numéro 45

Ouvertement

par Dominique Répécaud

D'avril En Août 2000, un compte-rendu de divers festivals : musique et quotidien sonore, topophonie, musique présente, fruits de mhère.

Jean-Louis Costes

par Philippe Robert

"Le culturel, c'est social, donc c'est bien, il y a de la plus value à faire. L'art, c'est personnel en soi, ça engage pour le pire comme pour le meilleur. La culture, ça part de tous. L'art, ça parle à tous. L'art, c'est le sens commun le plus subjectif qui soit, là où la culture ce serait la subjectivité la plus commune possible".

Phill Niblock

par Thierry Deles

Aborder la musique de Phill Niblock nécessite un changement radical de perception qui, bien au-delà d'une simple écoute, implique de la part de l'auditeur, une véritable immersion, une attention intuitive. En opposition radicale avec les traditionnels paramètres d'harmonie, de mélodie, de rythme, d'événements, elle déploie des architectures sonores complexes, physiques et massives, remodelant l'espace de ses structures vibratoires.

Guigou Chenevier

par Philippe Robert

D'Etron Fou Leloublan autrefois à l'ensemble Les Batteries aujourd'hui, Guigou Chenevier a toujours offert le meilleur d'un savoir-faire inventif et singulier transformant les musiques de traverses en musiques buissonnières où il fait bon de flâner.

Arnaud Labelle-Rojoux

par Philippe Robert

Au feu les pompiers! Arnaud LABELLE-ROJOUX n'a rien à voir avec l'art pompier du XXe siècle, celui des ex-nouveaux réalistes encroûtés dans le merchandising décoratif pour parvenus en quête d'encanaillement arty. Post-duchampien, son travail se situe aux antipodes d Arman & Co., plutôt du côté de Mike Kelley, Jim Shaw, Martin Kippenberger et Paul Mc Carthy, des artistes dont il existe heureusement de nombreux équivalents en France et qui n'hésitent pas à s'exprimer sur de multiples terrains (performances, installations, photographie, vidéo, écriture, musique, etc) avec un art consommé de la récupération. Eric Surchère parle de recyclage car "rien n'est plus étranger à cette ouverture à l'improvisation que lafinitude de l'oeuvre.

Alain Savouret

par Alain Basso

Alain Savouret a été en résidence au studio Collectif & Cie, durant l'année 1998 - 1999. Ce fut l'occasion de faire jouer ses pièces par les élèves de l'ENMD, d'écrire une oeuvre pour l'ensemble Les Temps Modernes et de travailler avec les compositeurs du studio.

voir également

Le Bonbon Nuit Arnaud Rebotini
brigitte fontaine · beastie boys · yuksek · arnaud rebotini · jean-louis costes · kitten on the keys
#11
2011-07
0 €