Créer une Alerte

Les drogues dures

numéro 15
date 09/2010
magazine Books
périodicité mensuel
Univers Littérature
partager
kiosque

Faut-il légaliser les drogues dures ?
« La meilleure approche est de légaliser toutes les drogues, de les taxer, de les réglementer et de les contrôler ». Qui dit cela ? Norm Stamper, l’ancien chef de la police de la grande ville de Seattle, sur la côte Ouest américaine. Il a longtemps fait son de- voir, appliquant la prohibition, avant de se rendre à l’évidence : cette politique reproduit l’erreur de la prohibition de l’alcool dans les années 1920, avec des effets aggravés.
Ce policier aurait-il mal tourné ? Il faudrait alors expliquer pourquoi Gary Becker, prix Nobel d’éco- nomie, les écrivains Vargas Llosa et Carlos Fuentes (pourtant rarement d’accord entre eux), le polito- logue Francis Fukuyama, le philosophe britanni- que John Gray, le magazine The Economist ou en- core Fernando Cardoso, ancien président du Bré- sil, se retrouvent pour réclamer d’une même voix la dépénalisation, voire la légalisation complète des drogues dures.
Un brin dérangeante, notre image de couverture
est là pour attirer l’attention sur ce débat « inter- dit », que la classe politique et les médias ne voient pas ou s’interdisent d’aborder. Avec leur originalité habituelle, les responsables politiques français s’en tiennent à la rhétorique guerrière mise en place par les Etats-Unis depuis des décennies. Son terrible échec est pourtant avéré. Privée d’informations fiables, la population véhicule des préjugés simplistes. C’est un cas d’école : sur cette question l’« opinion publique » se trompe sur toute la ligne. Puissions-nous
contribuer à la faire évoluer. »␣

  • Tsahal ébranlé par ses généraux

    Refusant de participer à l’évacuation des colonies, les jeunes soldats religieux de l’armée israélienne multiplient les signes de désobéissance. Une partie de la société les soutient ouvertement, l’autre s’inquiète : dans un pays où les religieux ont massivement investi la carrière militaire délaissée par les laïcs, on s’interroge sur les risques que fait peser cette insoumission sur l’État.

  • Ci-gît le village modèle de Ford

    Ce devait être un paradis, ce fut un enfer. Entre 1927 et 1945, le père de l’industrie automobile américaine créa en pleine forêt amazonienne une cité agro-industrielle idéale, dédiée à l’exploitation du caoutchouc et au progrès de l’humanité : Fordlandia. Les lois de la jungle eurent raison de cette utopie.

  • L’Autre pays d’Alaa El Aswany

    Il y a l’Égypte de L’Immeuble Yacoubian, rongée par la corruption, étourdie de violence et déstructurée par les inégalités ; et puis il y a celle que défend son auteur, Alaa El Aswany, le poids lourd des ventes de romans en arabe : une Égypte cosmopolite et cultivée, aspirant à la démocratie, à la hauteur de sa destinée de grande nation. Entre les deux : un rêve d’émancipation, et quelques illusions.

  • Italie : Exploitez ces immigrés que je ne saurais voir !

    L’Italie ne peut plus se passer de ses 300 000 travailleurs venus de l’étranger. Sans eux, son économie s’effondre. Trois livres illustrent, chacun dans son genre, une réalité niée par la classe dirigeante. Et par une bonne partie de la population, qui ne voit rien d’anormal à organiser des « chasses au Noir ».

  • Le mythe de l’unité espagnole

    L’insurrection madrilène du 2 mai 1808 contre les troupes de Napoléon est l’un des événements les plus fameux de l’histoire espagnole. Au fil des siècles, intellectuels et politiques l’ont converti en l’un des mythes fondateurs de l’Espagne unifiée. Mais le bicentenaire du soulèvement, commémoré en grandes pompes par Madrid en 2008, a ravivé la controverse autour des questions basques et catalanes.

  • Harmut Rosa : « Nous sommes pris au piège de la vitesse. »

    Pour le sociologue allemand Harmut Rosa, figure majeure de la nouvelle génération d’intellectuels allemands, tout accélère : nous vivons, parlons, travaillons de plus en plus vite. Ce mouvement a longtemps été source de progrès. Aujourd’hui, nous sommes comme un hamster dans sa cage. Nous tournons à vide.