Où on le fait

Bisbilles

par Guy Durand

Il y a des décennies qui stigmatisent leur trépas. La Hongrie, la R.D.A., la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Lithuanie bien sûr. Mais ici, autrement. En 1980, collectivement une majorité de Québécois formulaient un NON à l'autonomie nationale. Mort du pays utopique ou report inévitable ?

Liaison : de l’insertion à la communication

par Jacinthe Comtois

L'exposition intitulée Liaison avait lieu du 2 au 30 avril 1989 à l'Université de Sherbrooke et se poursuivait du 17 septembre au 29 octobre 1989 au Musée d'art de Joliette. En deux lieux, deux moments, Liaison répondait à un besoin latent. Les deux conservateurs, Johanne BROUILLET (responsable des expositions et de l'animation à la Galerie d'art de l'Université de Sherbrooke) et Michel PERRON (directeur du Musée d'art de Miette), conscients des problèmes concrets auxquels les artistes pratiquant à l'extérieur des grands centres sont confrontés, ont voulu offrir à ces derniers la possibilité d'une sortie. Liaison propose une expérience pour contrer le fait que les artistes ne font pas voyager leurs oeuvres, ce qui constitue une entrave à leur promotion.

De la onzième rumeur au Xe péché

par Francis Lapan

Pour la courte durée de l'événement De la onzième rumeur au Xe péché, on nous offrait une exposition dans un contexte très privilégié. Cette proposition permettait au visiteur d'effectuer un parcours, celui de trois ateliers collectifs à Joliette, qui pour la circonstance, étaient réaménagés, installés et bien éclairés. De cette manière, on voulait mettre en valeur la généro- sité de ces douze œuvres spécialement créées pour ces huit jours de rencontres.

Les échanges d’idées

par Michel Perron

Des événements qui marquent De la onzième rumeur au Xe péché, certains sont consacrés à l'échange d'idées et d'information entre le public et les artistes. Aussi, le premier rendez-vous officiel a-t-il comme prétexte la présentation de deux conférenciers reconnus pour leur implication, à partir de réseaux différents, à la cause de la diffusion de l'art contemporain au Québec.

Performances

par Suzanne Joly

On est bien loin dans notre région des débats qui entourent la performance. Peu de délire, peu de déviance. Pas de discours sur la performance, parce que peu d'histoire, seulement quelques intentions d'appro- cher la question.

L’opéra : les nuits de vitre

par Marie-Armelle Thébault

A la suite de voyages entrepris dans le but de se ressourcer ou plutôt d'alimenter une réflexion au sujet des relations entre le pouvoir et la violence, Paul-Émile SAULNIER fut touché, atteint, devint sensible à l'horreur du Troisième Reich. Lorsque l'on tente de préciser cette horreur nous viennent les images dénonçant, décrivant les « camps ». Mais cette horreur ne se situe pas seulement autour de ces épisodes, ou ne se traduit pas seulement par ces activités, elle s'infiltre, s'écrit dans toutes les sphères de l'action humaine.

La part du “reste”

par Gaëtan Gosselin

Après les colloques Marques et Contrastes de Jonquière (1987) et La photographie en tant que document vulgaire de Montréal (1988), le colloque de novembre 1989 inscrit au programme de l'événement Mirabile Visu a reposé en termes clairs et retourné au public la question des enjeux actuels de la photographie.

Homo Communitas

par Malcolm Reid

Vas-tu au show de Pierre BERNIER ? — Non. Pourquoi ? - Ben, iI est bon ; il est unique en son genre. — Ouais? Et c'est quel genre ?

Pour une nouvelle cartographie

par Sonia Pelletier

Lors d'une récente « exposition ».(La Société ae Conservation du Present) présentait un projet amorcé depuis 1985, qui consiste à élaborer une nouvelle cartographie. Toujours selon l'attitude de l'archiviste, le concepteur du projet, Philippe CÔTÉ, constitue une banque de données démontrant un fonds d'archives comme « nouveau barrage de l'histoire »

Carrefour

par Sonia Pelletier

Carrefour, c'est d'abord et avant tout un lieu qui propose un parcours par déplacement non seulement du corps mais de l'œil vers l'esprit.

L’Herbier

par Sonia Pelletier

Construite à partir de références visiblement avouées, l'installation que propose Jean-Pierre HARVEY contient une implication dont l'importance se situe davantage au niveau de la communication.

Les cents jours de l’art contemporain à Montréal

par Guy Durand

Une visite comme le verre craquelé : froide, crue, silencieuse, loin des émotions et du spectaculaire. Loin de la poésie et de la technologie. Les cent jours d'une modernité passée... à la vieillesse. Il y a une place pour les Cent jours de l'art contemporain à Montréal, organisés annuellement par le C.I.A.C. On peut argumenter que l'art présenté en est un qui réfère au temps, à la culture du temps : la durée (Aurora Borealis). l'éphémérité (Lumières), les étapes (Stations), l'instant de l'éclair (Mémoire).

Mediavox

par Richard Martel

De passage pour une manifestation au LIEU, les deux artistes de MEDIA VOX(Romano QUINTO et Giuseppe DE MARCO) ont réalisé une installation qui s'affirme comme un témoignage de leur problématique en art : « la décontamination sensorielle ».

Cannibal

par Alain-Martin Richard

Au XIIIe siècle, en Ecosse, une famille qui se développe en clan — en l'espace de trois générations — ne vit que de chair humaine. Ce clan de 42 personnes terrorise tout le secteur pendant près de 30 ans. Caché dans les falaises dont l'accès est effacé par les marées, leur repère, au moment de sa découverte, était rempli d'ossements humains. Ce qui expliquait de nombreuses disparitions étranges. Gilles de RAIS ; certaines légendes de Transylvanie ; le radeau de la Méduse...

Le folklore poétique

par Michel Pleau

Réparation de Poésie, volet quatre. La poésie a besoin d'être réparée ! Il faut aussi étendre la poésie à toutes les activités humaines, la sortir du ghetto des plaquettes et des récitals ! Voilà le constat qui fait agir depuis quelques années déjà l'artiste multidisciplinaire de Québec, Jean-Claude GAGNON.

Dans le vertige des greffes sonores

par Roger Chamberland

Pour quelques temps, l'écriture s'absente, se joue des mots, s'abandonne au pur plaisir de la matérialité vocale. À l'empire du sens succède l'empire des sons : le corps imaginaire, le corps imaginé muet, muté en corps producteur d'images sonores. «Tout ce qui estai 'intérieur du corps est un instrument de résonnance. Ainsi mon studio d'enregistrement c'est mon corps » écrit Henri CHOPIN.

Insertion

par Yves Tremblay

Ville européenne de la culture

par Ian Smith

Dans cet article, lan SMITH, le « Gangster des arts » (Art Gangster) résidant à Glasgow, où se dérouleront des centaines d'événements artistiques pendant l'année, analyse les aspects de l'art expérimental « live » déjà établi dans la ville.

Conditionnements en social-démocratie

par Richard Martel

La Norvège vit à l'heure de la social-démocratie ; elle ne fait pas partie du marché commun et ce petit peuple de quatre millions d'habitants vit dans un territoire immense. La nature y est sacrée et les préoccupa- tions d'ancrage de l'art diffèrent de celles d'un pays luttant pour son auto-détermination.

Bak-Truppen

par Knut Ove Arntzen

L'intention de départ de la troupe de théâtre BAK- Truppen (en français : l'Arrière troupe) est de développer une recherche au niveau des rapports entre visuel et textuel dans le théâtre, la performance (action).

L’art alternatif au Portugal

par Fernando Aguiar

Bien que nous puissions remarquer une légère amélioration depuis les dernières années, la vie culturelle au Portugal demeure encore peu active.En effet, il n'y a à peu près aucune structure supportant la création artistique, et la préoccupation principale des représentants culturels (galeries, magazines, institutions, et la plupart des artistes) ne consiste en rien d'autre que de créer un marché pour la diffusion du travail respectif de chacun.

La chronique de l’Abominable

par Jean-Claude Gagnon

voir également

Stradda Magie nouvelle
ukraine · art contemporain · haïti · cirque · groupe zur · camouflage
#16
2010-04
0 €
design · art contemporain · poil
#2
2010-10
0 €
I.F. Numéro 4
art contemporain · marie johanna cornut · sieste électronique · matali crasset · sylvain bouyer
#4
2011-10
0 €