Féminisme spatial

L’Espace au féminin

by André-Louis Paré · trans: Bernard Schütze

Les industries cinématographiques russe et états-unienne se sont lancées récemment dans une rivalité concernant la sortie d’un film dont quelques scènes furent tournées dans la station spatiale internationale (SSI). Même si la SSI a souvent servi de modèle dans différents scénarios de films depuis sa mise en orbite en 1998, c’est la première fois que des équipes de tournage ont le privilège de se rendre à l’intérieur d’un des modules pour y tourner en apesanteur.

Zones de spéculations : les fictions féministes et l’espace

by Lexington Davis · illustrations: Nuotama Frances Bodomo, Carey Young · trans: Catherine Barnabé

Dans l’œuvre imprimée Report of the Legal Subcommittee (2010) de Carey Young, une carte céleste se déploie sur un fond couleur bleu nuit. Des points et des lignes indiquent où les étoiles éparpillées ont été regroupées en constellations dont les noms sont souvent tirés de la mythologie grecque. Report révèle toutefois qu’une telle tentative de cartographier le cosmos suscite également des frustrations.

Nous sommes une galaxie

by Michael DiRisio · illustrations: Hito Steyerl, Mika Rottenberg, collectif Black Quantum Futurism · trans: Luba Markovskaia

Nombre d’artistes s’intéressant à l’observation et à l’exploration de l’espace conçoivent celui-ci comme un reflet de l’actualité sociopolitique qui s’y réfracte, en quelque sorte, à travers le prisme déformant de la vie sur terre. Des œuvres récentes d’Hito Steyerl, de Mika Rottenberg et du collectif Black Quantum Futurism interagissent avec l’imaginaire spatial de façon à mettre en cause les fondements colonialistes, capitalistes et patriarcaux de la société moderne.

D. Denenge Duyst-Akpem et la décolonisation sur Mars

by Evan Moritz · illustrations: D. Denenge Duyst-Akpem · trans: Maryse Arsenault

Il y a des avenirs clos qui sont interdits, surveillés, verrouillés, et leur entrée n’est accordée qu’à de puissants capitalistes blancs qui sont majoritairement des hommes. Entre leurs mains, l’avenir devient une marchandise qu’ils obtiennent avec l’appui des gouvernements et des investisseurs.

Le féminisme spatial selon Iris van Herpen : entre mode, féminisme et écologie

by Jessica Ragazzini · illustrations: Iris van Herpen · trans: Bernard Schütze

Le féminisme spatial est à la fois une réalité historique et une science-fiction. Il concerne les exploits spatiaux réalisés par des femmes, tout en incarnant des futurités spéculatives qui se déploient dans les arts, la littérature, la culture populaire et la mode. Le féminisme spatial que je considérerai dans ce texte est plus particulièrement une tendance vestimentaire qui représente des marges sociales et politiques, celles en dehors du colonialisme planétaire de l’homme blanc.

Metropoliz : aller-retour vers la Lune

by Fiona Annis · illustrations: Museo dell’Altro e dell’Altrove di Metropoliz · trans: Catherine Barnabé

En 2018, j’ai découvert le Museo dell’Altro e dell’Altrove di Metropoliz, le Musée de l’autre et de l’ailleurs, grâce au documentaire Gift de Robin McKenna. Ce film illustre les principes féministes de redistribution de l’espace, du pouvoir, des ressources et du capital en explorant quatre communautés uniques et créatives qui se développent grâce aux économies de don.

FemSat : propositions féministes dans l’espace radiophonique

by Radio Amatrices · illustrations: Radio Amatrices · trans: Colette Tougas

L’espace radiophonique est ouvert à quiconque dispose des compétences et des droits légaux pour écouter et transmettre. Cependant, la radio, précisément la radio amateur, a souvent été l’apanage de personnes blanches privilégiées et identifiées comme étant de sexe masculin. Il existe une relation complexe entre le contrôle légal, gouvernemental, et la gouvernance ad hoc, tacite, des amateurs radio.

Féminisme spatial autochtone : une entrevue avec Michelle S. A. McGeough

by Marie-Pier Boucher · illustrations: Skawennati · trans: Maryse Arsenault

Ce numéro portant sur le féminisme spatial cherche à réalimenter notre imaginaire spatial avec des projets artistiques issus de perspectives féministes. L’objectif est d’aborder des possibilités poétiques et critiques qui activent une redistribution de l’espace, du pouvoir, des ressources et du capital dans le champ social. En prenant appui sur votre travail où vous examinez comment les peuples autochtones construisent leur savoir, notamment au niveau de l’identité sexuelle et du genre en lien avec la production artistique, j’aimerais que nous nous penchions sur la production de savoirs autochtones, à l’intersection de l’espace et du féminisme, en focalisant particulièrement sur des œuvres artistiques.

Sorcière spatiale multi-espèces : un entretien avec Agnes Meyer-Brandis

by Marie-Pier Boucher, Annick Bureaud · illustrations: Agnes Meyer-Brandis · trans: Nathalie de Blois

L’artiste Agnes Meyer-Brandis allie la métaphore artistique, la mythologie, la science, la satire, l’humour et le rire pour créer des évènements, des écosystèmes et des liens de parenté entre des espèces. Marie-Pier Boucher et Annick Bureaud s’entretiennent ici avec elle pour comprendre et approfondir les propositions féministes mises de l’avant dans son travail.

Nos recommencements, 10e édition de la Rencontre photographique du Kamouraska

by Franck Michel · illustrations: Baptiste Grison, Yan Giguère, Joan Fontcuberta, Émilie Rondeau, Bertrand R. Pitt, Yvan Binet, Caroline Hayeur,

La Rencontre photographique du Kamouraska fêtait, cette année, sa 10e édition après un report de deux ans. Préconisant une vision artistique axée sur les pratiques liées au paysage, cet évènement a su se positionner, au fil des ans, comme un acteur majeur de la scène photographique contemporaine québécoise. Édition après édition, la Rencontre photographique contribue de manière éloquente à l’attractivité et au développement culturel de cette région.

X, exposition de Claude Closky

by Ariane Lemieux · illustrations: Claude Closky

Le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) des Pays de la Loire a invité l’artiste conceptuel Claude Closky à réaliser une exposition à partir de sa collection. Depuis sa création, en 1984, ce FRAC se distingue par son rapport de proximité avec les artistes à travers, notamment, son programme de résidence, Les Ateliers internationaux.

Carte blanche à Anne Imhof, Natures Mortes

by Eloïse Guénard · illustrations: Anne Imhof

Comme Ugo Rondinone, Philippe Parreno, Tino Sehgal, Camille Henrot et Tomás Saraceno avant elle, Anne Imhof a eu carte blanche pour investir la totalité du Palais de Tokyo. Connue pour ses performances (notamment Faust, récompensée par le Lion d’or à la Biennale de Venise en 2017), l’artiste allemande s’allie à une trentaine de prestigieux invités pour concevoir un parcours jusqu’aux tréfonds du Palais de Tokyo.

André Du Bois, D’emportements, d’alcôves

by Josianne Desloges · illustrations: André Du Bois

En investissant le premier étage du Musée Marius–Barbeau, à Saint-Joseph de Beauce, André Du Bois a créé, tout l’été, un territoire en perpétuelle transformation. Ses œuvres faites de bois, d’artéfacts, d’objets trouvés, d’eau, d’encre et de pierres composent un espace scénographique peuplé d’ombres où les corps s’avancent, aux aguets, ou se recueillent, pensifs. L’éclairage a été pensé pour baigner les œuvres d’une aura d’étrangeté. Le visiteur s’y sent comme un géant à cheval entre deux mondes.

Apichatpong Weerasethakul, Periphery of the Night

by Marie Siguier · illustrations: Apichatpong Weerasethakul

Dans l’univers onirique d’Apichatpong Weerasethakul, la nuit est une puissance métaphorique qui fait coexister des réalités multiples, des formes de vie humaine et non humaine, apparitions, êtres irréels ou fantastiques dans les états confus du rêve, de la mémoire et du sommeil.

David Stonhouse, POWERBOXES

by Tak Pham · illustrations: David Stonhouse

Modern buildings are hardly functional without a power box. Although they are unremarkably hidden in plain sight, these simple boxes, boards of intricate wires and connectors carry currents that power every light, kettle, air conditioner and computer in a building. This tremendous contribution to the daily operation of our modern cities often goes unnoticed. However, this was the subject of Saskatoon-based artist David Stonhouse’s solo exhibition POWERBOXES, on view in summer 2021 at the Godfrey Dean Art Gallery in Yorkton, Saskatchewan.

TYRANNY

by Ray Cronin · illustrations: Mario Doucette, Brendan Fernandes, Evan Lee

Tyranny’s antithesis is often thought to be freedom, but in a new exhibition at the Art Gallery of Nova Scotia a different solution to the problem of authoritarianism is proposed: sympathy. It’s a timely discussion. Too often, “freedom” is the cloak would-be autocrats hide behind, and the rallying cry of oppression.

Maison molle

by Gabrielle Sarthou · illustrations: Damien Ajavon, Sophia Borowska, Alice Dufour, Colas Eko, Béatrice Montesinos, Danica Olders, Hélène Pecqueur, Elisabeth Perrault, Olivia Pradel, Patil Tchilinguirian.

Accueillante et chaleureuse, l’exposition collective Maison molle, commissariée par Alice Ricciardi, a abrité mon esprit pour ensuite l’habiter. Mise sur pied dans l’espace du Livart – ce bâtiment patrimonial situé sur le Plateau Mont-Royal et anciennement Presbytère Saint-Jude –, elle héberge les oeuvres d’art textiles de dix artistes, qui viennent s’y déployer dans toutes leurs formes, couleurs et textures.

Andreas Rutkauskas, Refuge : Après l’incendie

by Noémie Fortin · illustrations: Andreas Rutkauskas

La Fondation Grantham pour l’art et l’environnement s’est implantée sur le territoire du Centre-du-Québec il y a maintenant deux ans. Son pavillon, niché à l’orée d’une forêt, constitue à la fois un espace d’accueil pour des artistes et chercheurs·euses en résidence et un lieu d’exposition. En décembre 2020, le photographe canadien Andreas Rutkauskas s’est imprégné de cet environnement lors de la toute première résidence de création offerte par la Fondation alors qu’il y poursuivait son projet intitulé After the Fire.

Gilles Mihalcean, Retournements et détournements

by Frédérique Davreux-Hébert · illustrations: Gilles Mihalcean

Entre le 15 octobre 2021 et le 16 janvier 2022 était présentée, au 1700 La Poste, l’exposition d’une sélection des œuvres du sculpteur contemporain québécois Gilles Mihalcean. Celle-ci invitait à une réflexion autour des thèmes du retournement – de la matière, des objets, des formes – et du détournement – du sens, des croyances, des conceptions.

related issues

Héros Numéro 3 · policier · science-fiction · cédric zampini · gwalchmei · heroic fantasy · sunkmanitu
#3
2011-08
2,90 €
Yellow Submarine Envies d’utopie · science-fiction · amérique · campanella · helvétie · zippies
#133
2008-04
5 €
Yellow Submarine Conscience historique · écologie · industrie · science-fiction · tim powers
#132
2007-04
5 €