Pourquoi voter ?

Introduction - Jamais content

Dossier Pourquoi voter ? Deux économistes se rencontrent dans un bureau de vote. « Qu’est-ce que tu fais là ? », demande l’un. « C’est ma femme qui m’a obligé à venir », répond l’autre. « Pareil pour moi », dit le premier. Silence contrit. « Si tu me promets de ne jamais dire à personne que tu m’as vu ici, je ferai de même pour toi », dit l’un. Ils se serrent la main et filent dans l’isoloir.

La démocratie malade de ses électeurs

by Louis Menand

Dossier Pourquoi voter ? L’ignorance des citoyens fait le jeu des groupes de pression et des ambitions politiciennes. Mais, au-delà de ces observations classiques, il faut souligner l’irrationalité de l’électeur, dont le vote est d’abord dicté par ses préjugés. Faut-il pour autant restreindre le suffrage à la fraction la plus compétente de la population ?

Les paradoxes du bon sens

by David Bell

Dossier Pourquoi voter ? Les notions de « sens commun » et de « bon sens » ont été utilisées par les penseurs des Lumières pour mettre en avant la faculté de juger de l’homme ordinaire. Elles ont ainsi servi de tremplin à la démocratie. Mais elles ont toujours été exploitées, aussi, par les populistes et les réactionnaires.

L’effet cocooning d’Internet

by Henry Farell

Dossier Pourquoi voter ? Le Web renforce un phénomène ancien : nous vivons dans des bulles filtrantes qui privilégient ce que nous voulons entendre et écartent ce que nous voulons ignorer. La thèse est connue. Mais que vaut-elle vraiment ?

Le cerveau de l’électeur

by Lord Owen

Dossier Pourquoi voter ? Les neurosciences commencent à s’intéresser aux comportements politiques. Structure de la personnalité et cerveau émotionnel sont passés au scanner. Mais la tentation de simplifier est forte. Le risque est de reléguer au second plan la réflexion sur l’amélioration du fonctionnement des démocraties.

Philippe Braud : “Les citoyens votent surtout par empathie ou antipathie ”

Dossier Pourquoi voter ? Les sentiments positifs ou négatifs de l’électeur sont construits par son histoire personnelle, les influences et les accidents de la vie auxquels il a été exposé. Le candidat vers lequel il se porte lui paraît mieux défendre les « valeurs » et les « intérêts » auxquels il s’est ainsi attaché.

Nicolaï Lilin, un bel imposteur

by Elena Tchernenko

Société - Une critique russe découvre avec stupeur le roman prétendument autobiographique du Moldave Nicolaï Lilin, Urkas !, véritable phénomène de librairie à travers l’Europe. Car ce récit d’une enfance et d’une adolescence passées dans un clan de Robin des Bois régi par un redoutable code d’honneur n’a que peu de rapport avec la vérité. La presse occidentale n’y a vu que du feu.

Le vaudou au cœur

by Gaël Turine · illustrations: Gaël Turine

Société et politique - Du Bénin à La Nouvelle-Orléans en passant par Haïti, le photographe Gaël Turine a exploré tous les territoires du culte vaudou, cette religion partie d’Afrique de l’Ouest avec les esclaves et qui a gagné le Nouveau Monde. Le résultat est une incroyable expérience partagée, au quotidien, loin de tout folklore.

L’humanitaire, une passion dangereuse

by Philip Gourevitch

Géopolitique - À l’origine, il y avait le désir de ne pas rester les bras ballants face à la souffrance des autres. À l’arrivée, les enquêtes révèlent une gigantesque industrie qui se nourrit des guerres et les nourrit. L’humanitaire réellement existant contribue aux souffrances qu’il est censé soulager.

Le fabuleux destin de Lili Marleen

by Eberhard Straub

Littérature et arts - C’est l’histoire d’une chansonnette à l’eau de rose, longtemps passée inaperçue. Parce qu’elle parlait d’amour, de mort et du pays natal, elle fit soudain vibrer les soldats allemands comme les soldats alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Marlene Dietrich avait transformé ce chant prétendument nazi en hymne universel.

Molina : “L’élan de la plume tient au désir de découvrir ”

Littérature - Vingt-quatre heures de la vie d’un homme, victime d’un effondrement à la fois collectif – la guerre d’Espagne – et intime – un amour impossible. Dans son dernier livre, Antonio Muñoz Molina éclaire magistralement ce qu’il appelle la maladie de l’idéologie, en redonnant toute leur place aux vies minuscules que broie la grande histoire.

La mécanique du génocide

by Tzvetan Todorov

Idées - Les grands massacres du XXe siècle ont suscité une masse de publications relatant des destins individuels, dans leur grande majorité ceux des victimes et des survivants. Un livre comme Au fond des ténèbres, où la journaliste Gitta Sereny rapporte ses entretiens fouillés avec Franz Stang, l’ancien commandant de Treblinka (1), fait exception. Encore plus rares, sinon inexistants, sont les films documentaires qui nous confrontent aux auteurs de ces crimes collectifs, engagés dans une quête de vérité. Or leur intérêt saute aux yeux. Les victimes ont subi, les bourreaux ont agi ; si nous voulons empêcher que recommencent les désastres du passé, nous devons nous pencher sur les auteurs de ces crimes : pourquoi ont-ils agi ainsi ? Quel est le mécanisme qui engendre l’horreur ?

BP, voyou du pétrole

by Mattathias Schwartz

Economie - Depuis les années 1990, des managers obsédés par la rentabilité à court terme ne cessaient de le répéter aux ingénieurs de la firme britannique : « N’hésitez pas à aller à la limite ! Il sera toujours temps de revenir en arrière. » Ce qui devait arriver arriva, en avril 2010, dans le golfe du Mexique.

L’invention de la vie nocturne

by Tim Blanning

Histoire - Longtemps, les Européens se sont couchés de bonne heure. La nuit était l’affaire des spectres et des sorcières. Les choses changent au XVIIe siècle, d’abord avec les fêtes de l’aristocratie et l’essor des cafés, puis avec l’avènement de l’éclairage urbain. Les lumières avant les Lumières.

Moi, es-tu là ?

by Charlie Huenemann

Philosophie - Ce socle stable de nos sensations, pensées et désirs que nous appelons le « moi » n’est qu’une illusion, produite de concert par différentes aires du cerveau.

Bonniche comme une Polonaise en Allemagne

by Janusz Rudnicki

Société - Depuis la sortie de son livre, une femme de ménage est la coqueluche des Allemands. À Varsovie, où la donzelle est plus célèbre qu’un Nobel, un écrivain n’en croit pas ses neurones.