Naissance du cinéma

Le cinéma des premiers temps, version 2.0

by Christophe Beney

Le soixante-troisième Festival de Cannes doit sa réussite à sa Palme d’Or. En attribuant la récompense suprême à Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), il a occulté la faiblesse globale des sélections et validé l’acte de naissance d’une « cinémagie », également revendiquée par l’autre grand film de l’année, Le Quattro volte, de Michelangelo Frammartino. Leur retour aux sources de l’image en mouvement fait prendre un bain de jouvence au spectateur et lui montre l’origine possible du cinéma de demain.

Flexion/Extension

by Christophe Beney

L’invitée vedette de la Croisette, c’est la crise économique. Cette dernière n’a pas seulement servi de sujet ou de toile de fond à beaucoup de réalisations : elle a bouleversé la physionomie habituelle des sélections et a permis de rappeler qu’au cinéma, la description d’un monde recroquevillé devient vectrice d’épanouissement pour ses spectateurs.

Lumières sur Cannes

by Sébastien Jounel

Egérie du cinéma d’auteur, Juliette Binoche a remporté le prix d’interprétation féminine pour son rôle dans Copie conforme, d’Abbas Kiarostami. Comme en chronique d’une reconnaissance annoncée, elle était également l’ambassadrice de la 63ème édition du Festival de Cannes, en tête de son affiche.

Cinéma de crises

by Nathan Reneaud

Tout glamour et autarcique qu’il est, le Festival de Cannes n’a pas pu ignorer la grande catastrophe financière de notre temps. Après s’être infiltré sur tous les marchés, la crise s’est affichée sur les écrans. Elle a été l’une des grandes thématiques de ce cru 2010. Retour sur trois épisodes d’une série-catastrophe.

Images en conflit

by Sébastien Jounel

Lauréat du Grand Prix de la Semaine de la Critique, Janus Metz formule avec Armadillo, une question qui pose problème depuis les prémices du cinéma : comment représenter la guerre ?

Points de vue soviétiques

by Eugénie Zvonkine

Pris dans l’engrenage de la double actualité autour de Mikhalkov, certains journalistes occidentaux se sont laissés aller à confondre le personnage et le cinéaste au point de voir en L’Exode – Soleil Trompeur 2, une oeuvre pro-Stalinienne. Si le film souffre d’une construction abracadabrante, d’un patriotisme éhonté et de prosélytisme orthodoxe intempestif, il ne peut en toute bonne foi être jugé comme tel.

La Passion selon La Servante : la femme dans le cinéma coréen

by Sébastien Jounel

Im Sang-soo remet au goût du jour The Housemaid réalisé en 1960 par le maître du mélodrame sud-coréen Kim Ki-young. Le temps passe, les blessures restent.

Digital tango

by Stéphane Simon

Comment associer la salle de cinéma aux mutations technologiques actuelles et maintenir l’équilibre entre tous les acteurs de l’exploitation cinématographique ? A Cannes comme ailleurs, l’actualité monopolise les débats professionnels. L’harmonisation du tout numérique y résonne comme une mesure de tango : trois pas précipités, deux lents, un rapide, entre suspension et tourbillons.

Tapis Rose

by Stéphane Simon

Berlin a ses Teddy Awards depuis 1987, aujourd’hui annoncés avec le palmarès officiel. Venise accueille les Queer Lions depuis 2007. Seul le Festival de Cannes n’avait pas sa récompense alternative teintée de rose. Jusqu’à cette année.

La leçon de cinéma de Marco Bellocchio

by Sébastien Jounel

Après dix films présentés à Cannes et une participation au jury en 2007 Marco Bellocchio est l’invité de la traditionnelle Leçon de cinéma cannoise. Il s’explique sur son cinéma, zone de négociation entre l’empreinte d’une morale chrétienne ancestrale et le surgissement de la chair.

Pierre Etaix : Intégral

by Sylvain Perret

Heureuse conclusion pour Pierre Etaix. Invisibles depuis vingt ans, ses films étaient jusqu’à ces dernières semaines bloqués dans un conflit juridique avec le producteur. Les droits sont maintenant rendus à leur propriétaire.

Oncle Boonmee : celui qui se souvient de ses vies antérieures

by Hendy Bicaise

Apichatpong Weerasethakul retrouve et décuple les histoires et les personnages en mutation de Tropical Malady (2004), où les cycles de vies et d’images en action valorisaient l’indomptable puissance de l’amour de deux hommes. Avec Oncle Boonmee, ces mêmes régénérescences semblent aujourd’hui traduire un discours convergeant vers la multitude. Le cinéaste demande à chacun de contempler sa propre vie, précieuse et souveraine. Ce nouvel enchantement du cinéaste-magicien lui a valu la Palme d’Or.

Apichatpong Weerasethakul

by Christophe Beney

Le Festival de Cannes vient de décerner la Palme d’Or à un film thaïlandais. Une première, qui vient couronner le parcours exemplaire d’Apichatpong Weerasethakul (prix Un Certain Regard 2002 pour Blissfully Yours, Prix du Jury 2004 pour Tropical Malady). Son sixième long métrage, Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), est une nouvelle réflexion sur la mort, sur le pouvoir de la nature… et sur le cinéma. Entretien avec le lauréat.

Le Quattro Volte

by Christophe Beney

Michelangelo Frammartino trouve dans le sol de Calabre l’origine et la fin d’une vitalité commune à un berger, un chevreau, un arbre et du charbon. Avec cette migration de l’âme en quatre temps, il signe le film le plus bouleversant présenté à Cannes cette année, humble et nettement plus attrayant que ce que pourrait laisser croire son sujet.

related issues

L'événement Les défis de Mao
cannes · bob dylan · mao · françoise sagan · pierre mendès france · bojarski
#5
1966-06
0 €
cannes · edouard baer · christophe rousset · carmen maura · michel fraile · guillaume galienne
#49
2014-05
0 €
cannes · marseille · correns · kubilai khan · nicolas mémain · festival ghibli
#393
2017-05
0 €