Numéro 37

L’aposture... Dernier râlement d’un citoyen escargot

par Richard Martel · visuels: Richard Martel

La documenta 8, orchestrée par Manfred Schneckenburger, mise en analyse critique, propose-t-elle un sourire, une direction nouvelle, un bouleversement, un cloisonnement? Tentative de vouloir tout « montrer », de donner des directions, la manifestation de 1987 pourrait se résumer à des critiques négatives, surtout en ce qui a trait à l'exposition. La tentation reste grande aussi de tâter la totalité de l'art actuel ; cependant une grande froideur s'est emparée des lieux de monstration de cette ville typiquement allemande, Kassel, qui reçoit à tous les cinq ans les ténors de l'avant-garde internationale. Mettre en situation critique un tel événement comporte le même risque que l'aventure courue par les organisateurs, celle techno-bureaucratique d'une vision, disons décorative de l'art. Contribution complaisante qui témoigne à ce titre des tendances divergentes et allogènes des artistes occidentaux. En effet, la documenta se propose de prendre le pouls de l'art qui se fait par la négative ou la positive. Présent dans le cadre du programme Expanded Performance, spécifiquement le Snowball Project, j'ai eu la chance de vivre cet événement de l'intérieur et aussi de l'extérieur.

City souvenir

par Alain Martin Richard · visuels: Yves Graubner

«City Souvenir» par ses deux rhizomes manifestes (Expanded Performance et la Fête permanente) occupe concurremment un espace ouvert à l'intérieur de la documenta (la cité même) et un espace enfermé dans la documenta (Café New York)... à ce point ouvert qu'il faut être un fanatique de l'art -pour l'y trouver ; à ce point fermé et rudimentaire qu'il faut être un artiste dèment pour y donner l'art. Alors expanded: huit artistes, huit ville, autant de perceptions et de matériaux hétéromorphes injectés dans des vitrines du centre-ville. Bremen, ville industrielle et portuaire, ouverte sur un certain exotisme asiatique; Kassel, centre postal majeur pendant la documenta; Londres, ville de banlieues et périphéries existentielles; Calgary, centre international de la mounted police et d'un historicisme incertain; Banff; lieu touristique au bout du tunnel férroviaire, suspendu à un télépherique précaire; Québec, dernière résidence du patrimoine planétaire unescois; Arnhem, dortoir petit-bourgeois, no man's land entre la great Germany et l'Amsterdam éclatée; Zurich, haut lieu de la bureaucratie bancaire et gigantesque classeur universel.

Snowball project

par Jean Claude St-Hilaire · visuels: Alain-Martin Richard

C'est à l'été 1982 que Robert et Marianne Filliou en compagnie d'Alain Gibertie et Agnès Dennery avaient jeté les premiers jalons du projet Boule-de-neige. « Le monde est un vaste village » déclarait alors Filliou. C'est entre la Sculpture sociale de Beuys et « l'Eternal network » (la Fête permanente) du Français que le réseau du projet Boule-de-neige prend forme et se consolide. La pensée de Filliou met en contact la Dordogne, Vancouver et Québec. De l'autre côté de l'Atlantique l'artiste français y a de bons amis qui s'activent par la vidéo, l'installation, l'écriture, la performance, la poésie visuelle et sonore. Ces conceptions de l'activité artistique s'écartent des traditions de l'art historique et du modernisme. Cette ouverture d'esprit dans l'art actuel se concrétise aujourd'hui et, d'utopie, elle devient un positionnement concret dans la réalité. C'est l'union des contradictions et la fusion des différents pôles formant l'activité humaine. Beuys déclarait que le monde ne peut être changé par la voie politique ou par la voie religieuse. Par contre, celle de l'art le peut. C'est la seule alternative qui soit assez ouverte et perméable. L'activité artistique contient tout: forme, matière, imaginaire, énergie, société, économie, politique et spiritualité. Lorsque l'artiste prend position, il agit avec une vision d'artiste, dans quoi que ce soit. A ce moment, le rôle de l'artiste n'est plus d'exprimer le monde mais bien de le transformer. Il met alors sur pied de nouvelles structures qui vont tendre à éliminer les rapports dualistes traditionnels: gauche/droite, est/ ouest, nord/sud, beau/laid, oppresseur/opprimé, guerre/paix. La tâche demeure gigantesque (« 5 milliards d'années » dit Filliou): changer les mentalités. Voilà pourquoi il faut donc passer à l'action, dès maintenant: créer tout en étant conscient du contexte global.

Insertion, installation au K-18

par Insertion

The letter's eater» and/or «metal's analphabetic». Pour une exposition «œuvre d'art collective» Projekt Gruppe Stoffwechsel. Kassel, RFA, du 13 juin au 20 septembre 1987 Composantes/Motivations ACCUMULATION: Il y a quelques années nous saissions de 3OO barils représentant le sacro-saint pouvoir (Cathédrale de Chicoutimi). Pouvoir clandestin, superviseur de la morale.

Katalog Kunst

par Alain Martin Richard

En périphérie de la documenta 8, le Kunstverein de Kassel présente Kunst Katalog Kunst, une exposition de livres d'artistes pour un inventaire des « possibles configurations d'un catalogue ». Collection privée de Rolf Ditt-mar, cette mise en serre (on a disposé les livres-objets dans des serres modulaires vitrées aux structures en aluminium) présente le foisonnement des multiples formes que prennent les catalogues et livres d'artistes depuis le début du siècle. Formellement, l'exposition elle-même et le catalogue de cette exposition de catalogues relèvent de la présentation muséale et de l'archivage. D'une part, aucun accès aux livres, aux objets, aux textures, aux matières : cages de verre, serres vitrées où germent des semences protégées, à l'abri de tout contact direct avec les vicissitudes de l'extérieur, etc. D'autre part, le catalogue pour l'essentiel n'est qu'une précise et exhaustive enumeration des\ 592 pièces qui constituent cette collection unique; chacune des familles étant introduite par un court texte. Un contrepoint frustrant pour ce qui est de l'exposition, mais un livre magique pour sa compréhension.

La fête permanente

par Jean Claude St-Hilaire · visuels: P.A.I. Jappe

Il n'est guère plus possible d'envisager une manifestation artistique internationale sans un volet qui fasse place à la perfornian-ce. La documenta de Kassel l'a compris depuis longtemps. La documenta 8 tente d'articuler une mosaïque novatrice des différents volets qui peuvent s'inscrire dans un tel événement. Notons-les. Exposition: 120 artistes, architectes et designers sont représentés. Bien entendu, les disciplines traditionnelles comme la peinture, la sculpture et la photographie brillent. Les « nouveaux » moyens d'expression comme l'installation et l'installation vidéo prennent toutefois une très large part des oeuvres primées. Plusieurs des projets tridimensionnels se présentent à l'extérieur, dans les parcs ou directement campés dans l'urbanisme à l'architecture fonctionnaliste de Kassel visant ainsi l'intégration urbaine des oeuvres d'art. Dans ce premier volet se greffent ce qui fut annoncé comme deux nouveautés:des productions architecturales réalisées sous forme de projets encore à l'état de con cept ou plans, maquettes et documentation foisonnent et des réalisations de design industriel. Insistons sur le fait que la présence de ces « nouvelles disciplines » à l'intérieur d'une exposition d'arts visuels est motivée par la volonté d'illustrer l'influence et, souvent, l'émergence des arts visuels à l'extérieur des lieux d'exposition traditionnels, au coeur de la société même.

Elisabeth Jappe

par Richard Martel, Jean-Claude Saint-Hilaire

Entrevue réalisée par Richard Martel et Jean-Claude Saint-Hilaire au bistro le New York, le 17 juin '87 avec Elisabeth Jappe qui a coordonné la section «performance » de la documenta 8. "RM: Cette année, le programme de performances était beaucoup plus élaboré que par les années passées. Quelles en sont les raisons? Jappe: Ça dépendait du directeur de la documenta, Schneckenburger, qui a voulu faire une documenta ouverte à tous les courants et qui considère la performance comme importante dans l'art actuel. De plus, la documenta 8 avait pour thème « le contexte social et historique », alors elle devait aller vers l'extérieur. RM: Comme les préoccupations multiples dans le rapport de l'art à toutes les activités humaines? Jappe: Exactement!"

Charlemagne Palestine

par Richard Martel, Jean-Claude Saint-Hilaire

Extraits d'une entrevue réalisée par Richard Martel et Jean-Claude Saint-Hilaire avec Charlemagne Palestine au Bar le New York, Kassel, le 16 juin 1987. Traduit de l'anglais par Michel Saint-Onge "Je ne fais plus de performances, je suis sculpteur. J'ai fabriqué un ourson-dieu de cinq mètres, le plus gros jamais fait. C'est une sculpture et pourtant ils ont décidé de la présenter dans la section performance. [...] Il a été réalisé à partir d'un concept majeur comme toute sculpture. Il découle des images que j'ai utilisées depuis vingt ans. Il pèse près de 2500 livres, il a nécessité le travail de 10 personnes pendant un mois et a coûté environ 75 000$. On a refusé de l'intégrer au programme, on n'a pas permis qu'il occupe un site près de la documenta. Toutes les circonstances démontrent que je fais partie d'une minorité, ça ressemble à l'apartheid; je suis un artiste noir et on me campe près des toilettes. Il est inconcevable pour eux que je puisse produire une sculpture valable. Je suis un artiste mineur parce que j'ai été performeur, c'est du racisme!"

Annonce

par Monty Cantsin

Ceci est mon art sanglant, achetez-le! Le document-photo original de l'action sang/ peinture au Bistro New York est maintenant en vente! Le 9 juillet 1987, je fus battu et blessé au New York à Kassel, en Allemagne de l'Ouest. Ce soir-là, je faisais office de spectateur. Puisque nous savons que tout est art et que tout ce que nous faisons devient performance, il est bien sûr impossible de nos jours d'être simple spectateur. L'absurde est l'essence de la réalité. La réalité devient l'extrême et l'effet choc d'une oeuvre d'art découle de la superficialité du geste quotidien. Ces quelques coups de pied (botte militaire) sur mon front et dans mon oeil droit ne sont rien comparativement à mon investissement de temps et d'argent à Kassel.

Saint-Laurent

par Michel Perron · visuels: Renée Méthot, Jacques Goulet, Pierre Larue, Gérard Bouilon, Michel Perron

Au cours de l'été '87, le fleuve Saint-Laurent est clairement apparu comme étant l'épine dorsale de nos itinéraires artistiques. D'intéressants événements d'art actuel amarrés au Québec tout le long de ses rives: Innu Nikanu le festival amérindien à Malioténan, Séductions de paysage(s) avec la seconde Biennale des arts visuels de l'Est du Québec à Matane, Émergie 3+4 l'événement sculpture à Baie-Comeau, L'Esprit des lieux habitant Rimouski, Nunatak à Baie Saint-Paul avec la sixième édition de son symposium de jeune peinture, Enformances ou les 120 heures... d'Evénement Sculpturel à Sainte-Foy, l'événement art et écologie à Sherbrooke et, bien sûr, les Cent jours d'art contemporain Stations, mais encore Elementa Naturae, La Rencontre d'un Lieu, Images du Futur, Expotech et Vinci à Montréal. Partout des thématiques. Des expositions de calibre bien agencées. De la création en direct dans plusieurs cas. La visite d'artistes d'ailleurs. Voilà des éléments de l'art en acte qui ont permis des célébrations plastiques et sculpturales sans que la dimension administrative ne prenne le dessus sur l'esthétique. Les formes de l'installation et de la sculpture environnementale rejoignaient la peinture grand format, dans cet effort commun pour faire éclater la perception de l'art somptuaire

Du fleuve à la rue

par Guy Durand

Au moment où la peinture néo-expressionniste (style transavantgarde à la Clémente présent à Stations) achève telle une comète son éclatante envolée muséale et mercantile dans les galeries européennes et américaines, et où les créations hybrides nommés neo-geo (new geometry, simula-tionnist, neo-conceptualism) s'installent dans les espaces d'East Village et de Soho à New York ou... à la Place de Paris à Québec avec le Colosse de Raynaud, l'ensemble des événements d'art de l'été précise notre originalité. L'art qui se fait et qui se montre chez nous s'ancre définitivement dans deux genres: a) la sculpture environnementale, intégrée au site et en accord éthiquement avec leur milieu de vie; b) les installations, souvent dérivées de la sculpture (à mon avis les propositions les plus fortes) ou hybridées de peinture, de poésie, ou mixées aux performances et aux machines, encore là toujours avec un souci formel d'insertion momentanée dans l'espace (essence de l'installation).

Graffitti

par Denyse Bilodeau · visuels: Claude Bélanger

La pratique du graffiti est interdite légalement. On le sait. Usurper le mur... à la dérobée la nuit, assis accroupi dans le fond d'une toilette publique ou sur la banquette arrière d'un autobus, et nous voilà, semble-t-il transgressant... un certain ordre. Une chose, une action n'est alors pas taboue comme ça, dans le seul fait d'exister, mais par le fait d'être rendue taboue par quelque objet social, pensée sociale en tout point conforme, uniforme. Et le comment prend l'assaut. La manière de dire, ce vêtement de l'énoncé fera justement de lui un permis, un interdit. Rien en soi de particulièrement tabou dans un graffiti comme «Y a-t-il une vie après la mort?!?»... si ce n'est l'interrogation même. Style et interdit s'enchevêtrent. Le tabou passe par l'appropriation d'une surface non réservée à cette fin: clôture, palissade, panneau publicitaire, murextérieur, viaduc... De là, par là est marquée une première aversion à laquelle s'annexera le contenu même de l'objet graffité — graffiti qui lui aussi ira souvent à rencontre du permissible.

Vers des ArTchiTexure

par Luc Lévesque · visuels: Luc Lévesque

VERS DES ARTCHITEXTURES Propositions pour le Bicentenaire de la Révolution française Comment commémorer l'élan d'une révolution dans l'universalité de sa dynamique sans tomber dans les pièges de la pétrification mortuaire (monument symbolique...) ou du divertissement soporifique (artifice technologique...) ? Peut-être faut-il renouer avec l'ébullition des réunions révolutionnaires en interactivant pensées et mémoires dans les ludiques polémiques d'un happening... À Paris, un site plus que tout autre est susceptible d'induire une telle manifestation des possibles: La tombe de Jim Morrison ... Chantre dyonisiaque de la Transgression, il a imprégné de son mythe la texture du lieu: son «tombeau-phénix» est l'épicentre de secousses libertaires qui transmuent par alchimie déconstructive l'architecture d'une spontanéité affranchie, au rythme des traces qui s'accumulent et font germer l'imaginaire de la matière.

L’oeil de Poisson

par Claude Bélanger · visuels: Claude Bélanger

Un centre d'arts actuels qui vise à promouvoir la delusion, la production et la recherche en arts visuels et pluridisciplinaires. Un centre qui privilégie la visibilité des jeunes artistes. Cette année (86-87), malgré un budget bien maigre, l'atelier-galerie s'est notamment distingué par la diversité de ses activités: une thématique sur le photoroman; les expositions de Claude Bélanger, Céline Allard, Michel Bélanger, Richard Martel, Robert Gagnon, le trio Catherine, François et Mr. Phil et Exposant 11, groupe de protographes du collèege de Matane; la présentation du film "Uchronie" (16mm) de Eve Lessard; la performance-danse "Terre-Etrangère" de Claire Chapuis et Pascale Faivre; les spectacles musicaux des Modem Pickle, Bill Frise et de Neam Cathod, ce dernier en collaboration avec Obscure. S'ajoutent à cela la participation-association au 3' Festival d'lntervention, ainsi qu'à la deuxième édition du Festival Folie-Culture, par la présentation de « l'art therapist » Mike Haslam et finalement des événements à participation publique tel le "BINGO" (bénéfice) et "RÉBUS-REBUT".

Instant aigu

par Gilles Arteau

Travailler en vertige du banal par commodité et parenthèses interposées: du dessin à l'intervention, évitant tout râle d'agitateur culturel; à la limite, complice en manoeuvres d'art, pourvu que ce soit drôle. » Un p'tit dernier? Allez, en vitesse. Ptiiiiit... Que vient foutre à Matane un pareil Belge qui pince d'un sourire des poils qui confondent le rire et la plaisanterie? Et fonde sur la péninsule une galerie d'art, avant môme que d'autres y coulent des 1%? Faudrait-il lui accoler les mots d'ordre de nos périphéries, bien qu'il s'amuse à pondre et à démultiplier les mots de passe? Mettre en circulation un appel d'air qui troue les lieux les plus hétérogènes avec la gueule ouverte d'une poubelle de signes : « Scrapbook », écuelle de rebuts tendue aux individus de toutes parts du tout de l'est comme autant de capteurs de fragments voués au hasard, à l'équivoque, et à la disparition. En quelle année déjà?

Orlan - F. Develay

par Frédéric Develay

Une femme entrouve ses cuisses, nous montre son sexe, et le grossit à la loupe. Cette femme s'est prescrit un nom d'homme. Cette femme nous dit que la madone est un travesti. Elle sort des lapins de son sexe, elle fait surgir le feu de son cu, et vend des baisers à 5 francs, elle réalise et dirige des tournages vidéos lors de ses propres opérations chirurgicales, faites à sa demande sous péridurale pour rester consciente, et durant l'intervention, investit son chirurgien, le docteur Kamel Chérif-Zaar, et son équipe, des rôles d'assistants, comédiens, maquilleurs. Elle transforme le bloc opératoire en une scène décorée, où trône l'effigie de Sainte Orlan! [...] Orlan est plasticienne, professeur, Lilith, femme gauchère, amazone, femme ultime, vierge blanche, noire. Orlan est artiste et femme. [...] Orlan est armée de notre propre vulgarité, de notre voyeurisme. Elle s'en sert comme bouclier, elle nous donne à voir des «images de paille», nous croyons les dépister et la mettre en pièce, elle se préserve derrière ses masques successifs. Elle est entrebaillée à nos phantasmes.

Reçu au Lieu

par Richard Martel, Alain-Martin Richard, Pierre Larue

ART POOL Fondé en mars 79 par Galan-tai à Budapest, ce centre se donne comme but de récolter l'information sur les artistes qui utilisent d'autres supports que lesmedias traditionnellement admis: livres, revues, cartes postales, vidéos, t-shirts, catalogues, etc. HIGH PERFORMANCE High Performance couvre tout ce qui bouge et procède d'une déviation du point de vue dans le performing art. Textes de fond, entrevues, critiques, ce trimestriel parle des territoires actuels de l'art: performance donc, mais aussi technologie et rapport des énergies, des matérialités nouvelles sur une lecture «acting/non-acting», théâtre, corps dansant, action... MUSICWORKS Bridging language.Entre autres, dans ce numéro: Après avoir présenté les poètes sonores comme une espèce qui persiste et dure en dépit de l'ignorance comico-tragique dont ils sont l'objet, bpNichol, membre d'un groupe pionnier dans ce domaine au Canada anglais,"The Four Horsemen", nous livre le plus dense de dix entretiens avec dix poètes sonores anglophones sur la question de l'improvisation et de l'utilisation des sons vocaux dans leurs performances

voir également

ETC MEDIA Informer
ryoji ikeda · québec · médias · art actuel · thibault brunet · net.art
#98
2013-03
7 €
Le Son du Grisli Sept pianos
alexander von schlippenbach · sophie agnel · charlemagne palestine · john tilbury · mal waldron · jacques demierre
#4
2011-11
2 €
Revue et corrigée Numéro 28
charlemagne palestine · mark cunningham · conlon nancarrow · knud viktor · pierre mariétan
#28
1996-06
0 €