Stefan Zweig

Rencontre avec Stefan Zweig

by Erika Tunner

Les multiples possibilités de l'aborder le rendent fascinant tout en brouillant son image : Stefan Zweig est l'un des auteurs de la première moitié du XXè siècle qui possède le plus de facettes. Traduit de l'allemand par Jean-Pierre Hàn

Stefan Zweig et la Vienne d’hier

by Donald A. Prater, Béatrice Jean-Robert

Aujourd'hui, le nom de Stefan Zweig, un peu plus de cinquante ans après son suicide au Brésil en 1942, évoque en premier lieu le «grand Européen», comme l'a appelé son ami Jules Romains : un citoyen du monde que seul le hasard, dirait-on, a fait naître à Vienne, et devenir écrivain de langue allemande. L'exposition qui s'est tenue à Salzbourg en 1992, commémorant le cinquantième anniversaire de sa mort, était consacrée non seulement à sa vie, mais aussi et surtout à cette «Europe de l'esprit» dont l'unité était son idéal. Traduit par l'auteur avec la collaboration de Béatrice Jean-Robert

Littérature interdite

by Max von der Griln

Max von der Griin est né en 1926 à Bayreuth. Après une période de captivité aux Etats-Unis au lendemain de la guerre, il devient mineur de fond dans la Ruhr de 1951 à 1964. Il publie ses premiers romans au début des années soixante - Hommes dans la nuit double, Feu follet et incendie... - et commence alors à vivre de sa plume. Il témoigne ici de l'importance que revêtit à ses yeux la découverte clandestine de l'oeuvre de Stefan Zweig dans l'Allemagne nazie. Traduit de l'allemand par Jean Guégan

Le joueur d’échecs

by Monique Baccelli

Le soir du 21 février 1942, à Pétropolis, Stefan Zweig fit une partie d'échecs avec un ami, calmement, sans que rien ne laissât soupçonner que ce serait la dernière d'une longue série. Ce que nous ne savons pas c'est s'il la perdit ou la gagna, et encore moins s'il y joua, en son for intérieur, sa décision de vivre ou de mourir. Ce n'est pas une coïncidence non plus si la dernière nouvelle qu'il écrivit s'intitule Le Joueur d'échecs et rassemble, sous forme de symboles, tous les éléments d'une existence soumise, plus que de coutume, à deux forces contraires.

Le médiateur

by Harry Zohn, Nelly Stéphane

Stefan Zweig a joué le rôle de médiateur entre les cultures. Pendant toute sa vie, il s'est efforcé de traduire, au sens large et noble du terme, d'informer, d'éduquer, d'inspirer, et de susciter l'approbation et l'enthousiasme en franchissant les frontières qui séparent les personnes, les littératures, les cultures et les nations. La clé de sa vie et de son oeuvre, on la trouve dans son introduction à Begegnungen mit Menschen, Biichem, Stàdten (Rencontres avec des hommes, des livres, des villes), recueil d'essais publié en 1937. Traduit de l'anglais par Nelly Stéphane

Le démon de la curiosité

by Lionel Richard

Ce fut par un mince recueil de poèmes, Cordes d'argent, que s'ouvrit en 1901 la carrière littéraire de Stefan Zweig. Dès ses années de lycée, il publiait des poèmes dans des revues et il avait formé le projet de les réunir en volume après son baccalauréat. En définitive, il n'en retint qu'un tiers à peine. Son talent fut alors salué par les poètes reconnus de l'époque : par Dehmel, par Liliencron

Représentations de la condition juive

by Jacques Le Rider

Rétrospectivement, l'antisémitisme viennois du tournant du siècle a pu paraître presque bénin. C'est en tout cas l'impression qu'avait Stefan Zweig à l'époque où il rédigeait - en pleine Seconde Guerre mondiale - son autobiographie Le Monde d'hier. Plein d'indulgence pour le bon vieux temps, il soulignait bien que la violence verbale à l'Université s'accompagnait d'injures et de voies de fait contre les juifs, mais selon lui les discours antisémites des hommes politiques dépassaient à peine le lot d'insultes permanentes auquel on était déjà habitué entre les diverses nationalités, entre Allemands et Tchèques par exemple.

Ethique et esthétique

by Hélène Mortreuil

Cher Stefan Zweig, On m'a demandé d'écrire sur vous, mais c'est à vous que j'ai choisi d'écrire. Par une impulsion semblable à celle qui surgit à la fin d'une histoire d'amour, je fais retour sur les périples de mes lectures.

Stefan Zweig et la poésie “activiste”

by Ovid S. Crohmalniceanu

Ce qui intrigue chez Zweig c'est la discordance entre son plaidoyer pour une poésie «activiste», appelée à parler, non aux coeurs solitaires, dans leur intimité silencieuse, mais aux foules en fièvre, pour les électriser et les pousser à l'action, entre l'appel donc à une poésie tonitruante, ignorant les sentiments personnels, délicats et obscurs, et exaltant les passions violentes et fanatiques qui s'emparent des masses, et la poésie qu'il pratiquait — une poésie pleine de la retenue esthétisante du Jugendstil (...)

Habent sua fata libelli

by Stefan Zweig, Jean-Baptiste Para

«Un météore solitaire», «un héros de la liberté intérieure», «un desperado de l'instinct» : c'est ainsi que Stefan Zweig définissait Rimbaud. Traduit de l'allemand par Jean-Baptiste Para

Le guetteur d’ombres

by Jean-Paul Corsetti

Et Dieu sépara la lumière et les ténèbres : ces versets extraits du début de la Genèse auraient pu aisément figurer en épigraphe de chacun des ouvrages de Stefan Zweig consacrés à la littérature. Comment, par ailleurs, ne pas les rappeler lorsqu'on relit, une fois encore, le dernier message qu'il adressait à ses hôtes brésiliens et à ses amis dispersés de par le monde, quelques heures avant son suicide : « Puissent-ils voir encore les aurores après la longue nuit ! »?

Hermann Broch - Lettre à Stefan Zweig

by Hermann Broch, Jean Guégan

Depuis septembre 1935, Hermann Broch s'est installé à Môsern, au Tyrol, afin de consacrer tout son temps au nouveau roman qu 'il a entrepris d'écrire, Die Verzauberung (Le Sortilège). En 1936, Stefan Zweig publie Castellion contre Calvin et lui en adresse un exemplaire Broch le remercie de cet envoi par une lettre que nous publions ici. Traduit de l'allemand par Jean Guégan

Sigmund Freud et Stefan Zweig

by Alain Faure

Rédigés en 1930, les trois essais de La Guérison par l'esprit paraissaient au printemps 1931 aux éditions Insel à Leipzig. C'était, avec Marie-Antoinette (1932), le dernier livre que Stefan Zweig publiait chez son éditeur de toujours.

Introduction au théâtre de Stefan Zweig

by Robert Dumont

Quand on évoque aujourd'hui le nom de Stefan Zweig le lecteur français pense tout d'abord au créateur d'émouvantes nouvelles, à l'auteur du roman La Pitié dangereuse, puis à l'historien qui écrivit un Fouché, une Marie Stuart, une Marie-Antoinette, au critique, commentateur de Verhaeren et de Romain Rolland, mais rarement à l'auteur dramatique.

Au déclin de la tragédie

by Yves Iehl

Les drames de Stefan Zweig n'occupent sans doute pas aujourd'hui une place des plus en vue dans l'histoire du théâtre allemand au XXe siècle. Us n'en revêtent pas moins une importance particulière au sein de la création de cet auteur

Quelle Europe ? Stefan Zweig et Romin Rolland face à la montée des nationalismes

by Monika Natter

Vingt-cinq ans après le début de la Grande Guerre, Stefan Zweig se dépeint dans le récit autobiographique Le Monde d'hier sous les traits d'un pacifiste de la première heure et dont e l'impression de n'avoir jamais cédé à la vague d'enthousiasme patriotique qui submergeait alors l'Europe.

Lettres dans la mêlée

by Brigitte Vergne-Cain, Gérard Rudent

La correspondance entre Romain Rolland et Stefan Zweig s'est étendue sur trente années.

Exil et quête de la paix universelle

by Marm H. Gelber, Jacques Lajarrige

Avant même de prendre la décision de quitter Salzbourg, Stefan Zweig aborda plus d'une fois le problème de l'exil sur un plan intellectuel. Traduit de l'allemand par Jacques Lajarrige

Repères chronologiques

by Isabelle Milkoff, Karine Seban

Le voyage au Yémen

En novembre 1994, Aden fut le rendez-vous de poètes, écrivains, éditeurs, français et arabes, à l'invitation de l'ambassadeur de France, M. Marcel Laugel, et de l'Association de la Maison Rimbaud d'Aden que préside Abdelamir Chawki.

Rimbaud retrouvé

by Alain Jouffroy

A la fin du XDC siècle, Aden était, déjà, un grand port moderne que les Anglais avaient fort bien aménagé. Rimbaud y a habité, entre autres adresses, le Grand Hôtel de l'Univers, qui était un lieu de rencontres élégant et confortable.

L’intime, l’épique, le baroque

by Charles Dobynski

Il est des poètes dont aucun bruit de couloir ou de salon ne signale la présence. Qui ne sont pas gibiers de thèses, papillons d'anthologies, habitués du sommaire des revues confidentielles, collectionneurs de recueils ciselés par des artistes, marginaux drapés dans leur marge ou prophètes d'aucun pays... Raymond Farina, Jean-Paul Auxemery, François Boddaert

Le microcosmes de Barbet Schroeder

by Raphaël Bassan

Petit frère des cinéastes de la Nouvelle Vague, Barbet Schroeder (né en 1941) a assumé, en début de carrière, la fonction paradoxale de producteur de ses aînés. Fondateur, à vingt-deux ans, des Films du Losange, il a aidé à la réalisation de La Carrière de Suzanne (1962) et de La Boulangère de Monceau (1963) d'Eric Rohmer.

Les années russes de Marc Chagall

by Jean-Baptiste Para

Marc Chagall vit le jour en 1887 dans un quartier pauvre de Vitebsk, en Biélorussie. Sa mère tenait une épicerie, son père travaillait dans un entrepôt de harengs.

related issues

Revue des Deux Mondes Autour de Nabokov
ingres · afrique · nabokov · tiepolo · stefan zweig
#201007
2010-07
9,99 €
Jentayu Exil
littérature · traduction · asie · revue · nouvelles · exil
#9
2019-01
6,99 €
Revue des Deux Mondes Requiem pour le catholicisme
rimbaud · catholicisme · les bernardins · bernanos · soupault · chostakovitch
#201009
2010-09
9,99 €