Haut-parleur

Hégémonies

par Paul-Yves Bourand

Par hasard, ils s'étaient trouvés réunis pour se partager une même portion de territoire. Quelques broussailles, une flaque d'eau, un tas de terre ou de cailloux leur servaient de prétexte pour vivre séparés de leurs voisins, à moins que ce ne fussent d'autres barrières plus douteuses : antipathie instinctive, a priori défavorables (mais savamment entretenus), complexes de supériorité et autres turpitudes monomaniaques. Peu à peu, ils avaient fabriqué des règles de vie bien à eux, des coutumes, des interdits religieux et tout un réseau compliqué de circonscriptions administratives, de procédures tatillonnes et d'asservissements idéologiques. Parvenue à construire son petit empire, chaque communauté baragouinait dans un jargon imbuvable pour tous ceux qui ne le comprenaient pas, et engendrait à tour de bras des clones pour faire en sorte que son fatras bricolé puisse continuer d'exister malgré la disparition des membres fondateurs.

Jacques Perdereau

Jacques Perdereau - producteur de l'Emission Epsilonia sur Radio Libertaire (89.4 MHz), responsable technique de cette même radio, membre actif de la fédération Anarchiste, auditeur attentif à la liberté... - est parti, bien rapidement. Depuis vendredi 14 novembre 2003, cet ami des musiques improvisées, électroacoustiques et plus généralement curieuses, nous manque.

Interview de Robin Minard

par Eric La Casa

Depuis une vingtaine d'années, Robin Minard construit patiemment son projet de musique pour espaces publics par des démarches intuitives (d’artiste sonore) et scientifiques (design sonore...)

Haut-parleurs: voix et miroir

par Lionel Marchetti

Mon ami, regarde, devant toi, à hauteur du visage, cet objet de taille modeste qui, tantôt, lorsqu'il t'aborde, occupe un espace qui serait celui d'une tête (ou parfois même d'un corps), tantôt se loge en un point miniature, à la limite d'être une pupille, devenant ainsi le semblant d'un oeil unique, ou plutôt, une visée acoustique unique, que j'aimerais appeler, par analogie, et non sans contraste volontaire, le regard d'une oreille vagabonde. Au centre de ce lieu focal, quasi-cubique, étonnamment mécanique, où le rapport du volume et des matériaux employés reste mathématiquement calculé comme objet idéal, et ce, en vue de donner à entendre un chapelet complet de fréquences bien étagées sur tout le spectre de l'audible (proche de celui dont nous donne à jouir l'oreille humaine); au centre de ce lieu focal, donc, sur l'aplat résonateur de ce que l'on appelle la baffle, et qui joue le rôle d'un pavillon plat amplificateur, une membrane conique de papier composite claque, se contracte ou se dilate, joue de sa morphologie souple comme d'une peau enflée par une force en dessous, vibrante, vivante, animale.

Disques

Quelques livres, revues...

par Emanuel Carquille

voir également

Cerveau & Psycho Relâcher la pression
tim burton · photo · andersen · hypermnésie · poupée bobo · danièle linhart
#84
2016-12
4,49 €