Safari ou quatre ans chez les fauves

Les quatres robes de Fiama Svegliati

par Henry Bidou

Qu'étais-je venu faire dans ce trou de Pfefferfels ? Il y a peut à seaux, et le Pfefferbach roule des cataractes de café au lait.

L’Avenir de la vitesse

par LÏentenant-Colonel Pierre Weiss

Les péripéties préparatoires à la Coupe Schneider et cette épreuve hallucinante ont éveillé dans les pensées une curiosité passionnée. Où s'arrêtera-t-on ? A quelle vitesse voleront les avions de demain ? Et ceux de l'avenir ? A quel chiffre astronomique nous attendre ? Ou, au contraire, à quelle limite?

Les nids

par Jacques Delamain · visuels: Guyot

Contre la paroi d'un vieux mur, l'abeille maçonne applique un mortier d'argile et de sable qu'elle agglomère avec sa salive; elle construit des cellules, les emplit à moitié de liqueur sucrée, pond dans chacune un oeuf, les clôt et recouvre l'ensemble d'un crépi.

Monseigneur Herscher

par Yvonne Sarcey

C'est avec la plus tendre, la plus respectueuse émotion que je voudrais vous parler aujourd'hui de l'éminent prélat, qui laisse ici, dans cette maison qu'il honorait de son amitié, les regrets les plus douloureux et une immense place vide.

Le carnet de Benjamin Crémieux

par Benjamin Crémieux

Deux recueils de nouvelles ·de cette jeune Australienne, morte poitrinaire à Fontainebleau, en 1923, ont déjà paru en français : l'un, sous le titre de Félicité, avec une préface de Louis Gillet ; l'autre, La Garden-Party, avec une préface d'Edmond Jaloux. Ces nouvelles donnent à Katherine Mansfield une place de choix parmi les rénovateurs du roman anglais, aux côtés de H.-D. Lawrence et de Virginia Wool, ses grands amis. Mais c'est quelque chose de. plus exceptionnel qui nous est livré aujourd'hui, ses Lettres, remarquablement traduites par Mme Madeleine-T. Guéritte

Grands Magasins

par Louis Roubaud, Francis Ambriere

Conclusion

Safari ou quatre ans parmi les fauves

par Martin Johnson · visuels: Martin Johnson · trad: Marcel Semezies

Il y a dix-huit ans, je liquidai mes petites affaires et je partis avec Osa, ma femme, pour courir le monde. Maintenant, nous avons trouvé le vrai bonheur sur les rives de notre lac Paradis, en Afrique Orientale anglaise, à des centaines de kilomètres de la civilisation. Les éléphants sauvages et les natifs aborigènes sont nos plus proches voisins.

L’Ame du vin

par Maurice Constantin-Weyer · visuels: Ermanno Biagini

Vous vous rappelez ce vers de Baudelaire : " Un jour, l'âme du vin chantait dans la bouteille. " On comprend qu'un poète aime le vin, non pas pour la fièvre ou l'oubli qu'il donne, mais pour lui-même. Car c'est un émouvant mystère que celui de la vigne.

Tourguénief et Tolstoï

par Nicolas Brian-Chaninov

Le 21 novembre 195, le jeune officier de vingt-sept ans qu'était alors le comte Léon Nikolaïévitch Tolstoï, débarquait à Saint-Pétersbourg. Il arrivait en droite ligne de Sébastopol, venant de l'état-major du commandant en chef, le prince Gortchakof, qu'il avait dû quitter en raison du bruit fait autour d'une chanson fort irrévérencieuse pour les grands chefs militaires et dont il ne niait pas d'être l'auteur.

Les jumeaux de Vallangoujard

par Georges Duhamel

Chapitre XV : Où l'on voit apparaître Oscar.