Apocalypse

Grondement apocalyptique

par Louise Boisclair

En attendant Bardarbunga de François Quévillon

Les anges de l’apocalypse

par Michaël La Chance

L’apocalypse est le grand dévoilement des mystères cachés depuis la fondation du monde, c’est la révélation d’une vérité cosmique et spirituelle. Les textes apocalyptiques du Livre d’Enoch, il y a 2300 ans, font état de présences angéliques au sein du cosmos qui seront révélées avec la destruction de celui-ci.

Les châteaux de sable

par Michel de Bron

Installée au 68e étage de la tour de la banque BMO à Toronto, l’installation Les châteaux de sable cherche à entrer profondément dans l’imaginaire de l’établissement financier. Elle s’apparente à une ligne de production industrielle dévouée à la construction désespérée de châteaux de sable. Le paradoxe de la production est poussé à sa limite : dans cette ligne, la destruction fait partie intégrante du processus. La machine fonctionne en circuit fermé, utilisant le produit de sa destruction comme matériau de construction. Les châteaux de sable se font et se défont inlassablement, sans que la machine se fatigue.

Nos terres louables

par Marie-Claude Gendron

La minière Canadian Malartic, anciennement Projet Osisko, administrée par Osisko Mining Corporation, est la plus grande mine aurifère à ciel ouvert en milieu habité au Canada. Située à 150 mètres au sud de la ville, la fosse borde littéralement les habitations des résident·e·s. En août 2009, avant même de recevoir l’approbation gouvernementale lui permettant de commencer la construction de la mine, Osisko Mining Corporation entreprend des démarches d’expropriation1 de 205 résident·e·s2 au nord de la ville. La tension sociale qui découle de cette situation est indéniable. Les résident·e·s de la partie sud qui n’ont pas été délocalisés ont depuis des problèmes de santé et de qualité de vie. Deux fois par jour, la mine procède à des sautages qui font trembler le sol, les murs et les armatures des maisons.

La fin des jours

par Lydie Jean-dit-Pannel · visuels: Lydie Jean-Dit-Pannel

Cela avait été visuel mais déjà l’odeur était arrivée. Foudroyante.

La grade rébellion des machines robotiques

par Istvan Kantor

Les défilements apocalyptiques du machines Exaction Group 01 01 00

Apocalypse Queer

par Rebz Hamiton

En raison des controverses actuelles rattachées au genre et à la binarité homme-femme, j'ai écrit un texte qui met en contexte cette problématique, notamment par rapport à l'actualité et à la médiatisation de la transidentité. J'aborde ensuite le traval de quelques artistes qui travaillent à ébranler les normes et à questionner le genre ainsi que ses stéréotypes.

L’œil de la bête

par Jean-Luc André

Agence nationale de récit évasif

Parole inédite de commissaires

par Collectif Quimeras

Janvier 2017, Donald Trump vient de remporter l’élection présidentielle américaine. Au Brésil, un coup d’État a démis la présidente Dilma Rousseff.

Petite merde rouge

par Joël Hubaut

Bien avant le cataclysme, la population devait subir une lente période de décrépitude et d’anéantissement. Même si certains parmi elle osaient résister aux corruptions et aux dominations démentielles des gouvernants, la plupart, impuissants et désemparés, sombrèrent dans la résignation puis la déchéance.

Adrian Narvaez Caideco

par Mildred Duran

La dystopie comme moteur dans l'œuvre d'Adrian Narvaez Caicedo

Le cerveau détroné

par Teresa Wennberg

La capacité de stocker et de rappeler l’information est la principale fonction cognitive de notre cerveau, qui se construit au fur et à mesure que nous vivons nos vies. Dès le premier jour, nous dépendons totalement de notre mémoire pour survivre. « Si tu perds la mémoire, tu perds la tête », dit le dicton. Si nous perdons la tête, nous ne pouvons prendre de décisions rationnelles. Et si nous ne pouvons prendre de décisions rationnelles, notre corps se fânera. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’un esprit actif aura plus de chance de vivre une vie gratifiante. Cependant, la mémoire humaine est une chose vibrante et parfois volage, surtout quand il s’agit d’expériences émotionnelles et de leur rappel, où le souvenir exact ne se compare pas nécessairement à l’expérience initiale vécue.

“Shams” d’Adel Abdessemed

par Paul Ardenne

Tout au creux de l'enfer

Révélations du practicable “devenir” performatif

par Mélissa Correia

En contexte de dépossession

Le mouvement dansé

par Laurianne Faubert-Guay

Une émancipation douloureuse ou "danser sur le fil du rasoir"

voir également

Continuité Tenir parole
québec · trois-rivières · natashquan · monastère des augustines · gaspésie · banq
#137
2013-08
5,75 €
Continuité Patrimoine funéraire
antiquité · québec · beyrouth · au-delà · cimetières · patrimoine funéraire
#154
2017-09
5,75 €
Continuité Vie de quartiers
québec · haïti · mont royal · phyllis lambert · manoir rioux-belzile · la griffe du diable
#134
2012-09
5,75 €