Louis Manuel Matre

Edito

By Paul Antoine

Prêt pour participer à une nouvelle aventure des mots? À coup sûr vous trouverez, de-ci de-là, dans le testament 12, ceux qui vous étonneront. René Char, dans les feuillets d’Hypnos évoque, magistralement, le cheminement du poète. Il écrit : « Il y a deux âges pour le poète : l’âge durant lequel la poésie, à tous égards le maltraite et celui où elle se laisse follement embrasser. Mais, aucun n’est entièrement défini. Et le second n’est pas souverain. » Dans ce numéro, vous emprunterez des chemins singuliers, semés de mots dans tous leurs états : il y a ceux de Louis Manuel Matre, Mü, Pascal Leray, Emmanuelle Grangé, Ivan Dmitrieff, Paul Antoine, Cédric Lerible et Hervé Pizon. Ils sont leur liberté, la votre sera de les partager. Ces mots, vous les trouverez cathartiques et trempés de souffrance. Vous les sentirez coulants tel un fleuve défiant la mécanique des fluides. Plus loin, ils seront noceurs mêmes s’ils sont couchés sous une pluie d’atomes. Vous les surprendrez en effusion ou en infusion. Vous les saisirez finement tracés par le calame d’un maître de l’épure. D’autres, accouchés aux forceps, sont dotés des yeux de l’aporie regardant ébahis ceux qui ondulent en robe légère. Alors, passés au tamis du poète, auront-ils reçu, comme l’eût dit Bachelard, une « promotion »? Chemin faisant, vous admirerez d’autres paysages, vous fréquenterez d’autres voisinages, une transmutation des mots en collage, gravure, photographies réalisés par Emmanuelle Malaterre, Joce Jacquelin-Bourgoin, Yvan Dmitrieff. Tout cela, au profit de l’art de rêver du « rêveur éveillé », art de la joie que l’homme donne à lui-même.