Marie Cantos

Dominique Petitgand

par Anne-Sophie Miclo

Le bruit d’un impact électrique, une voix, un murmure, des silences, des souvenirs, un sifflement errant –semblant répondre au clapotis de l’eau–, voici, en substance, ce qui compose l’exposition de Dominique Petitgand au Centre International d’Art et du Paysage de Vassivière. Si elles ne donnent, à priori, rien à voir –si ce n’est le lieu exceptionnel dans lequel elles prennent place–, les installations sonores de Dominique Petitgand donnent à entendre «des récits et des paysages mentaux» que chaque auditeur est libre de se figurer ou non.

Réparer à l’endroit de l’accroc le tissu du temps

par Marie Chênel

Laure Prouvost

par Clothilde Morette

On ira loin

Eva Kot’átková

par Magalie Meunier

Mute Bodies (Becoming Object, Again)

Anne Le Troter

par Caroline Engel

Entretien

Josselin Vidalenc

par Benoît Lamy de La Chapelle

Visite d’atelier

Introduction

par Julie Portier

À l’endroit où il convient de justifier la pertinence d’un choix éditorial, nous aurions pu nous abstenir d’une telle convention pour vous servir sans ménagement –tel un gros pudding louche lancé sur une table de cérémonie– l’objet de notre penchant pour l’irrecevable en matière d’esthétique, et ses auxiliaires, l’inconséquence voire l’impardonnable.

Dossier thématique: grotesque

Ecrouissages (2014-2015)

Pauline Curnier Jardin

par Marie Bechetoille

Pauline Curnier Jardin est une conteuse. Ses projets prennent le plus souvent la forme d’installations pour mêler la vidéo, la sculpture, la performance, la peinture. Tel Ulysse usant de la mètis, Pauline Curnier Jardin se met dans la peau des autres pour donner à voir des métamorphoses et constituer des mondes grotesques qui finissent toujours par ressembler un peu au nôtre. Entretien avec une artiste aux mille tours qui aime «semer le trouble dans l’archétype».

Homeopathy of the absurd

Il y a de ces moments absurdes ou l’on se dit qu’il y a quelque sorcellerie à être en train de réaliser ce qui ne l’a jamais été (…)

Un muy high grotesque

par Annabela Tournon

Néomexicanisme et art chicano dans les années 1980

“We are the archive magazine of tacos”

par Franck Balland

Si le grotesque apporte, comme le note Véronique Klauber dans sa définition, «la confirmation de l’instabilité de tout», alors les forces qui animent le travail de Jonas Delaborde le ramènent fréquemment vers ce registre où se déclinent la laideur, l’absurdité et le mauvais goût. Plus qu’une simple approche esthétique cependant, le grotesque apparaît dans les différentes branches de sa pratique comme un puissant procédé aux finalités politiques, dans un mouvement continu de destruction et dereconstruction de systèmes dont il exprime la «vacuité intrinsèque».

Comme des touristes devant l’ancienne Pompéi

par Jill Gasparina

Notes sur le grotesque digital

Luisa Abreu

Entretien avec Luisa Abreu membre de Rua do Sol

André Sousa, Mauro Cerqueira

Entretien avec André Sousa et Mauro Cerqueira, membres de Uma Certa Falta de Coerência.

voir également

Grands Reportages Un week-end en ville
vienne · moscou · londres · porto · suède · stockholm
#387
2013-10
4,90 €
barack obama · porto · erri de luca · coccinelle · benjamin rutabana · jorge listopad
#52
2014-03
4,90 €
Zérodeux Marseille
markus schinwald · rachel harrison · laure prouvost · bernard blistène · jean-roch bouiller · colette barbier
#67
2013-10
0 €