Guadalupe Nettel, la clairvoyante

Princes détrônés

par Guillaume Contré · visuels: Sergio Aquindo

Accompagné des illustrations de Sergio Aquindo, Pierre Senges reprend ses variations pour un dialogue autour d’un tableau de Bruegel.

Marie NDiaye par le menu

par Chloé Brendlé

À travers la vie imaginaire d’une cheffe cuisinière, la romancière esquisse un autoportrait en trompe-l’oeil et nous livre son art poétique : presque pas de dessert et beaucoup de salé, de la ferveur, de l’énigme et une joie âpre.

Le sens de la démesure

par Laurence Cazaux

Deux nouvelles comédies grinçantes de David Lescot, sur l'argent et le pouvoir nous plongent au coeur de nos démons.

“Écrire la terre ”

par Éric Dussert

Basé à Marseille, l'éditeur Baptiste Lanaspeze appelle l'homme à renouer ses liens profonds avec la nature. Ses alliés sont des lanceurs d'alerte et tous les précurseurs de l'écologie.

Vivre de mes rêves

par Nadine Dubourvleux

Accepter de traduire un auteur, c’est laisser entrer dans sa vie, pour longtemps, un tiers qui va s’installer chez vous, en vous. Lorsqu’Antoine Audouard me suggère ce travail sur la correspondance de Tchekhov (4 500 lettres), je termine à peine des années de labeur sur Marina Tsvetaeva.

Une vie sans frontière

par Thierry Guichard

Figure majeure des lettres mexicaines, Guadalupe Nettel a toujours franchi les frontières. d’une enfance peuplée de fictions, elle a fait une oeuvre d’une grande force, droite et lucide. et ouverte.

Habiter l’autre

par Thierry Guichard · visuels: Maya Dagnino, Lisbeth Salas, Jean-Luc Bertini

L’oeuvre que la mexicaine tisse peu à peu dans ses romans et ses nouvelles convoque une humanité sensible, souvent tourmentée, mais qui ose le dévoilement. comme s’il fallait se mettre à nu pour, enfin, communiquer avec les autres, avec soi-même aussi peut-être.

Cordes sensibles

par Anthony Dufraisse

Jacques Henric ajoute des cordes à son arc : celles qui entourent les rings? Pour parler, à travers la boxe, de la force, de la violence et da la volonté en puissance.