Numéro 5

Préambule

On la dit femme, féminine, on imagine le haut des bas et on fantasme sur le rouge. La parisienne, en vrai, se languit pourtant plutôt en jean, traînaille son écharpe et rit en faisant un peu beaucoup de bruit. La féminité de la parisienne tient plus de la féline que de la femme fatale. Les new-yorkaises ou les libanaises nous ont largement supplantées sur le territoire de la féminité affichée. La parisienne joue aujourd’hui de l’ombre, suggère un sein dans un tee-shirt d’homme, dévoile sa grâce dans un geste d’une main aux ongles courts. Mais rouges.

Je suis parisienne

illustrations: Mathieu César

On dit les parisiennes affranchies, libérées. On la dit libérée parce qu’elle clame ses envies, les assouvit parfois et ne ponctue pas son parcours de “date”. C’est qu’elle cherche le prince charmant, Cendrillon.

related issues

art · paris · eric andersen · los angeles · western front · francine couture
#26
1985-01
2 €
L'Art du Cinéma Noblesse des genres
art · burlesque · film noir · genre · film de commando · femmes dans le western
#42
2004-03
15 €
mode · shopping · drôles de dames · louise grinberg · russian red · fedora
#2
2011-12
2 €