L’expérimentation en question

La musique expérimentale selon Pierre Schaeffer

by Pauline Nadrigny

L'épreuve phénoménologique à l’épreuve du laboratoire.

Perte d’informations : les “actions expérimentales ” en perspectives (1948-1972)

by You Nakai

En 1948, John Cage affirme que la forme est le seul élément musical qu’il faut affranchir de toute loi de composition. La même année, la théorie de l’information de Claude Shannon et la cybernétique de Norbert Wiener étudient toutes deux le problème de la forme signifiante (Gestalt) par laquelle un observateur donné cadre l’information qu’il reçoit.

L’expérimentation par la bande

by Johan Girard

Terry Riley et Steve Reich face à la poétique de l'indétermination

Expérimentale ou expérientielle ?

by Sébastien Biset

Perspectives exploratoires et tactiques d’une musique pensée comme expérience

Experimentum, note sur l’essai, l’épreuve, l’expérience

by François J. Bonnet, Gérard Pelé

L’écoute expérimentale et l’onde de choc

by Pierre Hemptine

À quelle transmission de biens symboliques l’amateur de musique expérimentale contribue-t-il ? Que fait-il circuler, qu’investit-il dans les échanges culturels qui soit spécifique à cette pratique de l’écoute expérimentale ? Comment situer ce vécu par rapport au constat de Walter Benjamin « le cours de l’expérience a chuté », formulé après le début de l’onde de choc qu’était 1914-18 ?

Hors-faces (Expérimentations sur supports discographiques)

by Samon Takahashi

Entre confessions d’un collectionneur compulsif et tentative amusée de musicologie empirique ce texte est avant tout un inventaire commenté. J’ai tenté d’établir une liste, aussi complète que possible, d’environ cent soixante-dix références significatives. De nombreuses références étant à cheval sur plusieurs catégories, la division en chapitres sert avant tout à faciliter la lecture. Pour ce qui concerne la nomenclature des notes, la date correspond à l’année de parution et le pays au lieu de publication. Chaque entrée correspond à la première occurrence d’une édition. Bonne écoute.

L’expérimentation noise, en( )quête de liberté

by Sarah Benhaïm

Loin d’être réservée au champ de la musique savante, l’expérimentation et l’ensemble des pratiques qui lui sont associées ont souvent été liées à l’underground. Dans cette continuité, la noise music se caractérise par un éventail étendu de possibilités sonores et bruitistes, tendant à complexifier sa propre définition et catégorisation. En prenant pour terrain la subculture noise parisienne, il s’agit d’exposer les différentes formes que peut prendre l’expérimentation dans un tel cadre, que ce soit au niveau du matériau musical, des pratiques ou de la réception. Cette réflexion globale autour de cette notion amène notamment à considérer le processus expérimental comme déterminant dans le contexte noise, qu’il s’agisse de la remise en cause des conventions liées au matériau sonore sursaturé et au jeu musical improvisé, des pratiques apparentées au bricolage, ou de la recherche de physicalité et d’immersion résultant du fort volume d’écoute lors des live. Ces divers types d’expérimentation noise seront ainsi mis en regard avec l’idéal prôné par les enquêtés, en quête de liberté.

Deux expériences

by James Whitehead

En prenant pour point de départ le fait quelque peu banal que les mots anglais experiment et experience se traduisent tous deux en français par expérience, nous proposons, à travers une analyse spécifique du genre contemporain du noise dans la musique ou dans l’art sonore, de montrer que le bruit possède une « objectivité » et ne doit pas être considéré comme un genre musical ni être évalué à l’aune de formes expérientielles ou expérimentales de la musique. Certaines œuvres bruitistes exposent des propriétés – ou une absence de propriétés – qui leur permettent d’être abordées comme des choses en soi, des objets éloignés de toute corrélation humaine. Pour l’analyse spécifique du bruit, nous nous référons aux mathématiques et à une science informatique très simple englobant la « musique » créée par l’Homme dans un ensemble beaucoup plus vaste d’« objets bruitistes » trouvés dans la nature. Cette définition du bruit comme objet trouve des échos dans certaines philosophies récentes qui s’intéressent à l’accès au réel : un réel qui est ici une compréhension de l’incompréhensible.

“The movement of zero and one made audible”

by Josselin Minier

Le clic et le simulacre cinétique de la musique numérique

Etendue sonore et ubiquité sensible

by Julien Ottavi

Le champ de l’écoute et l’expérimentation audio en réseau.

De la musique expérimentale à la musique expérientielle : réflexions sur Bruits, de Jacques Attali

by Branden W. Joseph

Ce texte replace Bruits. Essai sur l’économie politique de la musique, de Jacques Attali, dans le contexte de l’analyse des systèmes de pouvoir réalisée à la même époque par Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari et dans celui de la musique populaire et expérimentale des années 1970.

“La musique est mystique ou n’a pas de sens ”

by Ghédalia Tazartès

Le trop rare Ghédalia Tazartès (1947) reste l’un des poètes importants de la scène expérimentale française et le digne représentant d’un courant polyphonique qui trouve sa source entre la musique électroacoustique, le folklore et la chanson. Dans cet entretien, il revient sur son parcours atypique et singulier fait d’engagements politiques prudents et de recherches esthétiques innovantes, guidées par l’expérimentation et une certaine voie spirituelle. Émerge au fil de la discussion un portrait retenu, mais à la curiosité toujours alerte, où l’image familiale plane sur ses choix et engagements.

Evacuation géotraumatique de la voix

by Miguel Prado Casanova

Ce texte est une réflexion sur la possibilité d’envisager la pensée et le corps humain comme champ d’expérimentation dans le contexte de l’improvisation non idiomatique (ou d’autres types de musiques expérimentales). Comme réponse partielle à cette question, il expose les premiers éléments d’un projet théorique : l’évacuation géotraumatique de la voix.