Burnout Machine

Rituels et pratiques collectives

par Véronique Bergen

Réalisatrice et plasticienne, Camille Ducelier questionne le corps, le genre, le féminisme queer, les rituels païens et la figure de la sorcière dans ses créations multimedia telles Reboot me, Sorcières, mes soeurs, Salvia, La Lune Noire, Voyage hors du corps, IEL 360 ou encore sa dernière série documentaire Gender Derby. Philosophe, maître de conférence à l’Université de Nanterre et chercheuse au Groupe d’études constructivistes (GECo) de l’Université Libre de Bruxelles, Émilie Hache questionne dans ses travaux l’écologie politique, l’écoféminisme (Ce à quoi nous nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique ; Reclaim ; préface à Rêver l’obscur de Starhawk…). Cet entretien mené avec elles interroge notamment les rituels (rituels des sorcières, expérimentations, transformations corporelles,…) qui permettent de se réapproprier ce dont la logique dominante nous a spolié et de tracer une transversale entre la raison et l’irrationnel ainsi qu’entre d’autres binarismes (homme/femme, humains/non-humains, intelligible/sensible, esprit/corps…).

Béatrice Balcou

par Émilie Renard

Les objets de la négociation

Du rituel de l’exposition à l’exposition comme rituel

par Mathilde Roman

L’art et les institutions qui l’exposent ont toujours participé d’un rituel religieux, social, politique, symbolique, comme l’analyse l’historienne Dorothea von Hantelmann. Un ensemble de codes structurent la relation du public à l’expérience esthétique et se définissent principalement à partir du format de l’exposition, qui s’est imposé au XXème siècle au sein d’un monde de l’art globalisé. Aujourd’hui, nombreux sont les artistes qui cherchent à opérer cette transformation appelée par Dorothea von Hantelmann, visant à explorer et inventer de nouveaux rituels de création pour faire écho aux mutations des sociétés.

Commentaires sur l’idée de protocole

par Fabien Vallos

À partir des différents sens (en tant que formule et instruction) nous proposons une thèse depuis une série de commentaires sur l’idée de protocole : le protocole est soit une manière de faire tenir la réalité et la sacralité (il s’adjoint alors au cérémonial et à la ritualisation) soit il est une manière de faire tenir la réalité et la fixation du temps (la manière dont il est, par exemple, employé en art). En somme le protocole est un moyen de faire adhérer (de faire coller) deux choses qui ne sont pas compatibles, la teneur objective et la teneur performative. C’est cette relation complexe que nous nous proposons d’étudier, d’abord en interprétant l’histoire du concept de protocole et des relations qu’il entretient avec le rite et l’autorité, puis à partir d’une enquête réalisée auprès de trois artistes contemporains, Aurélie Pétrel, A Constructed World et Dieudonné Cartier. Il s’agira enfin de penser les questions politiques essentielles au protocole et à l’opérativité contemporaine.

Protocoles de traduction

par Sébastien Pluot

Un protocole est un ensemble de procédures définies par des règles permettant de produire ou de valider les qualités spécifiques d’un texte, et par extension d’un objet ou d’une action. S’il y a protocole, cela signifie que l’oeuvre doit suivre un certain type de règles, fixées par le langage, qui déterminent sa réalisation, son actualisation, sa monstration ou sa préservation. Et ce protocole implique la définition d’une instance, d’une autorité ayant le pouvoir d’instituer ces règles. Cette institution produisant des actes par lesquels l’oeuvre est agie, elle ne manque pas de passer par un certain nombre de rituels plus ou moins identifiables et stabilisés.

L’idole et l’hérétique

par Jacinto Lageira

En dépit de, ou grâce à, la surreprésentation des foires, expositions, biennales, en ou hors institutions, officielles ou non, nos rituels à l’égard de l’art contemporain semblent toujours plus renforcés lors de ce que l’on nomme ses “grands-messes” où les protocoles le disputent aux mondanités, les enjeux financiers aux expériences des oeuvres, l’oeil pénétrant de l’élite aux regards amusés des amateurs, les avis des initiés aux opinions des béotiens.

Du chant des ruines

par Septembre Tiberghien

Depuis une quinzaine d’années, le commissaire d’exposition Guillaume Désanges développe une ligne curatoriale singulière, qui interpelle tant elle semble relever de l’oxymore : jouant habilement des contrastes, elle se situe quelque part entre un désir de concrétude matérielle et le plaisir de l’érudition.

Stéphane Mandelbaum

par Jeanpascal Février

Du 6 mars au 20 mai 2019, le Centre Pompidou de Paris exposera une cinquantaine de dessins de Stéphane Mandelbaum (Bruxelles, 1961 – Beez, 1986) à la Galerie d’art graphique ; une opportunité pour appréhender une oeuvre singulière violemment interrompue à la mort de l’artiste à l’âge de 25 ans. Le galeriste Bruno Jean est un incitateur au projet et Anne Montfort est chargée du commissariat de l’événement.

Vertiges

par Magali Nachtergael

Le dernier volet du cycle La Traversée des inquiétudes a ouvert à Labanque, Béthune, centre de production artistique et lieu d’exposition dans lequel s’est tenue, depuis 2016, une exploration curatoriale et artistique librement adaptée de la pensée du philosophe et écrivain Georges Bataille (1897-1962), fondateur avec Jean Piel de la revue Critique et de la collection associée aux Éditions de Minuit.

Décolonialiste

par Matthias De Groof

Un montant de 607.726 euros a été consacré à la restauration du marbre, 810.158 euros ont permis la restauration des peintures murales et 992.433 euros ont été alloués à la restauration de la façade du plus grand monument colonial de la Belgique. La réparation de la fontaine, quant à elle, aura coûté 1.162.500 euros. Ces dépenses sont probablement jugées excentriques par ceux qui restent insensibles à la beauté frivole d’une fontaine. D’autres froncent sans doute les sourcils à l’idée que la façade coloniale retrouve sa jeunesse, et se disent qu’il eut été préférable de laisser sur celle-ci les traces du temps, se confortant dans l’idée que le colonialisme est lui aussi un concept périmé.

À propos de Versailles

par Anaël Lejeune

L’exposition de Jacqueline Mesmaker, qui se tiendra en février prochain à la Verrière Hermès, offre opportunément l’occasion de revenir sur l’un ou l’autre aspect de la pratique de cette artiste dont l’importance majeure jouit enfin, quoiqu’avec bien du retard, d’une juste reconnaissance.

Lucile Bertrand

par Muriel Andrin

L’installation de Lucile Bertrand, amnesia (2014), projetée à l’Espace Contreype, se penche sur la capacité de l’être humain à enfouir l’insoutenable, l’irreprésentable. Mais elle nous réapprend aussi à nous souvenir et entretenir la mémoire des traumatismes humains contre un cruel effacement.

Michel Lorand

par Laurent Courtens

Une nouvelle fois, Michel Lorand investit l’espace d’exposition de la Cinematek en y portant une question brûlante. C’était, voici deux ans, la guerre. Plus précisément, la propagande de guerre, les mystifications tragicomiques d’entreprises dévastatrices, “l’illusion de la guerre juste”. C’est aujourd’hui, la migration, plus précisément, la “politique migratoire”. A savoir, centres de transit et de détention, murs, enceintes, expulsions : fondamentalement, politique d’exclusion. Plutôt que d’une “crise migratoire”, c’est bien d’une crise de l’accueil qu’il conviendrait de parler.

Maxime Brygo

par Anne-Françoise Lesuisse

L’Espace Contretype consacre une exposition solo à Maxime Brygo. Ce dernier poursuit depuis plusieurs années un travail de fond sur ce qu’on pourrait appeler des “contextes” où les éléments environnementaux sont impactés par l’homme, de manière franche ou improbable. La photographie y est traitée en relation avec d’autres médiums et génère des formes documentaires où l’envoûtement et la négociation poétique avec le réel prédominent.

Entropie

par Anne-Françoise Lesuisse

Degré d'imprédictibilité du contenu en information d'un système

voir également

Opéra Magazine Simon Rattle
romeo castellucci · marc-olivier dupin · giorgio battistelli · stefano mazzonis di pralafera · simon rattle · göteborg
#96
2014-06
3,75 €
Inferno Taryn Simon
tania mouraud · romeo castellucci · anne teresa de keersmaeker · andres serrano · radhouane el meddeb · ong keng sen
#2
2015-04
3,50 €
sophie calle · romeo castellucci · timbuktu · marie-josé mondzain · dominic gagnon · nan lakou kanaval
#172
2015-06
3,99 €