Les enfants difficiles

Eloge du singe qui joue

By Michèle Pridmore-Brown

L’enfance humaine est un prodige de l’évolution. En dotant Homo sapiens d’une longue période intermédiaire entre le sevrage et la puberté, alors que nos cousins chimpanzés passent directement de l’un à l’autre, la sélection naturelle nous a offert une capacité d’apprentissage unique. Forts du savoir accumulé et de l’audace adolescente, les jeunes humains sont souvent ceux qui ouvrent de nouvelles perspectives à l’espèce.

Contes et légendes sur l’enfance

By Joan Acocella

Dans le sillage de l’historien Philippe Ariès, on a cru que l’enfance était une invention du monde moderne. La thèse est aujourd’hui contestée. Une chose est sûre, c’est que l’enfance a changé. Le temps n’est pas si éloigné où les rescapés de la mortalité infantile étaient employés dès l’âge de 7 ans, puis quittaient le cocon familial vers l’âge de 12 ans pour travailler et bientôt se marier.

Parents, détendez-vous !

By Alexandra Rigos

Pour nombre de scientifiques, cela ne fait pas de doute : que leur enfant soit un petit diable ou un petit génie, les parents n’y sont pas pour grand-chose. La destinée de leur progéniture est en grande partie inscrite dans les gènes. Pour le reste, le tempérament de chacun est beaucoup plus influencé par le groupe des pairs, dans la cour de récréation et ailleurs, que par la famille ou les enseignants.

L’adoption, un sacré défi

By Carmen Giro

Beaucoup de gamins adoptés s’en sortent bien. Mais l’enfant né d’autres parents que les siens est souvent plus difficile à vivre, en particulier à la puberté. Torturé par le syndrome de l’abandon, traumatisé par les atrocités vécues très jeune, taraudé par la quête de ses origines, il est plus que d’autres sujet à la dépression et à l’impulsivité, plus enclin aussi à la rébellion.

Le drame du parent asphyxiant

By Tilmann Moser

Malheur à l’enfant investi de toutes les attentes de ses parents, et en particulier de sa mère, chargé d’apaiser leur chaos intérieur ou de combler le vide de leur existence ! Étouffant sa personnalité pour mieux répondre à leurs désirs et obtenir leur amour, il devient un adulte névrosé, perpétuellement en quête de reconnaissance. Et malheur à l’enfant de cet adulte-là ! Cette souffrance se transmet de génération en génération.

Entretien avec Rosario Ortega Ruiz

By Suzi Vieira

Le harcèlement scolaire touche une part significative des élèves. Le profil de l’agresseur : un esprit plus ou moins machiavélique, qui témoigne de peu d’empathie envers les autres, d’une certaine auto-complaisance et d’un manque de discernement moral.

Le jour où Isaac a changé de sexe

By Jesse Green

Comment se comporter avec un garçon qui dit vouloir être une fille, et inversement ? La question travaille les parents de gamins en conflit avec leur sexe biologique. Si beaucoup assument le désir du jeune enfant d’adopter le look et les penchants de l’autre genre, ils sont profondément désemparés quand, la puberté venue, la médecine doit s’en mêler pour mener la transformation à son terme.

L’hyperactivité, fille de Moscou et des labos

By James Le Fanu

En 1950 encore, l’hyperactivité était inconnue des manuels de psychiatrie. Aujourd’hui, 3,5 millions de petits Américains sont sous traitement. À l’origine de cette épidémie, un étonnant concours de circonstances : d’un côté, le camouflet infligé à la science américaine par le lancement de Spoutnik, de l’autre, la mise sur le marché de la Ritaline au moment même où l’approche psychanalytique perdait de son empire.

Obéissance sur ordonnance au Brésil

By Eliane Brum

La société brésilienne consacre chaque année 9 millions d’euros aux médicaments contre l’hyperactivité. L’ampleur du phénomène, véritable dopage légalisé d’enfants que l’on coule ainsi dans le moule scolaire et comportemental, produit une déresponsabilisation générale : les adultes sont déchargés de leur rôle éducatif et les enfants ainsi étiquetés sont exonérés de tout.

L’hyperactivité de big pharma

By Alan Schwarz

En achetant les services de chercheurs et de médecins, en imaginant des campagnes de publicité agressives, en finançant les associations de parents et en s’infiltrant jusque dans les écoles, l’industrie pharmaceutique est parvenue à faire des troubles comportementaux de l’enfant un marché de premier ordre. Impossible de comprendre le succès de la Ritaline et autres stimulants sans connaître les arcanes de ce système d’intoxication.