La FIAC, Paris photo

Edito

by Fabien Simode

Fric ! En France, le 28 septembre, les professionnels de la culture ont exprimé leur profond soulagement à l’écoute de la présentation du budget de la Culture et de la Communication par le ministre Frédéric Mitterrand. Le budget 2012 enregistre en effet une hausse globale de 0,9 %, pour atteindre les 7,4 milliards d’euros. Voilà qui rassure un secteur inquiet de savoir un peu partout ailleurs les budgets amputés : « La Culture en Europe à l’épreuve de la crise », titrait récemment Le Journal des Arts, qui parlait pour la France de situation « privilégiée ». Tandis que l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Espagne, les Pays-Bas et même l’Allemagne – certains Länder ont diminué leur budget de 15 % – sont soumis à la diète culturelle, le ministère français plastronne, parlant même sur son site Internet d’un budget 2012 « sanctuarisé ». À tel point que le ministre s’est offert le luxe d’annoncer le même jour l’achat par l’État de la tour Utrillo, dite tour Médicis, située aux confins de Montfermeil et de Clichy-sous-Bois, pour y accueillir, à terme, des résidences d’artistes… FIAC… La cour Carrée du Louvre en travaux, la Foire internationale d’art contemporain doit cette année se recentrer sur le Grand Palais. Résultat : une sélection encore plus sévère pour les galeries, notamment françaises, qui seront tout de même présentes au nombre de 168, contre 194 en 2010. La casse a été limitée grâce à l’ouverture aux exposants de nouveaux espaces rénovés au Grand Palais et à la cure d’amaigrissement imposée aux plus grands stands, qui passent de 90 à 80 m2… Mais l’effort n’est pas suffisant et les déceptions restent nombreuses. Alors les refusés s’organisent, se replient sur les foires dissidentes ou programment de belles expositions en leur sein durant la semaine de l’art contemporain à Paris. Treize d’entre elles ont même eu l’idée d’organiser une exposition collégiale du 18 au 23 octobre au 85-87, rue du Faubourg-Saint-Martin. Autant d’initiatives qu’il faut saluer, car elles concourent au dynamisme de l’art actuel et de celle qui redevient à force d’actions sa capitale : Paris. Flop ? « C’est moi qui invite, perso ! » Vendredi 23 septembre à 17 h 35, Frédéric Mitterrand est l’hôte des quatre candidats de l’émission Un dîner presque parfait sur M6. Peu avant la diffusion du programme à l’occasion de la Fête de la gastronomie, les couloirs de la Rue de Valois, émincés par la Révision générale des politiques publiques (RGPP), sont portés à ébullition : le tajine de poulet ou la mousse au chocolat ont-ils leur place à la table des dossiers de l’hôtel de la Marine, de la colère des personnels du Centre des monuments nationaux (CMN) ou des réserves du Louvre à Cergy parties dans les limbes de la République ? L’initiative du ministre fait un four… Et pourtant, entre deux « je suis très potage » et « j’adore le pot-au-feu », M. Mitterrand réussit à servir à près de 1,6 million de spectateurs un peu du Mobilier national, de la Manufacture de Sèvres et, à l’apéritif, de Pierre Alechinsky, un « artiste des années 1950 » – l’intéressé appréciera – auteur, en 1985, d’un salon qui porte son nom et que l’on peut admirer au cours de la visite virtuelle du ministère de la Culture (www.visite.culture.gouv.fr). Certes, la culture n’est pas de la confiture, ni même du tajine de poulet. Mais on peut se féliciter de l’avoir vue, une fois n’est pas coutume, étalée à la télé…

Design fait main

by Christian Simenc

Le tapis est un domaine peu investi par les designers contemporains. Sans doute parce que la commande se limite souvent au stade du carton, et que la fabrication leur échappe.

Entretien - François Deschamps

by Sophie Flouquet

Le ministère de la Culture a présenté son projet de budget pour l’année 2012. Si celui-ci est préservé des coupes claires, quel sera son impact sur les politiques culturelles locales ? L’analyse du président de la Fnadac…

David Zwirner - un européen à New york

by Manou Farine

Soho, 1993. Le marché de l’art grimace, sonné par la crise. Quand elles ont de la chance, les galeries font le dos rond et attendent. Les autres plient boutique.

Paula Cooper - Une acuité pugnace

by Ramade Bénédicte

Ses 73 printemps ne se lisent pas sur son visage, et pas davantage sur sa silhouette presque juvénile. Cette grande dame de l’art américain continue de nourrir avec classe sa passion et de travailler dans la galerie qu’elle a fondée en 1968.

Dominique Lévy - Couplé gagnant

by Roxana Azimi

Voilà une battante qui sait combiner l’art et son marché. Fille d’un financier suisse, Dominique Lévy a fait ses armes chez Christie’s à la fin des années 1980 avant de travailler pour des galeries européennes comme celles de Daniel Malingue ou d’Anthony d’Offay.

Angela Westwater - La “it girl ” de New York

by Anouchka Roggeman

Déjà très réputée dans le monde de l’art, Angela Westwater est portée aux nues depuis l’ouverture de sa nouvelle galerie dans le sud-est de Manhattan (Lower East Side).

Marian Goodman - Entre deux continents

by Philippe Piguet

Elle a toujours dit que Paris était sa ville préférée en Europe et qu’elle s’y arrêtait chaque fois au retour de ses pérégrinations professionnelles.

Jennifer Flay - “La Fiac doit s’adresser au plus grand nombre ”

by Fabien Simode

Sur près de 650 galeries candidates, la Fiac en a cette année sélectionné 168. Un choix resserré donc autour de 168 exposants réunis dans le seul Grand Palais qui voit pour l’occasion de nouveaux espaces ouverts dans ses galeries supérieures. Mais, d’abord marchande, la foire n’en oublie pas pour autant sa dimension grand public.

Le tour des galeries de la Fiac - Star système !

by Philippe Piguet

Chaque année, galeries internationales et françaises se donnent rendez-vous à Paris au mois de novembre pour la Fiac. Vieux routiers comme Larry Gagosian, jeunes mais désormais bien installés marchands, comme le Parisien Loevenbruck, tous constituent les piliers de la foire.

Orlan - “Vendre, sans être traité comme une marchandise ”

by Philippe Piguet

Florian Pugnaire - “Le rapport à l’œuvre est différent ”

by Philippe Piguet

Le tour des galeries de la Fiac - Stands by…

by Bénédicte Ramade

Certaines galeries font le pari d’expositions one-man show quand d’autres privilégient l’accrochage de groupe. Un risque qu’apprécient les visiteurs tant pour la qualité des stands que pour la justesse qu’ils apportent sur le travail d’un artiste. Voici quatre expositions monographiques qu’il ne faut pas manquer cette année.

Prix d’art contemporain - Les jeux sont faits !

by Bénédicte Ramade

La Fiac sonne la désormais traditionnelle semaine des trois principaux prix d’art contemporain en France. Suspense garanti cette année.

L’offre du off !

by Bénédicte Ramade

Pas de grande foire d’art contemporain sans ses dissidents. La Fiac, « foire sélective », n’en compte pas moins de cinq dont les positionnements sont aussi variés que disséminés dans Paris…

Richard Lagrange - “Le CNAP doit continuer à enrichir sa collection ”

by Sophie Flouquet

Pour fêter les 220 ans d’une collection qui compte près de 90 000 numéros, le Centre national des arts plastiques s’offre les espaces du Tri postal, à Lille, avec une exposition baptisée « Collector ». Interview de son directeur, Richard Lagrange.

Georg Baselitz - Sculpteur et tremblements

by Manou Farine

Le Musée d’art moderne de la Ville de Paris expose la quasi-totalité des sculptures de Georg Baselitz, artiste connu pour ses figures exposées tête renversée. Ou comment un médium vient résoudre l’ensemble d’une œuvre.

Paul Klee - artiste audiovisuel

by Colin Lemoine

S’il est un artiste dont la musique traversa invariablement l’œuvre peint, c’est bien Paul Klee (1879-1940). Sans bémol, sans intermède, cette « bien-aimée ensorcelée » fut plus qu’une passion : une hantise. En mode majeur.

7 clefs pour comprendre l’art maori

by Isabelle Manca

Pays hôte de la Coupe du monde de rugby 2011, la Nouvelle-Zélande est sous le feu des projecteurs. Le Musée du quai Branly se met opportunément à l’heure maorie et consacre à cette culture fascinante une foisonnante exposition.

Julien Frydman - “Paris Photo écrit son deuxième tome ”

by Christine Coste

Nouveau lieu et nouvelle direction pour cette 15e édition de la foire de photographie qui relève le défi de s’installer au Grand Palais. Julien Frydman, ancien patron de Magnum Paris, nommé commissaire général en février dernier, nous en dévoile les grandes lignes artistiques…

Le déclic photo Afrique

by Christian Caujolle

Paris Photo, carrefour incontournable de la photographie mondiale, profite de la tenue simultanée des Rencontres de Bamako et de Photoquai à Paris pour accueillir la photographie africaine. L’occasion de faire le point sur la vitalité d’une scène qui n’est plus vraiment émergente.

Diane Arbus, symptômes et monuments

by Philippe Piguet

La photographe n’est pas seulement un œil hors pair dans le XXe siècle, elle est aussi celle par qui a évolué le regard que le monde porte sur la photographie.

Témoigner de “ce qui doit être corrigé ”

by Christine Coste

Sociologue de formation, Lewis W. Hine n’a cessé de rendre compte de la misère sociale environnante pour, à travers la photographie, éveiller les consciences, avec délicatesse et dignité.

Le billet de Roxana Azimi

by Roxana Azimi

« Paris capitale de tous les arts, sauf de l’art contemporain » Paris, capitale de la photographie. Tel est le slogan du mois de novembre. Tout comme Paris capitale du dessin est celui du mois de mars. Quel que soit l’événement, Paris se rêve en capitale.

La photo : un marché unique en son genre

by Roxana Azimi

Bien que la photographie relève du multiple, les pièces uniques s’y taillent une niche, pourvu que l’estimation soit juste…

Le street c’est chic

by Armelle Malvoisin

Défendu par les galeries et par le milieu de l’art contemporain, le street art devient un véritable phénomène de collection.

Vente Fabius, la fin d’un empire

by Armelle Malvoisin

Antiquaire éminemment respecté dans la profession, François Fabius, descendant d’une grande lignée d’antiquaires depuis 1882, avait à cœur de défendre les œuvres du XIXe siècle dont il devint un fin expert au contact de son père et de ses oncles.

La planche à Cartier-Bresson

by Armelle Malvoisin

Une révolution dans le marché de la photographie et une opportunité pour les collectionneurs et les institutions : cent épreuves photographiques d’Henri Cartier-Bresson provenant de la fondation du même nom, à Paris, sont livrées aux enchères chez Christie’s.

Entretien : William Klein

by Martine Robert, Fabien Simode

Le photographe iconique américain est l’invité ce mois-ci de la MEP. Pour L’œil, il revient sur sa carrière sans rien lâcher de son indépendance.