Créer une Alerte

Mauvais genre

numéro 6
date 09/2011
revue Ravages
périodicité trimestriel
Univers Actualités
partager
kiosque
  • Mauvais genre

    Et mon cerveau ? Tu l’aimes, mon cerveau ? Je ne sais pas, tu l’as pesé ? Comment ça, deux kilos cinq ? Mais c’est monstrueux, totalement hermaphrodite, tu devrais te mettre au régime tout de suite. Enfin mon amour, le cerveau a le droit d’être lourd, c’est même la seule partie du corps qui échappe à l’industrie du light. Oh ça, baby, si j’étais toi, je n’en serais pas si sûr. Et mes chromosomes, tu les aimes, mes chromosomes ? Fais voir un peu à quoi ils ressemblent, tourne-toi, oh la la ! Ce que tu es bonne, ce qu’ils sont gros tes chromosomes, mais je les trouve un peu, je ne sais pas, ils sont différents, non ? Attention, voilà les flics ! Quelle fille, où tu as vu une fille ? Le s flics n’aiment pas les clients dans ton genre. Quels flics, quel genre ? Tu rêves, ma pute, j’en mangerais, moi, de tes chromosomes.

  • Actualités mauvais genre — Par Frédéric Joignot

    Affaire DSK, mobilisation des catholiques français et de la droite populaire contre les nouveaux livres de classe, arrivée tardive des gender studies à Science Po, manifestions de « salopes » autour du monde, les questions du genre continuent d’échauffer furieusement les esprits.

  • Le normal est normé — Par Eric Fassin

    Rentrée 2011, Sciences Po organise une refonte complète de son enseignement en intégrant les « études sur le genre ». L’université française rompt ainsi avec trente ans de retard sur les université américaines. Pourquoi ce désert ?

  • L'Etat remplace le père absent — Par Judith Butler

    En France « l’ordre symbolique », c’est-à-dire la préséance normative du couple hétérosexuel, l’autorité paternelle et la famille stable, règne toujours sur la pensée politique. Voilà pourquoi, nous dit Judith Butler, le refus d’autoriser le mariage et l’adoption homosexuels converge avec la politique anti-immigrés.

  • Neuro sexisme — Par Catherine VIdal

    Force est de constater que malgré les progrès des connaissances en neurosciences, les préjugés sur les différences biologiques entre hommes et femmes sont toujours bien vivaces parmi les chercheurs comme dans la presse scientifique.

  • Les femmes dans les médias

    L'égérie, la muse, la mère, la madone, ma pasionaria.
    Marie-Joseph Bertini, directrice du département Sciences de la communication à l’université Sophia Antipolis, étudie comment les médias traitent les femmes, les clichés récurrents qu’ils utilisent, les normes qu’ils reproduisent. Dans son livre Femmes, Le Pouvoir impossible (Pauvert, 2002), après avoir étudié des centaines d’articles de la presse écrite française issus de trois quotidiens nationaux (Le Monde, Libération, Le Figaro) et de deux hebdomadaires généralistes (L’Express, Le Nouvel Observateur), elle a montré que l’ensemble des actions entreprises par les femmes étaient toutes relatées par cinq clichés au total : l’égérie, la muse, la mère, la Madone, la pasionaria.

  • Hermaphrodite au bistouri — Par Vincent Guillon

    Les intersexués ou hermaphrodites sont estimés à 1 sur 500. Depuis dix ans, ils protestent pour que cessent les assignations chirurgicales en fille ou en garçon pratiquées sur les sexes des enfants de 3 mois à 2 ans. Ils veulent attendre un âge plus avancé pour décider de leur sexe et leur genre en connaissance de cause. Leur histoire révèle la violence actuelle des normes sexuelles.

  • Heureux si j'avais toujours fait la belle... — Par Georges Marbeck

    Un entretien de Georges Marbeck avec l’abbé de Choisy habillé en femme

  • Genderqueer — Par Swedish Sins

    Genderqueer (n.m) : identité de genre ni masculine ni féminine, qui sort du schéma binaire « homme – femme », sans pour autant relever de l’hermaphrodisme. Le genderqueer est un nouveau genre construit, comme nous y invite la théorie queer pour échapper au nivellement par les normes.

  • Porno, art majeur — Par Jonathan Littell

    La romancière et performeuse Wendy Delorme a participé à des films pornographiques qu’elle dit « féministes ». Le romancier Jonathan Littell s’intéresse à la mise en image du sexe. Ils discutent des normes, du cinéma X et de l’excitation à le regarder…

  • Pornographie féministe - fin d'un oxymore — Par Wendy Delorme

    Elles sont américaines, françaises, suédoises, hollandaises, allemandes. Elles s’appellent Annie Sprinkle, Nan Kinney, Deborah Sundahl, Shar Rednour, Maria Beatty, Mia Engberg, Madison Young, Petra Joy, Émilie Jouvet, Courtney Trouble, Nenna, Shu Lea Cheang. Elles sont féministes. Elles font du porno.

  • Punir les hommes — Par Rüwen Ogien

    Mis en oeuvre en Suède depuis dix ans, le projet de pénaliser les clients des prostitué(e)s arrive en France, où il est accueilli avec enthousiasme par de
    nombreuses personnalités politiques de droite et de gauche. Pour eux, le sexe payant doit être puni. Pourquoi ? Est-ce acceptable dans une démocratie ?

  • Dans la chambre noire — Par Peggy Sastre

    Comment vont réagir cinq hommes et cinq femmes, anonymes, enfermés ensemble dans une pièce noire capitonnée ? Que vont-ils révéler sur le genre ? Sur eux-mêmes ? L’expérience a été tentée et répétée par des psychologues sur un campus américain.

  • Le genre escamote le sexe — Par Geneviève Fraisse

    Geneviève Fraisse interroge le succès actuel du concept de « genre » et des gender studies où elle voit un oubli et une incapacité à penser l’histoire – des effets des différences sexuelles dans l’histoire – et un curieux escamotage du vocable « sexe ».

  • Généalogie amorale — Par Thomas Hairmont

    La première tentative de systématiser le massacre
    des vieux eut lieu au début des années 2020…

  • Et Dieu créa le mal à son image — Par Patrick Piet

    Ma petite fille a quatre ans. Sa beauté me soulève le coeur

  • Le syndrome de fall — Par Guillaume Lescasble

    Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas possible ! Elle ne peut pas avoir disparu ! Elle ne peut pas avoir disparu !

  • L'entretien décalé d'Edward Norton

    "L'argent est le nerf des bonnes causes"
    Edward Norton est un homme engagé. L’acteur de Fight Club, American History X et La 25e heure a créé le site Internet Crowdrise, une plateforme en ligne conçue pour accompagner concrètement les tentatives de collectes de fonds, le « fundraising », à destination de causes éthiques. Pour BigThink. com, un « forum du savoir » américain, fort de son expérience pour aider les peuples menacés, Edward Norton a répertorié plusieurs pratiques efficaces s’appuyant sur l’événementiel, l’engagement individuel, les plateformes financières et les réseaux sociaux, pour lever de l’argent. Le nerf de la guerre juste.