Intervention № 19

Les réseaux d’art: alternative au centralisme

by Guy Durand

En opposition au centralisme des expositions patronnées par des institutions nationales, les propositions novatrices qui enrichissent l'art ne passent-elles pas aussi par des pratiques et événements issus de contexte régionaux et de quartiers des grandes villes? La réponse à une telle question devrait permettre de renouveler la perspective d'analyse, en termes de vigueur et de cohérence, de ce qui se passe en art au Québec. En effet, il est intéressant de dégager quelques repères essentiels à la lumière des expositions, événements et débats récents — pensons ici à l'échec de l'exposition O'KA-NADA* organisée par le Conseil des Arts pour l'Allemagne, à la table ronde animée par la revue Possibles sur le thème Régionalisme/Internationalisme en art ou au déroulement de l'événement multidisciplinaire Ait Dressed à Chicoutimi — autour desquels se nouent des enjeux culturels.

Quelle périphérie?

L'analyse de la pratique artistique en périphérie rencontre à peu près les mêmes difficultés de définition que les centres alternatifs. Insertion fait partie des deux mais se veut de nature plus alternative que périphérique, la pratique en périphérie n'étant pas nécessairement alternative. Une chose est certaine; c'est que ce groupe est venu combler un vide structurel en ce qui a trait à l'expérimentation artistique au Saguenay et conséquemment pour les individus qui en font partie comme créateurs. L'infrastructure culturelle régionale n'était pas suffisante à elle seule pour permettre le décloisonnement de la pratique artistique. Une infrastructure alternative est à l'origine d'une pratique artistique en rupture avec la culture officielle. C'est pourquoi nous croyons qu'on ne peut réduire l'art en périphérie à la production d'oeuvre d'art si ce dernier ne trouve pas de lieu de diffusion propre à son type de production. Les contraintes rencontrées dans la pratique artistique en périphérie sont à peu près les mêmes que dans les régions métropolitaines mais sont perçues sous d'autres angles. Ce que permet ce contexte périphérique, c'est un milieu peut-être plus propice à l'identification de ces contraintes et la proximité des outils pour y remédier.

Êmeu, racine latine d’émos

by Diane Laurier

Le 18 décembre dernier, dans le cadre de l'événement All-dressed a été présenté au centre social de l'Université du Québec à Chicouti «Émeu, racine latine d'émos». Cet environnement autonome, qui d'ailleurs s'approche du monumental, renferme une dualité visuelle en ce qui a trait à l'utilisation de l'espace. L'extérieur démontre avec un certain souci de réalisme un immense boeuf en position couchée. Malgré l'effet d'étonnement qu'il provoque par ses dimensions imposantes, il s'en dégage un sentiment de complaisance et de tendresse. L'intérieur, cet enclos fermé, choque par son caractère sanguin. Il donne une vision viscérale où l'on aperçoit, entre autres, des squelettes humains prisonniers de fils barbelés. De plus, un montage vidéo alternant entre une image complètement rouge, des scènes d'abattoirs et d'enfants rachitiques, met en opposition le phénomène de sous-alimentation et la consommation abusive de viande. Ces deux espaces sont diamétralement opposés tant au niveau de eur impact visuel que de leur signification symbolique. Cependant .'essentiel du contenu demande inévitablement la lecture de ces deux aspects. Afin d'expliciter davantage, il m'apparaît nécessaire d'insérer ici un texte écrit avant la réalisation de l'environnement car, tout en libérant la charge pulsionnelle, il met en evidence la dimension politique de la pièce.

Plaster Saint-Laurent

by Pierre Bourgault

Graphisme automatisme par la force des courants marins du jusant et du flot de marée sur le fleuve St-Laurent. LIEU: Quai de St-Jean Port Joli BUT: Sauver le quai de la destruction COULEURS ANIMÉES: Blanc, gris, bleu, rouge, rouille. Fabrication d'un train de planches de 300 pieds de longueur formé de planches d'épi-nettes blanchies de 16 pieds, attachées avec du polypropilène.

Situation sur la plage de Cacouna

by Danielle Binet

Durant l'été 1980, à Cacouna, nous formions (Danielle Binet, François Durocher et Michel Perron) le groupe Situation. Depuis nous poursuivons une recherche alliant différents courants artistiques dont ceux de l'art conceptuel et du land art. Aussi, plusieurs de nos situations explorent le phénomène de transformation qu'effectue le temps sur la matière. Différents constats (Photographiques, sonores ou autres) en suivent l'évolution. C'est cette même problématique de la durée que nous retrouvions dans la performance de François Durocher Passé-Présent-Avenir (Musée du Bas Saint-Laurent - automne 81). Actuellement membre du regroupement Au bout de la 20 , nous sommes principalement impliqués, avec Michel Lagacé, dans la réalisation d'une série radiophonique ayant pour titre Radar-Un ange passe et abordant certaines problématiques de l'art.

Focus et après?

by Andrée Savard

Trop bref plaidoyer pour une vie quotidienne mouvementée et une réorganisation du travail ou Focus est mort, vive Focus!... et après... Ce texte ne veut pas faire un bilan exhaustif de la revue mais plutôt apporter des éléments sur le fonctionnement et l'organisation du travail et aider d'autres groupes à réfléchir sur leurs conditions de vie et de travail. Ce texte ne touche donc que quelques aspects relatifs à Focus. J'aurais pu aussi parler de Focus comme reflet de l'organisation du mouvement alternatif régional (nos préoccupations écologistes très prononcées à certains moments, féministes à d'autres); Focus comme tremplin pour plusieurs perma-nent-e-s et collaborateur-trice-s (un média ou une école?): Focus comme chien de garde de l'information régionale (nos interventions constantes à l'intérieur de la revue, une plainte présentée au Conseil de presse du Québec contre la censure exercée par le Progrès du Saguenay à notre endroit, pour laquelle le C.P.Q. nous a d'ailleurs donné raison), etc., etc.

Interventions et Intervenants, un seul et même lieu

by Gilles Peticlerc · illustrations: Claude Bilodeau, Christian Desjardins

Poser le lieu de l'intervention actuelle en art suppose l'interrogation préalable du lieu d'émergence, du lieu de la parole et de la gestuelle quotidiennes, de ces paroles, de ces gestes inscrits dans la pratique élémentaire de chaque intervenant, de chaque discourant, bref, suppose la reconnaissance du corps comme lieu et moyen premier de l'intervention. Poser le lieu corporel comme lieu et moyen d'intervention va, de plus, supposer, obliger des yeux ouverts et rivés sur tout individu hurlant, dans les méandres d'une absconse quotidienneté, le vouloir d'un acte communicatif pressenti comme créateur, acte qui trouvera dans l'élaboration discursive de son devenir la matière première nécessaire à la réalisation, au devenir second de l'intervention, d'une intervention, manière d'art et d'être. Inscrits là et là, partout dans les ailleurs de l'art-in, ces intervenants d'une lumineuse matière corporelle, extérieurs au savoir omnipotent, participent donc d'une gestation politisée, voire politique, d'une gestation alimentée essentiellement à la source de vouloirs dynamiques agissant, modifiant, de vouloirs réels soucieux de l'expression d'un perpétuel questionnement, d'une constante remise en cause d'un scepticisme glacial devant la syntaxe des écritures polymorphes, mais unilatérales traditionnelles, des écritures dont la linéarité devra maintenant accepter d'être traversée dans l'intimité de son articulation de douleurs et de hurlements convulsifs. Intervenants et interventions se définissent dans l'unique discours de l'être aux prises avec le refus de toutes les dictatures de la parole et les reconnaître n'est rien d'autre que reconnaître la volonté d'une collectivité nourrie des exigences d'un individualisme jamais satisfait, d'un individualisme responsable des plus farouches désirs et du renouvellement de ces mêmes désirs animant des individus qui alignent leur raison d'être sur la raison d'être d'un possible impossible onirique, impossible lieu de la désespérance.

L’histoire néoiste, une histoire d’amour

by Monty Cantsin · illustrations: Doris Mau, Miki Miroslav

Le mouvement néoïste était lancé le 22 mai 79, à Montréal. Assis au coin des rues Sherbrooke et McGill je distribuais des tracts aux passants tout en offrant mon «siège-néoïste» à quiconque voulait être dans ma «position». Le tract affirmait: «Néoïsme: un moyen pour s'évader de la prison de l'art; construire des situations ouvertes permettant à quiconque de contribuer, agir, réagir, détruire ou créer». «Nous testons et nous exerçons notre/votre condition psychique et mentale et/ou vous offrons une thérapie pour les deux. Tout comme les forces armées des grandes puissances, les ministères de la finance et de la nature, les commerçants, les partis et les terroristes nous vous tenons sur un pied d'alerte, prêt à changer le monde. Nous sommes en faveur d'un changement perpétuel et nous vous aimons.»

La compagnie de ma peau inc.

by Diane-Jocelyne Côté

La peau, horizon d'événements au voisinage duquel s'étendent des champs de circulation et de confusion d'organes, situe le lieu des questions: l'individu. Cette proposition analytique infinie (l'individu) semble avoir des réactions négatives quand elle se trouve placée dans des conditions thermiques non familières. La peau ment. C'est par les conversations des agrégats moléculaires entre eux que se manifeste alors la terreur pure inhérente à des contextes de désinformation. La peau se pose comme erreur délibérée, énonce des contre-vérités, des antiphrases, d'où aveuglements réciproques, rumeurs, fuites, allusions, compromis dans la société des organes en place. Il faut que des questions soient posées. De ce côté-ci de l'épiderme. dans l'autre sens du poil, la proportion de mensonge contenue dans la confusion interne est-elle équivalente au pourcentage d'illusions produites de l'autre côté, par la désinformation active? Une longue période de renseignements véridiques étant en général un indispensable préliminaire pour passer au mensonge, comment reconnaître le signe ambigu, l'élément charnière des singularités subjectivement contrefaites?

Danser d’énergie rouge ou blanche

by Hélène O'Bomsawin · illustrations: Gérald O'Bomsawin

En région, se nourrir soi-même, s'alimenter dans des kilomètres d'espace; s'appuyer! Tomber dans ce vide de tout trucage et se retrouver face à soi-même, encore seul. La recherche se poursuit dans l'esprit du corps d'outre-tombe jaillit la peur, la peur de l'insuffisance, le manque... L'élan se fait sentir comme la résurgence d'une énergie à la fois connue et inconnue; face cachée de la lune pénétrant à l'intérieur de l'arbre, sous l'écorce. Énergie rouge! Agir, s'émouvoir, être fébrile et en contact... Semer la volonté d'avancer, la volonté de découvrir, de connaître. Je vois l'air qui s'infiltre dans mes muscles, je me colore des tons de l'intensité de la croyance. Vigueur et tonicité se déploient, me rappelant la lutte contre cette confiance castrée. Je touche du doigt la sensibilité de mes os. Tensions!... Si malignes soient-elles, chacun y dépose ses misères; de même, sans le son, car les gens n'y croient pas. Édu-quer les yeux à voir, à sentir, à entendre, à toucher; la découverte projetée demeure non-rentable et l'expression de la liberté menaçante, à cause de la différence, du contraste!

Tours-multiple

by Alain-Julien Laferrière

La ville de Tours, dans le centre de la France, est actuellement l'un des points de convergence de l'expression de la jeune création en régions. À propos d'une manifestation annuelle d'art contemporain. TOURS/MULTIPLE 1982 ou un moment privilégié dans la saison artistique passée. De ces moments où les rencontres se font d'une manière suffisamment juste pour qu'un véritable débat s'engage. A l'ordre du jour la création toute récente dans, par et avec les multiples et souvent souterrains espaces et lieux d'artistes. Cela se passait à Tours en avril dernier. Plus d'un millier d'artistes-critiques-conservateurs... pendant 3 jours de rencontre et plus de 10 000 visiteurs pendant 5 semaines d'exposition. TOURS/MULTIPLES 1982 a pu se faire dans de bonnes conditions après 2 mois de tournée ininterrompue à travers toute la France. Comme des V.R.P. 2 longs mois dans une voiture super équipée de tout de qui est nécessaire comme outils de constat et d'enregistrement (polaroids - mini Rolleï - mini-cassette - bloc notes - valise de classement...). De quoi recueillir un immense matériau.

Lyon: Ville excentrique

by Christian Vanderborght

Quand on est artiste et qu'on vit à Lyon, on est en proie à des sentiments contradictoires. On peut avoir l'impression de vivre dans un trou de vieux bourgeois rassis, ignares, satisfaits de leur bonne ville, préoccupés par leur ventre et fiers de leur fort une. Cette sensation est confortée par le fait que cette ville n'a jamais jusqu'à présent brillé par l'éclat de son engagement vis-à-vis des démarches artistiques. Il n'y a qu'à voir les collections des musées pour s'en convaincre; cette ville produit un art provincial, véhicule d'une imagerie désuète propre à satisfaire le goût de ses notables. Par ailleurs cette situation paisible permet à quelques-uns d'explorer des recherches avec une certaine liberté, hors des centres compétitifs du marché, sans galèrer à longueur de temps pour faire exister sa pratique. Encore faut-il que cet isolement et cette distanciation génère autre chose que de mièvres natures mortes et favorise une réflexion originale sur la création et ses moyens d'expressions. Une petite chronologie est nécessaire pour expliciter le phénomène récent qui est en train de se produire à Lyon. Ce phénomène propose un schéma exemplaire des différents modes d'exploitation des pratiques artistiques tels qu'ils peuvent s'exprimer aujourd'hui.

L’art contre le chômage

by Daniel Dewaele

Les causes profondes de la crise actuelle et du chômage se réduisent à un seul facteur commun, c.à.d. la façon dont notre société contemporaine est organisée. Une société qui est fondamentalement constituée par l'Intérêt Individuel, par une tendance ordonnée à la maximisation du profil particulier. Un intérêt individuel, dans beaucoup de domaines, ennemi de l'intérêt de la communauté. La communauté européenne compte déjà 10,2 millions de chômeurs. La Belgique, quand même un petit pays, en compte déjà plus de 400 000, à l'exclusion de ceux mis au travail grâce au programme gouvernemental des «cadres particuliers temporaires», c.à.d. des chômeurs déguisés. Les chômeurs belges sont sujets à un contrôle quotidien, ce qui les différencie de ceux des pays environnants. En outre, ne savent-ils qu'à l'heure du pointage du jour, quelle sera l'heure de pointage du lendemain. Ceux qui ne se présentent pas à l'heure indiquée perdent l'argent de ce jour. En cas de récidive, on court le risque d'être suspendu de ses droits pendant une certaine période.

L’écriture des corps

by Jean-Paul Thibeau

À nous faire croire que la réalité s'étend de là à là, et qu'elle est immuable, on finit par croire qu'en deçà de ces limites plus rien n'existe... Si au-delà de cette réalité c'est le néant, alors il n'est pas si béant que cela, puisque de temps à autres, des hommes en sortent, plus réels que jamais —ramenant avec eux des matériaux, des substances qualifiables et quantifiables... Si la réalité chez beaucoup c'est ce qu'ils vivent tous les jours, chez d'autres c'est un lieu relatif et fluctuant où tout se meut, où tout peut naître et exister... Ce n'est pas simple d'avoir à la fois une culture gréco-latine, gallo-romaine, judéo-chrétienne, franco-gasconne et d'être bouffi par d'autres cultures... Ce n'est pas simple d'être né, d'avoir vécu et de vivre dans le sud-ouest de la France, dans un pays européen, en Occident, sur la Terre, dans l'Univers... Ce n'est pas simple mais c'est faisable, parce que, par exemple, Bordeaux c'est aussi un port, une gare, un aéroport, des axes routiers; c'est un lieu de communication(s) — pour peu que l'on veuille se déplacer et communiquer...

Le périphérisme (La paix rit)

by Hervé Fischer

La périphérie de l'art, c'est sans doute Chicoutimi par rapport à Québec, Québec par rapport à Montréal, Montréal par rapport à New-York. C'est presque Paris par rapport à Cologne, Milan ou New-York. C'est les tiers-monde par rapport à New-York. Pas un artiste d'Amérique latine à la dernière Documenta. C'est aussi le middle-west ou la côte pacifique par rapport à l'impérialisme new-yorkais. La périphérie est immense géographiquement. Il semble qu'en liquidant l'Histoire et l'Universalisme, valeurs centrales (centralisatrices) de l'idéologie bourgeoise du XIXe siècle, on veuille aussi en finir avec le système des capitales culturelles. L'Histoire de l'art leur doit beaucoup, mais les grandes capitales elles-mêmes ont l'habileté de puiser dans les milieux périphériques (chinoiseries, japonaiserie, Océanie, «primitivisme africain», art des enfants, art des fous, art des naïfs, milieu rural du sud de l'Italie d'où émerge la nouvelle peinture, etc.) pour se ressourcer et réenrichir leur domination culturelle quand elle s'essouffle. Reste donc à savoir si sous couvert de régionalisme, de décentralisation, ce n'est pas une fois de plus la même stratégie d'emprunts exotiques à laquelle se livrent les deux ou trois grandes capitales qui nous dominent.

L’espace Roquette

by Jacques Donguy

Nous appelons «The eternal network» ou la «tête permanente» tout ce réseau de galeries parallèles et d'actions artistiques un peu partout dans le monde entier. Un tait ceci, un fait cela, l'autre tait autre chose, un dort, l'autre se lève, il n'y a plus de centre dans l'art. L'art, c'est là où tu vis, c'est là où tu travailles. Il n'y a que la tête qui est permanente. Il n'y a que le réseau qui est éternel. L'espace Roquette est un lieu alternatif à Paris, dans le quartier de la Bastille, créé dans une ancienne fabrique, sur le modèle de Bùro Berlin, ou de ce qu'a été Hétéroclite à Budos. Lieu multimédia, vidéo, avec «Wonder Products» (vidéo performance cocktail), ou Patrick Prado, Theresa Wennberg au cours d'une soirée intitulée «Fin de saison», musique électroacoustique aléatoire, à partir d'objets, avec Ollivier Coupille, ordinateur, avec Guillaume Loizillon, pour la production d'images et de son. Lieu aussi ouvert à toutes les expériences à partir de bandes magnétiques (Bernard Heidsieck), ou d'installations sonores, avec Thomas Schulz de Bùro Berlin.

Théâtre: Balade d’un amateur triste

by Alaingo · illustrations: François Bergeron, Gouthuran

Théâtre de pacotille et trompe l'oeil éculé. Le temps est aux déboires. J'ai l'impression de me faire arnaquer quand je vais au théâtre. Et j'y retourne encore. Parce qu'une fois sur vingt est la bonne. Parce qu'une fois sur cent c'est le choc. Côté Saint-Jean, suis allé rencontrer Roméo et Julien. C'était en partie moi ces mieux enfantillages. La fumerie secrète, l'attraction du sexe tabou, le combat des chefs entre mâles. Au gallon souple des copines qui évaluaient leurs rondeurs naissantes, j'opposais une règle rigide sur l'étendue de mon membre en voie de devenir viril. Et puis le reste m'échappe un peu: la débandade quand arrive l'âge adulte, l'impossible accession au monde du couple... La diversité des codes scéniques et l'excellence des comédiens concourent à atténuer l'ennui. Masques et musique. Sketches rapides et humoristiques. Échanges de voix. Mime bouffon. Mais le problème demeure entier dans les créations de la Bordée: on ne sait pas comment conclure. La chanson de la fin ravale le propos dans les ourlets doucereux de la bonne volonté. Et ce follow spot farfouilleur! qu'il était grossier!

Cinéma : La couleur encerclée. Au clair de la lune: encore un pet dans l’eau

by Gérald Baril

Les cinéastes Jean et Serge Gagné, les frères Gagné comme on se plaît souvent à les appeler, nous donneront bientôt un film sur la création, sur le travail de l'artiste. Ce projet» ils y travaillent depuis plus de deux ans sans que les subventionneurs daignent s'y intéresser. C'est pourquoi ils ont organisé à Montréal, en décembre dernier, une exposition/encan d'oeuvres d'art, à laquelle ont participé une soixantaine d'artistes. L'opération fut un succès, mais le financement du film n'est pas encore assuré, aussi, il est toujours possible pour tout individu ou groupe intéressé, de souscrire au projet en achetant une ou des unités de participation*. Ce long-métrage de fiction, dont le tournage est prévu pour l'été 1983, mettra en scène des peintres, écrivains(nes), photographes, aux prises avec la difficulté de créer aujourd'hui. En avant-goût de ce film-espoir: deux extraits de textes des auteurs.

Musique : Une chronique de disques internationale

by Jacques Daigle

Tout d'abord, une compilation-collage discographique sur le thème du devenir Inquiétant de la planète au langage musical Industriel et technologique. Compilation d'Inconnus des États-Unis, d'Europe de l'Ouest, mais aussi du bloc socialiste, du Japon et de l'Iran. Par la suite, une rencontre stimulante d'un Jazzman noir avec deux grands maîtres des Indes. Puis, une musique acoustique authentiquement hongroise aux couleurs familières, suivie d'un saut en Turquie avec une synthèse Instrumentale très forte de folklores régionaux turcs. Et enfin, les extrêmes géographiques rassemblés dans la musique orientale d'un Européen solitaire. Qu'elles soient futuristes, actuelles ou sans âge, ces musiques se situent à la périphérie des grands centres de production.

related issues

Continuité Passé recomposé
patrimoine · québec · montréal · lin · carlotta · tübingen
#143
2015-01
5,75 €
A+E Bluelotus
montréal · dar bouazza · casablanca design week · nabil hilali · ramadan’art · musée yves saint laurent
#12
2019-01
7,99 €
montréal · chateau marmont · grand blanc · bridget jones · olivier barthelemy · norbert tarayre
#19
2015-01
2 €