Prohom

Pablo Krantz

By Eric Nahon · Illustrations: Philippe Noisette

Ses yeux vous fixent bien droit quand il vous parle. Son sourire barre la moitié de son visage. Ses cheveux lui donnent un côté “Professeur Tournesol on the moon”… Et il chante à qui veut l’entendre que les chansons d’amour ont ruiné sa vie ! Pas de doute, Pablo Krantz est un garçon étrange. Venu d’Argentine, où il a déjà publié plusieurs albums, il est également écrivain. En espagnol comme en français. “J’ai commencé à le parler dès 5 ans, dans un lycée franco-argentin. Ma plus grande influence d’écriture, c’est Serge Gainsbourg, confie-t-il. Dans mon travail, le texte est important. Ca n’aurait pas eu de sens de chanter en espagnol ici.”

Wally

By Jacques Kasbi · Illustrations: Pierre Wetzel

D’emblée, le ton est donné : humour et autodérision. “A 5 ans, je dessine sans dépasser, à 12, je m’aperçois que la filière foot est bouchée pour moi alors je prends musique, à 13, je balbutie quelques textes, à 15, je monte sur scène pour la première fois… En sortant de scène, je croise Philippe Val (je faisais sa première partie) qui me dit : tu sais où y a les toilettes ?”, explique Wally, alias Lilian Derruau, né le mercredi 1er décembre 1965 dans l’Aveyron, à Decazeville, l’ancien fameux bassin minier. Aussi drôle sur scène que dans la vie, son inspiration lui vient surtout du quotidien : il y porte un regard de biais avec une vraie poésie et un grand humanisme.

Mick est tout seul

By Eric Nahon · Illustrations: Pierre Wetzel

En parenthèse de Mickey 3D, Mickaël Furnon se la joue solo et prend la route, guitare à la main. Que penser de ce premier disque tout seul : Mick est mini ou Mick est maousse ?

Vadim Vernay, la fine fleur de l’électro

By Vincent Michaud · Illustrations: Raphaël Lugassy

En dehors des soubresauts branchés d’une électro à la recherche d’un second souffle, cet esthète abstract hip hop bâtit son propre mode.

Les Ogres de Barback, forts en thème !

By Bruno Aubin · Illustrations: Wetzel

Avec ce dixième album, les frangins-frangines Burguière poursuivent leur évolution dans la continuité, vers plus de précision. Des thèmes forts, des engagements, des invités, des sonorités world, acoustiques et électriques… Il faudrait être sourd pour croire qu’il ne restera rien !

EZEkieL, antique électronique

By Vincent Michaud · Illustrations: Wetzel

Fusion de plusieurs savoir-faire, l’opus multi-supports Naphtaline dépoussière la technique du CD-ROM. Ouvert à de nombreuses participations, dont Nosfell, le combo tourangeau y poursuit un périple électro de plus en plus éloigné des rivages dub.

Truffaz & Christophe, parfums de nuit...*

By Eric Nahon · Illustrations: Nicolas Messyasz

Pour son nouveau disque, Erik Truffaz a sollicité le talent du trop rare Christophe. L’occasion était trop belle de les réunir et de les faire causer… Et nous avons recueillis quelques infos exclusives.

Rita Mitsouko, do you comprendo ?

By Eric Nahon · Illustrations: Robert Gil

Catherine Ringer et Fred Chichin ont accepté de se prêter au jeu du “titre à titre” pour nous permettre d’explorer leur nouveau disque. Mais Catherine prévient d’emblée : “Les chansons sont faites pour être entendues, ne comptez pas sur moi pour faire des explications de textes !”

Prohom, en route pour la joie

By Béatrice Corceiro · Illustrations: Thomas Béhuret

Décomplexé, excité et heureux. Philippe Prohom ouvre une nouvelle fois la porte de son intérieur où il entend se nourrir des meilleures vibrations et les partager avec le public. Son troisième album, Allers retours, déroute… pour le meilleur.

Vulgaires Machins

By Bob Liederman · Illustrations: Michel Pinault

Une brise glacée flotte sur le rock francophone depuis que Noir Désir s’en est allé, laissant la porte toute grande ouverte. Ce qui manque le plus cruellement au paysage sonore laissé en friche par les Bordelais, ce sont avant tout les constats, la critique froide, la puissante déferlante sonore. Ne cherchez plus, la relève ne viendra pas de l’Hexagone, mais du Québec ! Le nouvel album des Vulgaires Machins constitue le plus beau moment de rock engagé depuis des lustres. C’est déjà un classique québécois. C’est surtout l’oeuvre d’un collectif en perpétuelle recherche, remise en question, à l’écoute du monde qui l’entoure, à cent mille lieux de la rock attitude béate.

Elzef

By Caroline Dall’o

Oyé, oyé braves gens, le Elzef nouveau est arrivé ! Canaille et gouleyante, cette nouvelle cuvée baptisée Le vent se lève va ravir les amateurs de métissages et de bons mots. Marquant clairement le virage amorcé sur Mais d’où vient le vent ?, leur second opus, le sextet s’est définitivement affranchi de ses connotations fanfaronnes des débuts pour officier désormais dans la cour des groupes audacieux qui se plaisent à mélanger les genres. La valse s’y nourrit d’électronique, le hip hop rencontre la musette, la java s’électrise. Un changement moins surprenant qu’il n’y paraît comme l’explique Fabien, chanteur et guitariste : “Nous sommes venus à la fanfare pour sa simplicité. Nous avions de grandes difficultés à trouver des dates de concerts, comme beaucoup de nouveaux groupes.

Sincabeza

By Béatrice Corceiro · Illustrations: Pierre Wetzel

Trois hommes sans tête font des pieds et des mains depuis leur premier album éponyme en 2005 et concoctent un rock instrumental grisant. Echappés de la musique folk de Guimo, du postrock de Nuer, et de divers autres projets allant de l’ambiant à la pop, Philippe, David et Eric continuent d’évoluer sur leur deuxième album : “Les morceaux que l’on fait actuellement, hormis le côté instrumental, n’ont plus grand-chose à voir avec ceux que l’on faisait au départ… On a rajouté du clavier également pour enrichir un peu le son. On essaye aussi de se surprendre.”

related issues

horacio castellanos moya · pinocchio · boualem sansal · les ogres de barback · zadig hamroune · luca erbetta
#45
2015-12
0 €