A Beautiful Day

A Beautiful Day de Lynne Ramsay

par Simon Hoareau

Vétéran tourmenté, Joe est engagé pour retrouver la fille d’un sénateur. Il s’engouffre alors dans une spirale de violence. Après We Need to Talk About Kevin, L. Ramsay magnifie un autre type de monstre et signe un grand film noir, habité par J. Phoenix.

À nous de jouer de Antoine Fromental

par Corentin Lê

Dans la lignée de L’Esquive et d’À voix haute, À nous de jouer !, reportage aux allures de documentaire, privilégie le témoignage à un regard épuré de tout commentaire. Ces intermèdes, trop complices, polluent une observation au départ intéressante.

Borg / McEnroe de Janus Metz

par Michael Ghennam

Wimbledon, 1980. Deux tennismen aux caractères très différents passent les tours pour s’affronter lors d’une finale mythique. Plus profond que le commun des biopics, Borg / McEnroe donne à voir les mécanismes psychologiques d’un champion.

Derrière les fronts - Résistances et résiliences en Palestine de Alexandra Dols

par Aude Jouanne

Basé sur les écrits de la psychiatre Samah Jabr, Derrière les fronts rend compte des dommages psychologiques causés par près de 70 ans de conflit sur le peuple palestinien. Un récit à plusieurs voix où se mêlent analyse psychologique et discours militant.

Docteur Jack de Benoît Lange

par Valentine Verhague

Depuis 1979, le médecin anglais Jack Preger oeuvre pour fournir aux habitants défavorisés de Calcutta soins médicaux et éducation. Docteur Jack est un documentaire à l’image de son protagoniste : modeste, humble et philanthrope.

En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui

par Michel Berjon

Portraits d’Algériens d’aujourd’hui, à travers trois histoires riches en situations variées et mettant en scène des personnages souffrant de blessures liées à leurs frustrations et à leurs lâchetés quotidiennes. Une oeuvre maîtrisée et subtile.

Jalouse de David & Stéphane Foenkinos

par Opale Muckesturm

Deuxième réalisation des frères Foenkinos après La Délicatesse, Jalouse est un portrait plutôt subtil d’une femme dans une période difficile. Drôle, plaisant et remarquable pour sa façon d’aborder de façon frontale un sujet tabou : la jalousie mère-fille.

Margaret (Mammal) de Rebecca Daly

par Julie Loncin

Suite à la mort accidentelle d’un fils qu’elle n’a pas connu, Margaret accueille sous son toit un jeune voyou sans domicile. Malgré la qualité de l’interprétation, le film de Rebecca Daly peine à rendre convaincante la relation trouble qui naît entre eux.

La Montagne entre nous de Hany Abu-Assad

par Aude Jouanne

Rescapés du crash de leur avion, un neurochirurgien et une photojournaliste que tout oppose doivent s’entraider pour survivre. Handicapé par un duo sans alchimie, La Montagne entre nous est une tentative ratée de mêler romance et récit de survie.

Prendre le large de Gaël Morel

par Marine Quinchon

Ce drame social raconte avec un souci constant de réalisme - jusqu’à flirter avec la sécheresse - l’épuisement physique et psychologique d’une femme décidée à changer de vie. S. Bonnaire ne se ménage pas, mais le scénario manque un peu de souffle.

Les Sentinelles de Pierre Pézerat

par Gilles Tourman

Victimes de l’amiante ou de pesticides Monsanto et Bayer, elles ont créé des associations et porté plainte grâce au chercheur Henri Pézerat, défiant les mensonges des industriels et la pusillanimité des institutions. Un documentaire essentiel et éclairant.

Tout nous sépare de Thierry Klifa

par Gilles Tourman

Parce qu’ils doivent rembourser un dealer, Rodolph et ses amis entraînent dans leurs galères une veuve et sa fille handicapée, amenant même celle-ci à commettre un meurtre. Un polar sans temps mort ni réel intérêt, sinon la présence du rappeur Nekfeu.

Wallace & Gromit : Coeurs à modeler de Nick Park

par Gilles Tourman

Deux courts métrages de la série inventée par Nick Park pour Aardman Animations, où Wallace tombe aveuglément amoureux, où Shaun le mouton fait son apparition et où Gromit connaît son premier amour. Un diptyque drôle, inventif et très cohérent.

We Blew It de Jean-Baptiste Thoret

par Clément Deleschaud

Jean-Baptiste Thoret signe un document en forme d’hommage à la contre-culture américaine d’une érudition incontestable, mais qui pêche, hélas, par une trop forte volonté de maîtrise, sur un sujet qui, pourtant, est un appel au lâcher-prise.

Bangkok Nites de Katsuya Tomita

par Gaël Reyre

Luck est prostituée dans le quartier japonais de Bangkok. Un jour, elle tombe sur Osawa, ancien client et amant, à qui elle n’a pas donné de nouvelles depuis cinq ans. Un beau film lent et sensible, aux nuits étincelantes et aux personnages attachants.

voir également

georges picard · charles robinson · denis podalydes · good vibrations · brice matthieussent · julia kerninon
#150
2014-02
4 €