Pratiques martiales et sports de combat

La codification des pratiques martiales

by Benoit Gaudin

Cet article est une tentative d’interprétation structurale des combats duels, ce terme regroupant l’ensemble des luttes, boxes, arts martiaux, duels, sports de combat et autres activités de combat ou dérivées de combat. L’article s’oppose aux discours indigènes qui présentent ces combats soit comme des isolats ethnologiques, soit comme des survivances intactes d’un passé mythique, soit encore comme des synthèses d’efficacité combative. Pour ce faire, l’article présente les dynamiques de transformation qui ont affecté ces activités, individuellement ou collectivement, depuis leur lointaine transformation de combats réels en combats codifiés jusqu’aux plus récents retours à une quête d’authenticité et/ou d’efficacité. Qu’elles suivent des logiques économiques, politiques, pédagogiques ou sportives, ces dynamiques de transformation, par leur enchaînement, font apparaître à la fois les nombreuses interactions qui lient ces activités entre elles, mais aussi la diversité des références qui concurrencent le modèle du sport moderne dans cet ensemble de pratiques.

Dans la cage

by Maarten van Bottenburg, Johan Heilbron

Genèse et dynamique des « combats ultimes »

“Vale todo ” en Bolivie

by Franck Poupeau

Note de recherche sur l’internationalisation du jujitsu brésilien

Les maîtres de capoeira et le marché de l’enseignement

by Benoit Gaudin

Depuis le début du XXe siècle, la capoeira a subi des transformations majeures, qui découlent principalement de sa transformation en activité commerciale d’enseignement. De nombreuses versions se sont concurrencées au cours du siècle pour contrôler ce marché, qui connaît depuis les années 1970-1980 une très forte expansion. Cet article analyse comment ces oppositions ont fait évoluer la définition de la capoeira dans le sens d’un éloignement du modèle sportif.

Art martial, sport international et produit culturel

by Stéphane Rennesson

Note de recherche sur la boxe et l’histoire politique de la Thaïlande Dans une perspective diachronique discutée grâce à des données ethnographiques récentes, cet article traite de la manière dont la boxe thaïlandaise (muay thai) est passée d’un corpus de techniques martiales à mains nues à une grande variété de pratiques dans le cadre d’un dialogue entre le Siam, puis la Thaïlande, et le reste du monde, l’Occident en particulier. Ce faisant, le dispositif sportif et le mode d’institutionnalisation du muay thai n’ont pas seulement évolué en fonction de l’importante partition politique et diplomatique que les autorités centrales thaïlandaises font jouer au sport national depuis le XIXe siècle. Ce sont également les caractéristiques fondamentales de la boxe thaïlandaise, en termes de codification de la violence, qui font de chacun de ses avatars des variations autour d’un modèle spécifiquement thaï de relation politique au sens premier du terme. Un lien nécessaire a ainsi été noué entre une population et le muay thai, et l’industrie culturelle que représente désormais ce dernier a plus que jamais vocation à dépasser les frontières de l’État-nation thaïlandais pour fonctionner comme tel.