Créer une Alerte

Numéro 18

numéro 18
date 12/1993
magazine Revue et corrigée
périodicité trimestriel
Univers Musique
partager
kiosque
  • Chroniques — Par Dominique Grimaud, Paul-Yves Bourand, Pascal Comelade

  • Interview des Messageros Killers Boys — Par Albert Durand

    Avec les parutions coup sur coup de trois nouveaux disques, les MKB frappent vite et fort. "Docteur Chance", "Feu!" et "Frenchies, Bad Indians, White Trash": les MESSAGEROS KILLERS BOYS sont de retour. Un nouveau coup de force de la Fraction Provisoire? Si l'on ajoute "Génération Néant", le dernier roman de F.J. OSSANG, assurément les M.K.B. visent les dernières poches de
    résistance. L'actualité, bien sûr, mais aussi les états de services de l'un des rares groupes mythiques français plus que jamais en activité ont rendu nécessaire l'entretien ci-après. Le point sur plus d'une décennie de lutte poétique, inspirée par la confusion qui nous entoure, avec
    OSSANG, chanteur et parolier, par ailleurs écrivain, cinéaste salué et primé par la critique et les Festivals du
    monde entier.

  • Interview de Soixante étages — Par Albert Durand

    "... ne pas figer la musique, provoquer des secousses".
    SOIXANTE ETAGES annonce la couleur et tient parole. L'aventure actuellement vécue par ce collectif de musiciens français est suffisamment originale pour valoir d'être présentée plus longuement. Signe particulier d'une étonnante dynamique de création: l'ouverture.

  • Interview de Daniel Koskowitz — Par Albert Durand

    Tout comme SOIXANTE ETAGES, dont il est par ailleurs batteur, Daniel Koskowitz est établi à Nancy. Personnage marquant de la scène alternative des années 80 par son
    activisme au sein des groupes Hellebore, Szentendre et Neo
    Museum, Daniel KOSKOWITZ s'est aujourd'hui fait un nom avec ¡AGGER NAUT. Sa musique, d'une densité en France sans égale, traduit souvent des préoccupations d'ordre existentiel. Par sa sincérité, le parcours musical hors
    du commun de cet extrémiste qui place le rythme au centre de son activité artistique avait déjà retenu notre attention.

  • François Bayle — Par Bruno Duarte

    Pendant les années 60, François BAYLE (1932, Madagascar) a complété une longue période de formation, avec
    notamment Olivier Messiaen, Karlheinz Stockhausen et Pierre Schaeffer. Il participa dès son origine aux
    expériences du Service de la Recherche, développant ainsi une importante activité de musicien et d'animateur. Depuis 1975, il assure la direction du Croupe de Recherches Musicales (CRM) de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA). Sa position comme compositeur et théoricien est directement liée au
    développement graduel de l'art acousmatique, son livre "Musique acousmatique. Propositions... Positions " (Buchet-Chastel/INA) présente une documentation extensive
    sur son oeuvre et sa pensée.

  • Orkhêstra

    Nouveau venu dans le paysage de la distribution en France, Orkhêstra s'oriente vers deux axes: la diffusion exclusive en magasin des labels NO MAN'S LAND, AYAA, INTAKT, AMT MUSIC, PERCASO, UNIT, CUNEIFORM, FOR 4 EARS, SMI, AMBIANCES MAGNETIQUES, STUPEUR & TROMPETTE, OBZ, LINDEN... et, à
    compter du 1er février, la diffusion en
    vente directe, entendez par correspondance, des labels précités (sauf AYAA!) augmentés de:
    SEVENTH, EVIDENCE USA, HAT ART, RECREC, AVANT, OCORA, CNRS, RER MEGACORP, WERGO, CMP, GRAMAVISION, MOERS, TIPTOE, DIW...

  • Nimal — Par Dominique Dieblod

    Trois disques en cinq ans, un "line-up" prestigieux, plusieurs tournées européennes dont des prestations remarquées dans les festivals français: NIMAL a acquis en peu de temps une renommée dont nous souhaitions nous faire l'écho. Nous avons donc rencontré Jean-Maurice RÖSSEL, fondateur et catalyseur du groupe, compositeur d'une grande partie de son répertoire, mais aussi ingénieur du son et producteur artistique, pour NIMAL et d'autres (Zéro Pop, Octavo, Basta, Look de Bouk, Ne Zhdali, etc.).

  • Interview de L'armateur — Par Art Toung!

    Née pendant l'hiver 1991, la revue L'ARMATEUR, éditée par l'association Ploum Ploum Tralala, regroupe des étudiants, des cinéastes, des plasticiens... désirant combler l'insatisfaction créée par les revues existantes et promouvoir le cinéma expérimental ainsi que le cinéma indépendant trop souvent oubliés. La revue s'ouvre également à d'autres formes d'expression. Le n°9 vient de sortir.