NYPD

Jean-Marie Périer

par Adélie de Ipanema · visuels: Jean-Marie Périer

Les couturiers ont le talent, l’intelligence, la fantaisie et l’argent. Finalement, ce sont eux les nouveaux Rolling Stones"

Violence et dérision

L’image d’une femme cachée derrière un voile intégral perturbe et dérange. Elle agresse même, d’autant plus qu’elle impose une séparation physique avec le monde extérieur. Au moment où nous écrivons ces lignes, le gouvernement français dépose un projet de loi sur l’interdiction du voile intégral.

Alerte New York 911

par Jean-Kenta Gauthier · visuels: Ethan Levitas

Depuis le 11-Septembre, la psychose des attentats, aggravée par la tentative de Times Square le 1er mai, durcit l’attitude des policiers. Ethan Levitas, par un long travail de deux ans, démontre que, dans un tel contexte, le photographe, à New York, est devenu un « public enemy ».

Jazz around the corner

par Brigitte Bragstone · visuels: Eugene Smith

Il est au sommet de sa carrière. Mais, lassé de la guerre, blessé sur un champ de bataille et abîmé par la vie, le légendaire photographe de «Life», plaque tout en 1957. Pendant plusieurs années, réfugié au 4e étage d’un loft au cœur de Manhattan, il photographie de sa fenêtre la rue, les gens, la vie. Et le soir, les musiciens de jazz qui répètent dans son building. Cet épisode peu connu est révélé dans un livre et une exposition, «Jazz Loft Project» qui, après New York , se tient cet été à Chicago . Polka vous présente la face cachée d’Eugene Smith.

Danger - Vue sur mer

par Claude-Marie Vadrot · visuels: Bastien Defives

Cet hiver, en Vendée et en Charente-Maritime, la mer a tué. A qui la faute ? Aux maires, aux agents immobiliers, à tous ceux qui ont autorisé des constructions dans ces zones inondables... Pourtant l’alerte est lancée depuis des années par les agents du Conservatoire du littoral. Leur mission : acheter des terrains et protéger les quelque 5 533 kilomètres de nos côtes. Mais les moyens financiers manquent.

Jo’burg, 1975 - Match contre l’apartheid

par William Dupuy · visuels: Mathieu Ropitault

Le 11 juin 2010, la Coupe du monde s’ouvre en Afrique du Sud. Pour la première fois sur la planète foot, un pays d’Afrique devient, un mois durant, capitale mondiale du ballon rond. Ce rendez-vous universel est une occasion unique d’ouverture sur cette terre du bout du monde où la théorie raciste du «développement séparé» était, il y a peu de temps encore, érigée en système politique. Trente-cinq ans plus tôt, un match précurseur a contribué à ce rendez-vous d’aujourd’hui. En 1975, l’équipe noire des Kaizer Chiefs de Soweto bat sa rivale blanche du Hellenic FC du Cap. Nous avons retrouvé des acteurs de cette victoire sportive qui fut aussi une victoire contre l’apartheid.

Au Congo, les damnés de l’or rouge

par Raf Custers · visuels: Cédric Gerbehaye

C’est grâce à la richesse du sous-sol congolais que la Belgique est devenue une puissance industrielle. Cinquante ans après, alors que le pays célèbre en juin l’anniversaire de l’indépendance, les entreprises minières ont proliféré au Katanga, certaines se sont dégradées, développant le prolétariat des «creuseurs», ces milliers d’hommes qui fouillent la terre rouge comme le cuivre.

Buenos Arles

par Alejandro Castellote · visuels: Marcos Lopez

Marcos Lopez, la révélation des 41e Rencontres d’Arles, présente ses mises en scène pop. Un voyage extraordinaire en Argentine et dans toute l’Amérique latine.

Corrida, duel au soleil

par Jean-Marcel Bouguereau · visuels: Carlos Cazalis

Les ferias d’Arles et de Nîmes attirent toujours des millions d’aficionados. Pourtant, en pleine vague du naturellement correct, la corrida n’est-elle pas menacée ? En Espagne, à Madrid, des manifestants ont demandé son abolition. A Barcelone, le Parlement catalan a évoqué une possible interdiction. Jean-Marcel Bouguereau revient sur ce débat en brisant les préjugés : «Décrire la corrida comme un “massacre étudié”, c’est décrire la musique comme un tapage nocturne».

Pakistan, quand les femmes dansent avec la liberté

par Sarah Caron · visuels: Sarah Caron

L’imagination au pouvoir : la capacité des stylistes pakistanais à décliner en toute fantaisie le concept du pantalon bouffant et de la chemise longue inscrit leurs défilés dans un conte des «Mille et une nuits». Dès novembre dernier, la première fashion week – semaine de la mode – du Pakistan a révélé au monde entier le talent et l’extravagance des créateurs de Lahore ou de Karachi. Mais c’est aussi une sorte de pied de nez aux talibans, une façon de montrer que les règles austères peuvent être contournées : un espoir de liberté.

Le plus haut terrain de polo du monde

par Aline Coquelle · visuels: Aline Coquelle

Au plus près du ciel, s’affrontent les cavaliers de l’Hindu Kush. Chaque année en juillet les meilleures équipes de Chitral et de Gilgit se mesurent ici. L’hon- neur de chacune des deux vallées du nord du Pakistan,à la frontière de l’Afghanistan, est mis en jeu sur leterrain. On y pratique le polo le plus primitif, le plus extrême, celui des origines : le sport roi, le roi des sports est né quelque part dans cette région d’Asie centrale.

Deauville 1860 - Pâques 2010

par Yves Simon · visuels: Jane Evelyn Atwood

Le regard décalé de Jane Evelyn Atwood et les mots romantiques d’Yves Simon

Terre des hommes

par Joëlle Ody · visuels: Jaime Ocampo-Rangel

« J’aimerais, avant qu’il ne soit trop tard, recueillir la beauté de tous ces peuples », explique Jaime Ocampo-Rangel. Afin de capturer dans leur diversité culturelle les images des ethnies, aujourd’hui menacées par la mondialisation, le photographe et sa femme Lia dressent leur portrait en majesté : ils improvisent un studio en pleine nature et privilégient la teinte symbole de la tribu. En partenariat avec Polka, l’exposition «Mémoire des couleurs» est présentée à Paris, à l’Unesco du 7 juillet à la fin août.

Hiroshima, 6 août 1945, 11 heures - La première photo

par Yoshito Matsushige · visuels: John Van Hasselt, Yoshito Matsushige

Yoshito Matsushige (1913-2005), photo- reporter au journal «Chugoku», était chez lui à Midoricho, à 2,7 kilomètres de l’épicentre, quand la bombe A est tombée. Il a parcouru la ville juste après et a pris cinq clichés qui sont aujourd’hui des documents historiques. Voici son témoignage

Les méprisés de la République

par Philippe Guionie · visuels: Philippe Guionie

Ce 14 Juillet, des troupes africaines d’anciens combattants ouvrent le défilé sur les Champs-Elysées. Un «diplôme d’honneur » pour services rendus à la nation est inscrit au protocole. La reconnaissance est si tardive que certains pays ont décliné l’invitation. Leur patrie d’antan leur est devenue de plus en plus étrangère au fil des années. La France tarde encore à rendre officiellement honneur à ces «indigènes». Si médailles et diplômes décorent, ils ne font pas vivre. Et la France ne traite pas équitablement ses vétérans selon qu’ils sont français ou ressortissants d’Etats devenus indépendants, il y a cinquante ans. Pour cette fête nationale, les «oubliés de la République», attendent comme ultime honneur l’égalité de traitement de leur pension pour les quelques années qui leur restent à vivre.

voir également

Passages Hors limites
afrique du sud · van gogh · mats staub · opération iceberg · emile barret · biennale de kochi-muziris
#64
2015-06
0 €
afrique du sud · loups · photovoltaïque · pollution · svetlana allilouyeva · emmanuel d'astier de la vigerie
#5
2015-10
4,95 €
afrique du sud · johanne defay · karim rejeb · lionel herphelin · yoan renambot · kiki rondeleux
#350
2017-01
3,90 €