeth et Gilles de Valck, respectivement adjointe à la Direction et chargé de création à la Vapeur, à Dijon.

  • Florent Marchet, sans compromis ni prétention — Par Mathieu Rémy · Visuels : Arno Paul

    En trois albums (quatre si l’on ajoute le roman chanté Frère Animal), Florent Marchet s’est imposé comme un auteur important, dont l’univers s’est encore affirmé avec la parution de Courchevel. Il est programmé en solo et en groupe dans le cadre TGV GéNéRiQ 2010.

  • Pierrick Sorin, le théâtre ne l'intéresse pas plus que ça… — Par Sylvia Dubost · Visuels : Brigitte Enguerrand

    Même au théâtre, Pierrick Sorin continue à faire de la vidéo. Car le Nantais, désormais star de l’art contemporain, fils de Méliès et de Tati, le théâtre ne l’intéresse pas plus que ça… sauf en tant que fabrique d’images où il peut continuer ses expérimentations visuelles .

  • Festival Premiers Actes : Monuments dans la vallée — Par Guillaume Malvoisin

    Pas de disc ours, pas de décor. Premiers Actes avance l’idée que la vie dans les marges s’adresse à tous, plus exactement à chacun. Et la petite bande d’habiter ses théâtres inventés comme d’autres habitent le urs poèmes , avec modestie et générosité. Carnet de bord sur le retour.

  • Abel Ferrara, so wild ? — Par Fabien Texier

    Le britannique Brad Stevens est l’auteur de la biographie de référence d’Abel Ferrara. Il porte un regard sur l’oeuvre d’un réalisateur plus cohérent qu’il n’y paraît.

  • Le cinéma africain, une communauté de regards — Par Baptiste Cogitore

    Dire que le public africain est friand de cinéma serait une litote. Les nombreuses rencontres cinématographiques d’hier et d’aujourd’hui attestent d'une véritable passion des Africains pour le 7e art : du prestigieux Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco), jusqu’aux rencontres cinématographiques du Caire, de Marrakech et d’Afrique du Sud, on ne compte plus le nombre de manifestations de cinéphiles sur le continent. Mais les réseaux de production et de diffusion qui se mirent en place à partir des années 1960 commencent à s’essouffler tout en devant faire face à une nouvelle donne économique.

  • Kira Mouratova, le souci du détail — Par Baptiste Cogitore

    Pendant vingt ans, Kira Mouratova a ancré ses oeuvres dans le quotidien des petites gens de l’URSS. Très vite confrontée aux limites de la tolérance du pouvoir communiste en matière d’esthétique, elle refusa les concessions et fut censurée. Spécialiste du cinéma soviétique, Eugénie Zvonkine prépare l’édition de sa thèse sur Mouratova1. Elle revient sur l’oeuvre de cette cinéaste à la vision aiguisée par le souci du détail.

  • La vie au ranch, cinéma réalité — Par Emmanuel Abela · Visuels : Stéphane Louis

    En général, on s’attache aux ruptures sentimentales, moins aux séparations amicales. Et pourtant dans La Vie au ranch, au-delà de la thématique de l’entrée dans l’âge adulte, c’est bien la douleur d’une séparation entre deux amies que vous évoquez implicitement… La rupture amoureuse est narrativement plus

  • Pic Pic André, haute fidélité — Par Fabien Texier

    On a vu leurs premiers courts d’animation, Pic Pic le cochon magik et André le mauvais cheval en même temps que le tout premier Wallace et Gromit dans l’OEil du Cyclone : une de ces émissions de l’ancien PAF qui prenait le temps d’aller chercher la création dans des recoins pas possibles. On se disait au début des années 90 qu’on n'aurait probablement jamais la chance de continuer à voir de tels bijoux à la télévision et encore moins au cinéma.