L’institut des lettres et manuscrits

Le marathon Cocteau

Toulouse accueille du 27 au 30 juin la 9e édition du Marathon des Mots. Le festival va cette année à la rencontre des écrivains de Buenos Aires et s’approprie toute la ville notamment à travers des démonstrations de tango. Mais l’un des événements majeurs, cinquante ans après la mort de Jean Cocteau, est l’exposition organisée par le Musée des Lettres et Manuscrits jusqu’au 1er septembre, Le théâtre de Jean Cocteau.

Guy Debord à la BnF : une consécration ?

Difficile de concevoir la rétrospective d’un homme qui s’escrima toute sa vie à ne pas être « récupéré », ayant observé que même les œuvres les plus radicales pouvaient se muer en de banales marchandises culturelles. Mais difficile aussi d’ignorer son importance, quand sa célèbre formule de « Société du spectacle » est presque devenue un euphémisme, à l’heure d’internet et de la téléréalité.

Hugo ou la révolution intérieure

« J’ai essayé selon la mesure de mes forces, d’introduire dans ce qu’on appelle la politique, la question morale et la question humaine. » Fallait-il être ce grand poète et écrivain que fut Victor Hugo, pour tenter d’atteindre un objectif aussi noble ? La réponse à cette question, plus que jamais d’actualité, pourrait bien se trouver à l’exposition Hugo Politique, dans la maison du poète à Paris, jusqu’au 25 août 2013. Si portraits, caricatures, tableaux et gravures, permettent de suivre chronologiquement la carrière politique d’Hugo, le visiteur est pareillement invité, à travers manuscrits, lettres, éditions et illustrations, à appréhender la part politique contenue dans ses œuvres.

Victor Hugo et la mer

Victor Hugo a su accorder le rythme puissant de la mer à celui de sa propre inspiration : « J’habite dans cet immense rêve de l’océan, je deviens peu à peu un somnambule de la mer ». Jusqu’au 15 septembre, une exposition au Scriptorial d’Avranches nous propose de découvrir les multiples images qu’évoquait la mer pour le poète, une mer parfois calme mais souvent tragique, déchainée, meurtrière : « Ô flots ! Ô coupe d’amertume ! », « des flots sans fin par des flots repoussés ». Un peuple de monstres pullule dans les abysses, une « ruche d’hydres » où « l’horrible est là, idéal. » Hugo va côtoyer cet élément jour après jour lors de son célèbre exil à Guernesey. Il en tire un roman, Les Travailleurs de la Mer, qui décrit d’une manière épique la vie rude des habitants luttant contre l’océan. Une série de lavis visionnaires du poète est en rapport avec le texte, que bien des artistes vont illustrer, dont Gustave Doré et André Masson.

Menace sur les manuscrits mongols

En Mongolie, environ 900 000 manuscrits à caractère religieux (principalement bouddhistes) attendent leur numérisation et un entretien indispensable pour les sauver. Jusque-là, aucun effort sérieux n’a été déployé pour réaliser un inventaire de ces trésors, dont certains sont écrits à la poudre d’or.

Léo Ferré, poète de la chanson

Voilà vingt ans, le 14 juillet 1993 disparaissait Léo Ferré. Hommage est rendu cette année à un artiste d’exception : festivals, expositions, conférences, spectacles, publications… sont au programme. Léo Ferré était musicien, interprète, chef d’orchestre… poète avant tout. Ses manuscrits sont l’occasion de pénétrer le monde fascinant de ce créateur de textes intemporels.

Un institut pour sauvegarder les manuscrits

Inaugurations impériales, les 24 et 25 avril pour le nouvel Institut des Lettres et Manuscrits, à graver dans le marbre de l’Hôtel de La Salle à Paris. Présents parmi les centaines de personnes venues découvrir ce lieu prestigieux - collectionneurs, investisseurs et surtout amoureux de l’écrit -, l’ex-garde des Sceaux et maire de l’arrondissement Rachida Dati, Christian Estrosi, ancien ministre et maire de Nice, Patrick Poivre d’Arvor, qui parraine, lui, le Musée des Lettres et Manuscrits et Didier van Cauwelaert, prix Goncourt et président du nouvel Institut.

Landru : faites entrer l’accusé au musée

Des documents jusqu’ici restés inconnus du public et concernant le dossier judiciaire Landru, l’une des affaires criminelles les plus retentissantes du siècle dernier, sont exposés au Musée des Lettres et Manuscrits. À cette occasion, le musée montre - une fois encore - une curiosité intellectuelle sans tabous et signifie des centres d’intérêts éclectiques pour toutes les archives (et même des plus inhabituelles et insolites) dès lors qu’elles participent à mieux faire connaître les hommes et les femmes témoins de leur temps et, par voie de conséquence, à rendre compte des évolutions sociétales de notre pays.

Le dernier voyage de Céline

Cinquante-trois ans après sa sortie en librairie, redécouvrons la petite et grande histoire du manuscrit de Nord, qui fut, d’après Roger Nimier, le « plus beau livre de Céline depuis Voyage au bout de la nuit ». Ultime roman publié du vivant de Céline, ce texte unique en son genre a fait date parmi les bibliophiles et les amateurs de documents autographes.

Boris Vian, un “fameux bricoleur”

L’étroite cité Véron, qui prend sa source sur le boulevard de Clichy, dans le 18e arrondissement de Paris, ne doit pas sa célébrité au Moulin Rouge voisin. Si cette impasse pavée du bas Montmartre attire chaque année des centaines de curieux c’est pour tenter de voir, entrevoir ou imaginer les lieux d’habitation de deux artistes majeurs du XXe siècle : Boris Vian et Jacques Prévert.

La redécouverte des Hittites par l’écriture

L’empire anatolien sort enfin de l’ombre égyptienne. On a longtemps abordé l’histoire hittite presque exclusivement par l’écriture égyptienne. Champollion a trouvé les clés des hiéroglyphes bien avant que l’on puisse décrypter le hittite. Or, les Égyptiens ont tout fait pour discréditer l’empire qui les a défiés pendant des siècles, sinon pour occulter sa véritable place dans l’histoire. Globalement les Hittites sont donc pour le grand public des Asiatiques qui ont été battus par Ramsès II à la bataille de Qadesh en 1274 av. J.-C. Voilà ce que l’on sait d’eux.

Carolyn Carlson, la beauté du geste

Depuis cinquante ans, Carolyn Carlson occupe les devants de la scène. Poète, chorégraphe et calligraphe, cette grande figure de la danse contemporaine, amie d’Olivier Debré et d’Hassan Massoudy, nous présente aujourd’hui ses toutes dernières œuvres sur papier, qui seront à l’honneur à la fin de l’année 2013, à la BnF.

Georges Simenon : une histoire d’atmosphère

L’œuvre romanesque et populaire de Georges Simenon, écrivain de la comédie humaine du XXe siècle, est sans aucun doute la plus abondante de son époque. Son nom est à jamais lié à celui de Maigret, l’homme tranquille du 36, quai des Orfèvres.

Les Amis du Livre Contemporain

À la fin du XIXe siècle, face à une production pléthorique de livres illustrés modernes, de qualité souvent médiocre, certains bibliophiles décident de publier eux-mêmes de beaux livres illustrés. La toute première société de bibliophilie, Les Amis des livres, est ainsi créée en 1873. Ces sociétés connaissent un bel essor dans la première moitié du XXe siècle, et sont plus d’une centaine en 1959 ; puis un déclin inexorable les réduit à moins d’une dizaine en ce début du XXIe siècle. L’une des plus anciennes et actuellement l’une des plus actives est la Société des Amis du Livre Contemporain. Son maintien et sa force sont assurément dus à l’investissement des membres de son bureau et d’Yves Benoît-Cattin, son président depuis 1997.

L’univers ambigu de Pierre Loti

J’arrive, J’aime, Je m’en vais. Le titre de l’exposition sur Pierre Loti, qui se tiendra au musée du quai Branly à Paris, jusqu’au 29 septembre, illustre bien l’intérêt particulier que suscite aujourd’hui la personnalité des écrivains disparus, voire oubliés, et le rapport qu’ils entretenaient à la société.