Idioties

Idioties

by Jean-Michel Durafour, Fabienne Duszynski, Cyril Béghin, Pierre Léon, Marcos Uzal, Thomas Lasbleiz, Anthony Brinig, Joaquim Lepastier, Catherine Ermakoff, Émeric de Lastens, Matthieu Orléan, Dario Marchiori, Federico Rossin, Estelle Fredet

Position existentielle, éthique (politique ?) qui côtoie de près l’impensable, l’impraticable, l’impossible, l’idiotie ne trouve pas seulement à s’incarner en figures, gestes, postures, gesticulations et hébétudes, dires et aphasies, elle affecte les films dans leur forme même – opérant là comme processus de mise en scène, déterminant ici la tournure du récit, et apparaissant plus d’une fois comme l’un des soubassements du régime de figuration propre à certains cinéastes. Il importe de s’appuyer, en vue d’échapper aux approximations (l’idiotie n’est pas la bêtise ni la folie, être idiot et « faire l’idiot » ne signifient pas tout à fait la même chose), sur une dénomination un tant soit peu précise de l’idiotie. Sans chercher à en fixer la nature polymorphe dans une définition, on peut néanmoins – si l’on s’en remet aux attributs à travers lesquels la modernité, en convoquant l’étymologie du mot  et la figure de l’Idiot dostoïevskien, l’a cernée – tenter de dégager quelques-uns de ses traits essentiels. L’idiotie est d’abord, et au moins, à envisager comme le nom d’une tension (de l’être, de l’esprit, du corps) qui noue entre elles extrême défaillance, absolue singularité et puissance sans mesure. Homme sans qualités, qui se tient hors du savoir (conceptuel, culturel, social), incompétent, inadapté, en proie à la stupeur, au bégaiement, au mutisme, l’idiot témoigne encore d’une autre impossibilité  : « continuellement engendré par sa propre manière », il ne sait être autre que lui-même. Mais il est aussi celui qui, en vertu de ses défaillances mêmes, accède à une intensité de perception, de sentir et de penser qui excède l’expérience commune (comme le rappelle Deleuze, le prince, il ne sait rien, mais il comprend tout). « Mode-limite » d’expérimentation du monde, l’idiotie implique la tenue de positions extrêmes, ralliant à une indéfectible résistance (aux choses telles qu’elles sont) une réceptivité inouïe (aux splendeurs ou horreurs qui s’y trament), au non-savoir le regard du voyant, à la plus grande humilité une singularité scandaleuse, à une maladresse congénitale la fulgurance du génie, au feu de l’exaltation l’effacement de celui qui ne veut rien.

Mystères de Lisbonne de Raúl Ruiz