Créer une Alerte

Numéro 7

numéro 7
date 09/1990
magazine Revue et corrigée
périodicité trimestriel
Univers Musique
partager
kiosque
  • L'art des sons fixés — Par Michel Chion

    C'est devenu une banalité de dire d'une forme d'art qu'elle est conditionnée par les techniques qu'elle emploie. Devant l'arrivée incessante de nouvelles machines, le compositeur d'aujourd'hui serait même enclin à croire l'invention artistique désormais à la remorque de la technologie. L'histoire montre pourtant
    que tel n'est pas le cas, et que le rapport entre l'un et l'autre fut toujours beaucoup plus contradictoire. Il arrive souvent que des machines attendent des années, une fois conçues, pour trouver leur emploi, et qu'inversement une demande artistique ou économique forte stimule l'éclosion de techniques nouvelles que jusque-là on n'aurait pas envisagées.

  • Interview de Cranioclast — Par Albert DURAND

    "L 'aspect le plus important de l'anagramme, c'est l'existence d'un matériau de base unique (limité) qui
    peut toujours être décomposé (analysé) et reconstruit. Rien n'est ajouté, rien n 'est enlevé. " (extrait du
    livret de Kolik San Art) Pour CRANIOCLAST, duo allemand
    originaire de Hagen, la technique de l'anagramme ne s'applique pas seulement aux mots (les titres de
    chacune de leurs productions sont tous dérivés du mot CRANIOCLAST) mais également à leur musique.

  • Interview de Jon Rose — Par Olivier MASSON

    A la suite d'une scolarité musicale au King's school Rochester en Grande Bretagne, il se lance dans des activités étonnamment diverses: Groupes rock, performances multi-médias, groupes jazz locaux, musicien de studio, musique pour des programmes pour enfants (BBC), études de cithare, film d'animation, vidéo... Il quitte en 1976 sa Grande Bretagne natale et émigre en Australie où il développe ses projets "relative violin", forme d'art total basée autour d'un instrument, le violon. Il donne dans ce sens des concerts solos
    avec des violons mutants, modifiés, dans toutes sortes de contextes, d'environnements s'accompagnant parfois
    de films réalisés par lui même.

  • Tony Oxley — Par Jacques PANISSET

    En 1978, à l'âge de quarante ans, Tony OXLEY s'installe dans ce qui s'appelait encore à l'époque l'Allemagne de l'Est. Il franchissait le "mur" en musicien accompli, reconnu et célébré dans son pays d'origine la Grande-Bretagne (il est né à Sheffield en 1938). Vainqueur
    de 68 à 71 du référendum organisé par l'hebdomadaire londonien MELODY MAKER dans la catégorie "percussion" il reçoit un "Award" lors de l'édition 1970 du Festival de
    Montreux.

  • Les années 70. L'éclatement des genres. — Par Jean-Paul PONTHOT

    La prodigieuse vitalité créatrice de la culture pop se retrouve rapidement canalisée. La radicalité que l'on a
    vu fonctionner comme processus historique à l'intérieur de l'avant-garde a envahi le champ culturel dans son ensemble. Elle organise également la pensée idéologique. L'Etat a résisté au choc culturel de 1968, il ne s'en est que mieux ressaisi, plus que jamais il se constitue en gardien des institutions et des structures permettant à ce système économique de dépasser sa phase d'incertitude et renouveler sa foi dans le progrès
    économique comme moteur de développement. Face au bloc étatique, la pensée politique s'organise également en blocs, en partis, en groupuscules, pas de pensée nomade. Ce face-à-face pour l'affrontement se met en place par le rapport de force collectif.

  • Patrick Bokanowski — Par Jean-Christophe Pastor

    11 nous a semblé utile, suite à de nombreuses
    interrogations de lecteurs, de mettre les choses au point -en ce qui concerne le terme "cinéma expérimental". Certains se sont insurgés face à l'emploi de ce qualificatif alors qu'ils ne bronchent pas s'il est attribué à la musique. Cette réaction, étrange, montre bien à quel point ce cinéma différent est ignoré et reste dans l'ombre.

  • Multimood — Par Albert Durand

    Originaire de Göteborg en Suède, MULTIMOOD est un label qui "sans faire de bruit" produit régulièrement des enregistrements de musiques électroniques, acoustiques et expérimentales. Des musiques souvent répétitives, principalement axées sur des climats sonores variés et
    inventifs.

  • Barooni — Par Albert Durand

    Barooni, c'est le nom d'un nouveau label hollandais qui a décidé d'axer sa démarche principalement sur la musique expérimentale. Mais d'autres genres comme la house music, la musique basée sur les guitares, ou encore la pop atmosphérique peuvent trouver accueil chez BAROONI à condition qu'ils y apportent quelque chose de nouveau et d'étrange. En effet, la volonté du label est d'éditer des enregistrements précieux, qui éveillent les sens.