Exposition

Penser l’exposition

Durant son séjour genevois, à la fin de la guerre, Alberto Giacometti entre dans une période de doute qui l’empêche de sculpter. Il parvient seulement à réaliser quelques figurines de plâtres dans sa chambre de l’Hôtel de Rives, de très rares témoins d’une recherche inaboutie dont il détruisit quasiment la totalité des exemples avant son retour à Paris.

Rencontre avec un inventeur d’exposition

par Gwilherm Perthuis

Entretien avec Jean-Hubert Martin

Chronique d’une exposition oubliée

par Mayte García Julliard

1er juin — 31 août 1939 : l’été espagnol du Musée d’art et d’histoire. Ce qui m’a frappé, c’est la violence avec laquelle s’affirmait cette peinture [espagnole], ce qui la rendait « moderne ». Et cette violence éclatante (sans peut-être que cela ait été recherché) grâce à un accrochage très aéré, en rupture avec l’accumulation habituelle des musées de l’époque – elle n’était pas agression, mais puissance.

L’exposition surexposée. Duchamp, Man Ray, Picabia

par Rémi Parcollet

Sexe, Humour et Flamenco - En 2008, deux expositions, la première à la Tate Modern à Londres et la seconde au Passage de Retz à Paris, ont eu pour principe commun de réunir Duchamp, Man Ray et Picabia. Cette étrange redondance s’explique par la fusion de deux projets distincts. La Tate préparant une exposition Duchamp/Man Ray, contacte Jean-Hubert Martin qui au même moment travaillait à une exposition Duchamp/Picabia pour le Museum Kunstpalast à Düsseldorf. Les deux parties s’entendent pour associer les trois artistes dans le cadre d’une seule exposition.

“L’exposition, une immatérielle ”

par Jean-Max Colard

Parmi les Chroniques de Bustos Domecq, fruit littéraire d’une longue collaboration entre Borges et Adolfo Bioy Casares, le récit intitulé « L’oeil sélectif » invente la figure étonnante du sculpteur Antartido

“Architecture must burn ”

par Salomon Zeitoun

Coop Himmelb(l)au et le déconstructivisme, manifeste pour une renaissance de l’architecture.

Expositions surréalistes

par Denise Bellon · visuels: Denise Bellon

Nous publions dix-sept photographies de Denise Bellon (1902-1999) pour rendre compte de son travail sur les expositions surréalistes. Les notes rédigées par Éric Le Roy, agent du Fonds photographique Denise Bellon, replacent les trois groupes de photographies dans leur contexte historique et artistique.

Cadre et historique de l’accrochage

par Blandine Jolibois

L’accrochage d’une exposition d’art occidental ou d’une présentation définitive de collections consiste à en penser l’installation pour trouver l’évidence des oeuvres dans l’espace et dans la lumière.

Paradise lost, Philippe Parreno

par Thibault Carles

Rémy Zaugg : “Concevoir et réaliser une exposition, c’est devoir s’effacer ”

par Gwilherm Perthuis

La rétrospective Alberto Giacometti organisée par la Musée d’art moderne de ville de Paris en 1991 a considérablement renouvelé le regard porté sur le sculpteur suisse très souvent célébré mais dans des formes convenues et redondantes. Le commissaire de l’exposition et directreur du musée Suzanne Pagé a choisi d’aborder Giacometti comme un artiste vivant à découvrir et a particulièrement mis l’accent sur le problème optique contenu dans la monstration des toutes petites figures.

Le lieu de la demeure

par Nina Léger

Exposition de la collection privée au musée

Grand-père, un aventurier comme vous et moi

par Fanny Schulmann

Trônant sur un fauteuil monumental en bois rustique réalisé par l’artiste Anatol Herzfeld, Harald Szeemann, serein et alerte, regarde avec bienveillance la foule compacte qui l’entoure avec un empressement respectueux.

Considérations sur l’exposition de l’écoute et du son

par Gwilherm Perthuis

Entretien avec Peter Szendy

Photographies

visuels: Delphine Balley

Pasolini : celui qui a dit non

par David Collin

Refus net. Homme rare que Pasolini dans son refus d’entrer dans la danse des compromis et des aveugles de complaisance, comme on dirait de naissance. Refus catégorique de se laisser mielleusement prendre par le bras, au risque d’en perdre son âme. Le risque est ailleurs. Il doit être ailleurs. Il est dans la parole lucide, il est dans le cri et ce qui vient après le cri, il est dans ce tremblement qui secoue nos membres et nos esprits, dans une folle contre-danse des morts enfin réveillés. Refus de se laisser endormir par les belles phrases et le cycle des répétitions morbides de la grande roue d’un destin qui nous serait imposé par la classe des dominateurs.

Brèves rencontres avec l’oeuvre philosophique de Jean-Pierre Cometti

par Gérald Moralès

Intéressé par la philosophie et l’art, agacé par la domination actuelle de la phénoménologie (la plus classique, les derniers travaux de Merleau Ponty sont oubliés), et de la philosophie analytique, j’ai trouvé un intérêt dans les ouvrages d Jean-Pierre Cometti au point de penser que chez certains où la référence à Wittgenstein est constante, une posture critique d’une phénoménologie poétisante était possible. Retenu par sa lecture historique sur les rapports entre philosophie et art, la formulation de sa pensée se déploie dans une opposition à ce qui est. Du coup il faut être très attentif pour saisir la conception qu’a ce philosophe du langage car il se pourrait que, malgré ce qui est avancé, il n’y ait dans le fond que des trouvailles bien connues.

voir également

Fast Numéro 5
art · mode · paris · man ray · brassaï · féminité
#5
2012-01
0 €
Else Numéro 3
yves klein · man ray · agnès geoffray · pierre leguillon · ferdinand kriwet · pedro motta
#3
2012-05
9 €