Créer une Alerte

Happy Last Year !

numéro 75
date 01/2012
magazine Chronic'art
périodicité bimestriel
Univers Culture
partager
kiosque

Parce qu'on ne va pas attendre la date fatidique du 21 décembre 2012 et que la civilisation maya nous supporte officiellement, Chronic'art, le magazine culturel connecté qui vous veut quand même du bien, a décidé de retourner le monde immédiatement. Alors on se met à nu, on enlève le voile et on vous fait nos propres révélations (selon l'authentique signification du mot grec « apocalypse ») pour envisager la meilleure fin des temps possible. (...) Et Happy Last Year !

  • Achrocalypse !

    Dossier Apocalypse - Quelles sont les nouvelles « Révélations de Jeeezuss » (upgrade 2012 de "L’Apocalypse de Saint Jean") ? Va-t-on, comme l’ont soi-disant prédit les Mayas, vraiment tous disparaître le 21 décembre 2012 ? L’Antéchrist se cache-t-il à Wall Street, chez TF1 ou au Vatican ? La dystopie a-t-elle définitivement remplacé l’utopie ? Et si notre vraie mission était d’en finir avec l’apocalypse ? C’est à toutes ces questions essentielles - et bien d’autres encore - que nous tentons de répondre humblement à travers ce dossier spécial. Puissent tous ceux dont le coeur est droit approuver.

  • L'apocalypse

    Dossier Apocalypse
    C’est à la fin du Ier siècle ap. J.C., sous Domitien, que Saint-Jean l’apôtre-évangéliste rédige dans l’île de Patmos les "Révélations" de Jésus Christ, dictées par l’archange Gabriel (dit-on). Parce qu’il a pris la poussière, il fallait bien qu’une nouvelle âme pure s’attèle à la réactualisation de "L’Apocalypse", dernier livre phénoménal et prophétique du "Nouveau Testament". Or, donc, fin 2011, sous Sarkozy, et juste avant la véritable fin des temps, c’est l’apôtre-évangéliste de la Grande Note qui rédige, en exclusivité pour Chronic’art, depuis la place Inferno à Cuanza Sul (Angola), les "Révélations de Jeeezuss", dictées par Nobodaddy, himself ! Que celui qui a des oreilles entende...

  • Maya underworld

    Dossier Apocalypse
    En marge du sensationnalisme médiatique en vogue qui cache le vrai sens bien plus subtil qu’il n’y paraît de la fameuse prophétie maya, on a voulu en savoir davantage sur cette question avec l’éminent spécialiste de la civilisation précolombienne, John Major Jenkins. Si le 21 décembre 2012 le monde change, la planète va d’abord se calmer !
    Panorama de la fin : Si chaque civilisation y est allée de son Kali-Yuga ou de son Ragnarök, seule la nôtre aura été aussi franchement apocalyptique. Pour ce début d’année, offrons-nous un petit florilège des fins du monde.

  • Pierre Jovanovic, le grand ordinateur

    Dossier Apocalypse
    Les anges gardiens et la finance internationales sont-ils solubles dans l’apocalypse ? Pour l’énigmatique et sulfureux Pierre Jovanovic, que nous avons rencontré début décembre 2011, c’est une évidence. Dans "777 : La Chute du Vatican et de Wall Street selon Saint Jean", il analyse, avec une toute nouvelle approche, notre époque sous le prisme de L’Apocalypse de Saint Jean. Attention, les démons sont lâchés...

  • Et maintenant, la kriz

    Dossier Apocalypse
    De la crise économique à l’organisation de la répression… Son Altesse Morad El Hattab, conseiller expert en ingénierie financière et en intelligence économique, et Irving Silverschmidt, spécialiste des rachats d’entreprise et des émissions de titres de crédit à haut rendement, sont les co-auteurs de "La Vérité sur la crise - La Crise est finie ! Tenez bon, la suivante arrive..." (Léo Scheer). Voici ce que les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse leur ont narré.

  • Gary Shteyngart : déjà demain

    Dossier Apocalypse
    L’auteur du désopilant "Absurdistan" oublie la Russie pour se projeter dans le futur de l’Amérique. Surprise : c’est moins drôle et beaucoup plus glaçant que prévu. Franchement apocalyptique, même.

  • Watch the signs !

    Dossier Apocalypse
    De Roland Emmerich au très beau Take Shelter qui sort ce mois-ci, le cinéma n’en a pas fini avec la fin du monde. Mais que peut encore le cinéma à l’heure où le sentiment généralisé d’une catastrophe imminente s’archive en direct sur Youtube ? L’apocalypse est partout : Watch the signs !
    Jeff Nichols : tempête sous un crâne : Révélé par l’éblouissant "Shotgun Stories", Jeff Nichols filme à nouveau l’Amérique profonde dans "Take Shelter", mais pour la confronter cette fois à la promesse de l’apocalypse, fut-elle purement psychique.
    2011, l’odyssée de l’esprit : Si le cinéma récent reprend les motifs du film catastrophe des années 90, c’est pour prédire une apocalypse moins écologique que spirituelle.

  • Continue ou game over ?

    Dossier Apocalyspe
    Quel raccourci du jeu vidéo à l’apocalypse ? Celui d’une thanatologie du Game Over. En illustrant la fin des temps comme le cinéma, le jeu vidéo va plus loin dans sa manière de la mettre en scène et de l’interroger. Il en fait même son essence, nouant un rapport permanent à la mort dans des mondes promis à la disparition.
    A ce qui n’en finit pas d’en finir : L’apocalypse dans le jeu vidéo n’est jamais qu’une fiction biblique étrangère à la volonté de puissance du joueur, ce ghost égoïste. Petit tour de ces horizons supposés derniers.
    Regarde les hommes tomber : Le jeu vidéo est le seul média au regard duquel la mort relève d’une prise de conscience du monde. A une ère du jeu-nisme prônant la régénération et la mise à distance du Game Over, "Demon’s Souls" et "Dark Souls" font de la mort des joueurs et de la disparition de l’humanité leur principal motif.
    Neverdead : après la mort : "Dans "Neverdead", certaines choses vous paraitront purement accessoires. La mort, par exemple !".

  • La fin de la musique

    Dossier Apocalyspe
    Matthew Friedberger, vous vous en souvenez ? Moitié cérébrale des fabuleux Fiery Furnaces (actuellement dormants), il vit depuis quelques temps en exil à Paris, et a bouclé pas moins de huit albums solo fascinants d’exigence en un peu plus d’un an dans une indifférence tonitruante. A Chronic’art, on continue pourtant de le vénérer, au moins autant pour sa musique que pour son esprit remarquable. Au détour d’une discussion animée autour de l’apocalypse, nous lui avons soumis l’idée d’écrire sur la fin de la musique qui aurait peut-être déjà commencé, sur les formes qu’elle pourrait prendre face au néant. Exigeant, savant, un poil psychopathe, il nous a pondu cette petite somme théorique "à la manière de" et en vers s’il vous plaît, dans laquelle il balaie immédiatement l’angle historiciste pour avancer l’hypothèse audacieuse que la musique, en tant qu’art "structurant dans le déroulé du temps", serait apocalyptique par nature.

  • Jean-Christophe Menu : année zéro

    Dossier Apocalypse
    Après son tumultueux départ de L’Association, Jean-Christophe Menu se lance dans une nouvelle aventure éditoriale, avec une structure au patronyme explosif. Non seulement nous soutenons farouchement l’homme depuis longtemps déjà, mais par ailleurs on s’est dit que ça coulait de source, dans notre dossier.

  • David Fincher

    Mag - L'adaptation de "Millenium" par Fincher semblait à la fois une évidence (celle de la rencontre entre un cinéaste et un best-seller tous deux obsédés par les signes), et la promesse, pour l'auteur de "Seven", d'un retour sur les terres du thriller horrifique. Mais "Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes" dissimule un programme plus secret, logé, pour la première fois chez Fincher, dans les yeux d'une jeune fille.

  • Skyrim

    Mag - Sans surprise, "Skyrim" a englouti nos vies. Cinquième descendant d'une dynastie fin de race, le jeu vient réaffirmer la survivance d'un genre, voire d'une certaine philosophie du jeu vidéo en voie d'extinction. Bonne nouvelle : avec des chiffres de ventes exceptionnels, la saga des "Elder Scrolls" a encore son mot à dire. Il fallait du temps pour explorer comme il convient ce nouveau monde, nous y voilà !

  • Simon Reynolds - Retromania

    Exclu - Connu pour ses ouvrages audacieux et très fouillés sur le post punk et la rave culture anglaise, le critique britannique Simon Reynolds a surtout accompagné la plupart des mouvements musicaux souterrains de ces trente dernières années. Mais comme la plupart des mélomanes et théoriciens contemporains, cet enthousiaste traditionnel de la modernité musicale a vécu le grand glissement de paradigme culturel de ces dix dernières années comme un moment de crise. Analyste acéré des phénomènes d'accrétions postmodernes qui affligent la culture pop dans son ensemble, autant que passionné lambda intimement concerné par l'évolution des pratiques d'écoute au milieu des fluxes ininterrompus, Reynolds a consigné théories, autobiographie et histoire pointilleuse des phénomènes revivalistes à travers les ères dans ce qui est sans conteste le premier grand ouvrage théorique sur la pop après Internet : "Retromania". Dans "Excess All Areas", article inédit en français, il compacte et introduit plusieurs des concepts primordiaux du livre, et en étend surtout la moelle théorique. Bienvenue dans l'"anarchive", et bonne chance.

  • Camille de Toledo - Le XXIe siècle, l'écrivain et ses métamorphoses

    Collector - Dans ce texte inédit, lu pour la première fois à l'occasion du Colloque de Lille sur "Les Fins de la littérature", en novembre dernier, Camille de Toledo, qui publie actuellement "L'Inquiétude d'être au monde" (Verdier), revient sur les fragments éparpillés de son travail - essais, fictions, récits, chants... - pour en révéler les obsessions : comment quitter le XXe siècle ? Comment s'arracher à "l'esprit des fins" et de l'Apocalypse ? Qu'advient-il du livre, de l'écriture, au XXIe siècle, dans la compétition avec le cinéma, le jeu vidéo et les autres techniques de production fictionnelle ?