Créer une Alerte

Jacques Chessex

numéro 18
date 06/2009
magazine Artpassions
périodicité trimestriel
Univers Arts
nationalité CH
partager
kiosque

Il y a de cela environ vingt-cinq ans, j’avais lu un texte publié par une université italienne, celle de Pise, je crois. Le propos de l’étude était d’identifier les paramètres qui permettent de mesurer le bonheur d’une cité. Et en particulier celui qui, plus que tous les autres, dénote une ville heureuse. Une conclusion surprenante ressortait de ce travail. De tous les éléments pris en compte: la beauté des parcs, l’architecture, le climat, le bien-être économique, la stabilité politique, le système de santé, l’éducation, la pureté de l’air, celui qui révélait le bonheur d’une ville de la manière la plus marquante était son mécénat culturel. En d’autres termes, concluait l’étude, une ville est aussi heureuse qu’elle peut l’être lorsque ses citoyens s’engagent dans la vie artistique.

  • Interview exclusive Jacques Chessex — Par Robert Kopp

    Poète, romancier, essayiste – mais aussi peintre –, Jacques Chessex domine, depuis plus de trente ans, et de très haut, le paysage littéraire romand. Bien plus: il s’est imposé comme l’un des écrivains les plus importants, comme l’un des artistes les plus accomplis de notre temps. Un classique, avec tout ce que ce mot comporte d’ambiguïté: on l’admire plus qu’on ne le lit.

  • Expressionisme et abstraction ou de la réalité dans l'art — Par Robert Kopp

    On ne le répétera jamais assez: l’histoire de l’art ne progresse pas de façon continue,
    conduisant des impressionnistes à Cézanne, de Cézanne au cubisme, de l’abstraction au néo-réalisme et ainsi de suite. Les mouvements d’avant-garde coexistent et se chevauchent. Les frontières sont mouvantes, les échanges multiples. Kandinsky n’est pas seulement un des créateurs de l’art «abstrait », ses Improvisations et ses Impressions ne sont pas moins «concrètes» que les paysages de Schmidt-Rottluff ou de Kirchner. Entre les artistes de la Brücke et ceux du Blaue Reiter, entre le Sturm et le Bauhaus, les points de contact et de convergence ont été nombreux. Si beaucoup d’expositions restent monographiques, le
    passage de l’une à l’autre permet au spectateur d’affiner son regard et d’échapper aux simplifications de nos manuels.

  • Romans et peintures de Maurice Utrillo et Suzanne Valadon — Par Samuel Zarka

    La Pinacothèque propose la première grande rétrospective en France des œuvres de Suzanne Valadon (1865-1938) et de son fils Maurice Utrillo (1883-1955). 140 toiles retraçant un moment singulier de l’histoire de la peinture parisienne.

  • Van Gogh, les paysages — Par Jacques Thibault

    «Dans une spectaculaire rétrospective qui est une première mondiale, le Kunstmuseum Basel présente un survol exhaustif des peintures de paysages du légendaire Vincent Van Gogh.» C’est ainsi qu’on essaie de nous «vendre» cet événement. Que les publicitaires s’occupent de leurs savonnettes: les tableaux de Van Gogh n’ont pas besoin d’être «promus» comme de vulgaires produits de consommation. Dans le temps, on chassait les marchands du temple; aujourd’hui on leur confie les clefs du tabernacle. Or ce «survol exhaustif » vaut mieux qu’un survol mais n’a rien d’exhaustif.

  • Terres cuites africaines, musée Barbier Mueller — Par André Lagneau

    On a longtemps prétendu que l’art africain, qui est le fait de sociétés tribales, n’avait pas d’histoire. André Malraux, dans Le Musée imaginaire de la sculpture mondiale, ne situe-t-il pas les arts africains «hors de l’histoire» ?

  • Alex Katz et le reflet de l'instant — Par Antoine Leonetti

    Au Musée d’Art Contemporain de Catanzaro en Calabre
    et au Musée de Grenoble, se tiennent deux expositions
    de cet artiste rare, chef de file du style Cool Painting.

  • Gilles Ghez ou les rêveries d'un promeneur solitaire — Par Thierry Soveaux

  • Le monde de l'autographe Emile Gallé — Par Charles Marie

    Dialogue avec un poète