Hollis Brown Thornton

Membres perdus

by Damien MacDonald, arthur Bradford

La plupart des gens connaissent Arthur Bradford en tant que créateur de How’s Your News?, une série de documentaires qui a été programmée par HBO et MTV. Elle est centrée sur une équipe de nouveaux présentateurs télé handicapés physiques ou mentaux qui interviewent des personnes dans tout le pays. C’est une des choses les plus émouvantes et hilarantes qu’une caméra ait jamais filmée. Les lecteurs du Vice US se souviendront peut-être d’Arthur comme du type qui nous avait aidés à mettre en place notre numéro spécial, qui date déjà de 2003, sur la vie des ­protagonistes de How’s Your News?

Affaires Fantômes

by T. Christopher Gorelick

T. Christopher Gorelick est courtier en hypothèques le jour et la nuit, il dort. Il aspire à devenir écrivain professionnel. En avant-première, voici les premières pages d’Affaires fantômes, le roman de SF humoristique qu’il est en train ­d’achever, un ouvrage à la croisée des genres. C’est sa toute première publication.

Le Fécalosaure

by Johm Moore

John Moore s’est frotté à la notoriété dès son plus jeune âge, en tant que batteur des Jesus and Mary Chain. Après son départ du groupe, il en a formé un autre, John Moore and the Expressway, qui a certes eu moins de succès mais s’est avéré hautement lucratif. John a aussi permis la réintroduction de l’absinthe au Royaume-Uni, est le principal parolier du groupe pop Black Box Recorder, et arrondit les fins de mois en bossant en tant que rédacteur en chef des pages sport du magazine Idler. Il est passé par Top of the Pops, University Challenge, Newsnight, 6 Music et BBC Radio 4. Il a été chroniqueur au Guardian et au Morning Correspondent. Actuellement, il joue dans le John Moore Rock and Roll Trio, dont l’album sortira en février. Quand on lui a demandé de se décrire, il a répondu, comme il se devait, à la troisième personne : « John Moore a les yeux d’un poète, l’esprit d’un démon, le cerveau d’un génie et le foie d’un macchabée. »

Morceaux de prose

by Robert Walser

Robert Walser (Suisse, 1878-1956), est selon nous le plus digne représentant de la prose moderniste. Hermann Hesse disait de Walser que « s’il avait une centaine de milliers de lecteurs, le monde serait meilleur », et on est tout à fait d’accord avec ce bon vieux Hesse. Walser, à son époque, a été largement sous-estimé et reste encore trop confidentiel de nos jours, on se le passe entre écrivains et lecteurs cultivés comme une preuve de bon goût littéraire.

Le chasseur et ses chiens

by Saah Millimono

Écrivain, Saah Millimono dirige les pages littérature du Daily Observer, le quotidien le plus populaire du Liberia. Nous avons été présentés à Saah par notre spécialiste de l’Afrique de l’ouest, Myles Estey, un journaliste canadien qui est allé dans ce trou d’enfer déchiré par la guerre parce qu’il y avait moyen de surfer là-bas. Il a tellement aimé Monrovia, la capitale libérienne, qu’il a fini par y rester pour former les futurs journalistes locaux. Saah est devenu l’un de ses étudiants. Ils ont commencé à écrire ensemble des histoires comme celle-ci, tapées sur un ordinateur du Daily Observer, échangeant leurs idées sur des bouts de papiers car Saah est sourd. L’Observer s’est mis à publier chaque semaine les histoires de Saah, qui traitent essentiellement de sorcellerie, d’envoûtements, de duperies et autres épreuves de la vie. Et bien que le niveau d’alphabétisation au Liberia ne dépasse pas les 35%, il a un lectorat fidèle qui lui écrit régulièrement des lettres de félicitations dithyrambiques.

Un monde meilleur

by Blake Bailey

Blake Bailey est l’auteur de Cheever: A Life, paru en mars dernier aux éditions Knopf. Son bouquin précédent, Honesty: The Life and Work of Richard Yates, a fait partie des nominés du National Book Critics Circle Award. À propos de l’histoire qui va suivre, Blake nous a dit : « Comme le frère du narrateur, Todd, mon propre frère prenait beaucoup de drogue et a fini par se suicider en prison. Il avait aussi un sens de l’humour formidable, et c’est l’une des choses qui me manquent le plus chez lui. Les autres éléments de l’histoire, je préfère les voir comme de la fiction, plus ou moins. »

Gastronomie hospitalière

by Thomas Gunzig

Bien que belge, Thomas Gunzig est un de nos auteurs francophones vivants préférés. Thomas a : un, beaucoup de mérite ; deux, beaucoup d’imagination ; trois, de très grosses couilles. Du mérite, parce que devenir écrivain quand on a été diagnostiqué dyslexique irrécupérable à l’âge de 5 ans, au point de passer toute sa scolarité élémentaire dans une école d’enseignement individualisé, « là où on range les handicapés et les trisomiques », ben c’était pas gagné d’avance. De l’imagination, parce qu’il est assez inventif pour aller se promener au-delà de ce truc nombriliste que la plupart des gens appellent « littérature », et en revenir avec des livres dont les titres sont aussi bons que le contenu : À part moi personne n’est mort, De la terrible et magnifique histoire des créatures les plus moches de l’univers ou 10 000 litres d’horreur pure. Et du courage, parce qu’on ne connaît pas d’autre auteur capable de provoquer en duel un éditeur ceinture rouge de taekwondo pour récupérer ses droits, et de gagner son combat « en trois reprises de trois minutes, sur abandon. J’aurais préféré par KO, mais les gens étaient contents parce qu’il y a quand même eu du sang ». La nouvelle que vous vous apprêtez à lire est extraite du recueil Assortiment pour une vie meilleure paru aux éditions du Diable Vauvert.

Nocturama, une nouvelle pièce d’Annie Baker

by Etienne Menu

Annie Baker est une dramaturge d’Amherst, Massachusetts. Parmi ses pièces, on peut citer Body Awareness (créée à l’Atlantic Theater Company, et nominée par le Drama Desk et le Outer Critics Circle), Circle Mirror Transformation (qui vient de finir d’être jouée au Playwrights Horizons après deux prolongations), et The Aliens (à l’affiche du Rattlestick Playwrights Theater au printemps 2010).